Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Quand Jean (Kappelmeister) Launay s’essaie à faire chanter Ségolène Royal
par Marc Laimé, 6 janvier 2016

Motet ou opéra-bouffe ? Motet, pour la polyphonie, tant la lettre (de chantage) adressée par l’inneffable Jean Launay, président du Comité national de l’eau, le 29 décembre dernier à la bientôt plus ministresse de l’Ecologie (ce qu’il en reste), agrège et synthétise l’essence des magouilles ordinaires d’un Lobby de l’eau qui survit à tout, surtout au pire, en ce justement qu’il incarne le pire…

C’est d’avoir relu inopinément Les Boulevards de ceinture durant la trêve des confiseurs qui nous y a fait songer. L’immense Modiano, inconnu comme chacun sait des excellences qui nous gouvernent, tout occupées à envoyer leurs chauffeurs chez “Zadig et Voltaire”, y dresse le ténébreux portrait d’un rastaquouère bien en cour (sous Vichy), qui fait allégrement prospérer une petite feuille de chantage qui nous rappelle accessoirement nombre de medias contemporains…

Il appert donc que l’immense Jean Launay, fort marri d’avoir vu la ministresse les visiter au triple galop au CNE le 15 décembre dernier, sans qu’il ait le temps d’en placer une, se pique de lui dire son fait dans le placet qu’il vient complaisamment de diffuser à ses zélotes du CNE…

Ca commence donc très fort avec la COM 21, la Corée et bientôt Marrakech, et toutes ces sortes de choses, avant que d’en venir à l’essentiel.

Ah que, ça commence à bien faire que de nous piquer notre bon pognon que çà fait cinquante ans qu’on le dilapide à bon escient, histoire de fluidifier à donf avec la FNSEA, le Medef, Veolia, Suez et consorts.

Ah que, jusqu’ici on est bonne poire, mais “les administrateurs grondent”, et si ça continue comme çà, avec les hold ups réitérés de Bercy dans nos poches profondes des Agences, dans pas longtemps ça va être la géhenne, les inondations, les pluies de grenouilles et tout ce qui s’en suit. Et que si ça continue je pourrais bien aller rechoper Rocard dans son igloo histoire de foutre le boxon.

Bon, même Macron (qui, entre deux visites chez le barbier, serait bien inspiré de se toquer d’Uberiser tout ce bastringue, pour une fois on serait pas contre), n’entraverait que pouic à ces rideaux de fumée (de moquette).

Alors qu’en vrai c’est tout simple : fuck you l’Agence de la Biodiv, pas question que les Lapins crétins des p’tites fleurs et des p’tits oiseaux viennent nous faire les poches.

Au moment où les derniers écolos vont être écrabouillés par les panzers de Valls et Le Drian à Nantes, on va pas s’emmerder avec ces conneries. D’ailleurs l’ami Bignon, le copain des chasseurs, il est d’accord avec nous !

Fuck you la réforme des Comités de bassin, on a déjà bazouké les amendements Batho, on va pas s’emmerder encore avec ces âneries !

Fuck you la PPL Lesage-Glavany-France Libertés et tutti-frutti sur le “Droit à l’eau”, ils nous ont déjà assez emmerdé avec les coupures !

Fuck you !

Et bonne année, puisque 2016 s’annonce donc sous les meilleurs auspices.

La preuve ? Marcovitch et Lepeltier officiers (de la Légion), le 15 décembre sur le contingent de la bientôt plus ministresse.

C’est peut-être çà qui l’a énervé, le Kappelmeister ?

Mais le courrier de Kappelmeister Launay suscite déjà des remous, puisque Bernard Drobenko, professeur des universités, nouveau membre du CNE et membre du conseil scientifique de l’ONEMA, qui n’a que très peu goûté la missive de Kappelmeister Launay, écrit à son tour le 4 janvier 2016 à la bientôt ex-ministresse, et se paie grave Launay et la clique du CNE, qu’il accuse, à juste titre, de tous les maux, et surtout de saboter la PPL Lesage, ledit sieur Drobenko étant un membre éminent de la bande à "Droit à l’eau"...

Encore un effort, encore un petit pas au Sénat avec l’Agence Biodiv, et tout le bastringue est parti pour exploser en plein vol, ce qui amènera peut-être Macron à s’y intéresser de plus près ?

PDF - 1.2 Mo
La lettre de Jean Launay à Ségolène Royal, 29 décembre 2015
PDF - 111.1 ko
La lettre de Bernard Drobenko à Ségolène Royal, 4 janvier 2016

impression

commentaires

1 Quand Jean (Kappelmeister) Launay s’essaie à faire chanter Ségolène Royal

L’année 2015 s’est achevée, c’était la première grande date buttoir de la DCE (Directive cadre sur l’Eau sur le Bon Etat Ecologique des milieux aquatiques) Européenne. Une étape cruciale qui conditionnait tout le reste de la DCE et suffisamment longue.

Maintenant, en 2016, commencent les audits (qu’on espère "indépendants" mais certains pions bruxellois nous donnent à penser le contraire) de la première période 2000-2015 de la DCE, l’éventuelle mise en révision des objectifs et les reports 2021-2027, voire le temps des premières sanctions face à de si piètres résultats malgré la débauche de moyens.

A quelles pitreries sémantiques et communicantes allons-nous désormais assister ? A quels marchandages de couloirs ?

Le même Bernard Drobenko n’avait-il pas intitulé un de ses articles (toujours solides) en 2000 lors du lancement de la DCE : "Une directive cadre en trompe l’oeil".

Le terme "trompe l’oeil" a-t-il été mal interprété par certains aux commandes ?

Finalement, et afin d’épargner son incompétent "lobby de l’eau", la France, à l’instar de la "Clause de Sécurité", ne devrait-elle pas négocier une "exception environnementale", contrepoint si négatif de "l’exception culturelle" pour sortir du cadre européen qu’elle déconstruit chaque jour un peu plus sans que Marine n’ait à bouger le petit doigt ?

poste par JacquesP - 2016-01-7@09:35 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!