Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Québec : non aux compteurs d’eau !
par Marc Laimé, 26 avril 2012

L’argument détonne en France, mais au Québec la Coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau, Eau Secours ! se bat obstinément contre le principe même des compteurs d’eau, au motif – avéré – que leur installation n’a aucun impact significatif sur les volumes consommés par les usagers. Un débat intéressant donc, dès lors que se multiplient en France les polémiques, aussi ineptes que stupides, sur le « prix de l’eau » et ses tarifications (progressive, sociale, écologique…) et autres imbécillités proférées par une armée de perroquets analphabètes qui racontent littéralement n’importe quoi, au plus grand profit des Trois Sœurs qui n’en demandaient pas tant, mais y trouvent un renfort bienvenu à l’heure où le modèle économique historique du service de l’eau s’effondre littéralement sous nos yeux, et s’en vient fracasser les rêves de « rebond » de Veolia, Suez et Saur… Au Québec, en février dernier Eau Secours invitait donc la ville de Saint-Lambert à renoncer à l’implantation de compteurs d’eau résidentiels.

« Il a été démontré que l’installation de compteurs d’eau n’a pas d’impact significatif sur le volume de consommation dans les résidences. Plusieurs villes ont estimé que le coût d’achat, de pose et d’entretien des compteurs est plus grand que les bénéfices générés par la baisse de la consommation d’eau. De plus, ce principe n’est pas équitable, car il ne permet pas à tous et toutes d’avoir un accès adéquat à l’eau potable indépendamment de leurs revenus.

« Les études confirment que la tarification au volume a un impact négatif sur les ménages les plus pauvres. Dans certains cas, ceux-ci réduisent leur consommation en deçà des seuils souhaitables du point de vue de la santé publique. La tarification par compteur appauvrirait davantage les personnes déjà peu fortunées.

« La Ville de Saint-Lambert doit écouter la population qui ne veut pas de compteurs d’eau dans les résidences. Si le maire veut réduire la consommation d’eau, il devrait plutôt sensibiliser les citoyennes et les citoyens à une utilisation plus judicieuse de l’eau. De plus, la consommation résidentielle dépend peu du comportement du citoyen, mais plutôt du type d’équipement qu’il utilise et du nombre d’utilisateurs. Il devrait donc y avoir, par exemple, une réglementation pour obliger l’utilisation de réservoirs de toilettes de 6 litres ou moins lors du remplacement d’anciens réservoirs de 14 litres ou plus, ou une taxation par nombre de toilettes, de piscines ou de spas d’une résidence. » déclare Martine Chatelain, présidente d’Eau Secours !.

« Pour la Coalition, la taxe foncière est un moyen équitable et efficace d’assumer collectivement les coûts du traitement et de la distribution de l’eau (filtration/potabilisation, aqueduc, égouts, assainissement des eaux usées) et d’en préserver la gestion publique. Les compteurs d’eau ont toujours été, sont et resteront la porte ouverte à la privatisation.

« Eau Secours ! est cependant favorable à l’installation de compteurs pour les grands utilisateurs industriels et commerciaux. En effet, la tarification aux grands consommateurs influence très nettement leur consommation et occasionne un retour aux coffres de la municipalité qui compense les dépenses du service de l’eau. De plus, cette mesure incite les grands consommateurs à changer leurs pratiques ou leur machinerie désuète.

« La Coalition Eau Secours ! demande donc au maire de Saint-Lambert de revoir sa décision d’installer des compteurs d’eau dans les résidences au printemps. Des campagnes de sensibilisation, de concert avec une réglementation et des mesures visant les grands consommateurs, assorties à un programme pour s’attaquer aux fuites du réseau seraient plus efficace pour atteindre son objectif d’une diminution de 20% de la consommation de l’eau, tel que prescrit par le gouvernement du Québec. »

- « Démystifier les compteurs d’eau », la brochure d’Eau Secours !

Lire aussi :

- « L’installation de compteurs d’eau à Saint Lambert : du vrai gaspillage ! »

Pierre-J. Hamel, INRS-Urbanisation, Culture et Société.

- Des compteurs d’eau pour les industriels, pas pour les consommateurs domestiques. Une proposition de « Eau Secours ! » Québec.

S-eau-S, le site de Gérard Borvon

impression

commentaires

1 Québec : non aux compteurs d’eau !

Relever les compteurs a en effet un coût. Imaginer en revanche que taxer le nombre de toilettes de piscines ou de Spas ne couterai rien c’est faire une confiance trop grande à la sincérité des déclarations des contribuables. Sans doute les Québécois sont ils de meilleurs citoyens que les Français.

Quant à l’imputation du coût du service sur la taxe foncière comme c’est le cas au Québec n’est pas une absurdité puisque en France c’est une pratique courrante pour les ordures ménagères mais que je sache ce n’est pas non plus un mode de financement cité en exemple pour son équité.

poste par bertrand - 2012-04-26@15:55 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!