Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Décines : un paysan qui résistait à son expropriation tabassé chez lui et laissé pour mort…
par Marc Laimé, 24 décembre 2015

Victime collatérale du chantier du futur Grand Stade de Lyon et de "l’OL LAND", complexe de loisirs et de bureaux rêvé par le patron de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, l’agriculteur Philippe Layat a été agressé à son domicile le dimanche 20 décembre 2015 vers 20h30 par trois hommes cagoulés, armés, qui le laissent pour mort après l’avoir frappé. Il n’avait cessé de se battre depuis son expulsion, ordonnée en 2012. Après trois jours d’hôpital, il témoigne devant la caméra.

Tabassage, bombe lacrymogène sur Philippe (et sur son chien !), bâillonné au scotch puissant, tir à l’arme à feu, fouille et saccage de la maison, vol des clés pour sortir par le portail principal…

Philippe Layat habite un lambeau de campagne grignoté par une ville qui ne cesse de s’étendre.

A Décines, dans l’agglomération lyonnaise, l’éleveur a été exproprié, victime collatérale du chantier du futur Grand Stade de Lyon et de l’OL Land, ce complexe de loisirs et de bureaux rêvé par le patron de l’Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas.

L’une des routes qui mènera au site coupe ses terres en deux. D’un côté sa ferme, de l’autre les pâturages de ses moutons.

Depuis l’annonce de son expropriation, en 2012, il n’a cessé de se battre contre le Grand Lyon, la communauté urbaine responsable des travaux de voirie. Il a même fini en garde à vue. Trois fois. La faute à un caractère bien trempé.

Avec son avocat Etienne Tête, également conseiller municipal et régional Europe Ecologie-Les Verts, il a épuisé tous les recours.

Les travaux, eux, avancent inexorablement. Tout doit être prêt pour l’Euro 2016 de football.

A bientôt 60 ans, l’homme est « dégoûté », « dépité ».

A qui profite ce crime ?

Quel est le mobile (intimidation, le faire taire, le faire déménager) ?

Une chose est sure : la carte bleue, pourtant bien en vue, n’a pas été volée alors que les agresseurs exigeaient de l’argent…

Voir le témoignage de Philippe Layat sur le blog de Greg Tabibian

POUR SOUTENIR PHILLIPE LAYAT : https://goo.gl/PHVRh1

impression

commentaires

1 Décines : un paysan qui résistait à son expropriation tabassé chez lui et laissé pour mort…

Bravo l’amalgame !! Un mec se fait tabasser chez lui par des inconnus et on relie ce FAIT DIVERS avec le Grand Stade sous pretexte que ce Mr a eu des déssacord sur une route qui aurait été faite Grand Stade ou pas !!

Bravo Mr LAIME !

poste par X - 2015-12-24@12:11 - Répondre à ce message
2 Décines : un paysan qui résistait à son expropriation tabassé chez lui et laissé pour mort…

Diens, les amis des agrésseurs et du football viennent déverser leur haine ici aussi...

poste par Y - 2015-12-24@14:54 - Répondre à ce message
3 Décines : un paysan qui résistait à son expropriation tabassé chez lui et laissé pour mort…

Pourquoi s’exciter comme ça ? S’il est possible qu’il n’y ait pas de liens entre les deux affaires, on ne va tout de même pas s’empêcher de les rapprocher, non ?

poste par Tanchelme - 2015-12-25@16:49 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!