Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Coupures d’eau : et maintenant la “déchéance de débit” ?
par Marc Laimé, 7 janvier 2016

La croisade à grand spectacle conduite par de faux rebelles subventionnés qui ne vivent (fort bien) que de leurs escroqueries médiatiques à la charité s’achève comme prévu, après dix-huit mois d’enfumage, dans l’ignominie. Après avoir activement contribué à aggraver la situatation des personnes en situation de précarité, sous prétexte de “combattre les coupures d’eau”, notre brelan de waterévangélistes en appelle cette fois les pouvoirs publics à… légiférer sur un nécessaire encadrement réglementaire des réductions de débit et du lentillage. Sans doute, inspirés par la période, au nom d’un état d’urgence anti-précarité, bien à leur manière ?

La seule chose que nous puissions leur reconnaître c’est la constance dans leurs convictions :

“Quand on fait un sale métier, on le fait salement”

(Le Voleur, Georges Darien).

Dans le genre la réussite est totale.

Après avoir, comme nous l’avons déjà largement documenté, favorisé, et au-delà, la renaissance de toute la gamme des pratiques crapuleuses qui permettent de faire rendre gorge aux pauvres, manque plus que la prison pour dettes, mais ça viendra, Emmanuel Poilane, directeur de (feue) la Fondation Danièle Mitterrand, et son mentor Henri Smets, de l’Académie de l’eau, viennent d’adresser le 5 janvier dernier, par le truchement de l’Huffington Post, un vibrant appel aux pouvoirs publics aux fins de les inciter à légiférer… sur un nécessaire encadrement réglementaire des réductions de débit…

Une pratique qui se développe à vitesse grand V depuis la croisade à grand spectacle des idiots utiles des multinationales de l’eau.

La tribune d’Emmanuel Poilane et Henri Smets :

(…)

« en juillet 2015, le Sénat et l’Assemblée nationale ont déjà rejeté un amendement à la loi Royal en faveur des réductions de débit. Faut-il leur soumettre à nouveau la question des réductions de pression ? Si c’était le cas, ne faut-il pas s’assurer que les usagers seront effectivement protégés des décisions intempestives ou des actions hors la loi ?

Comme une réduction de débit peut avoir des conséquences très graves pour la santé des personnes qui ne reçoivent plus qu’un très faible débit d’eau, il serait indispensable d’encadrer la loi légalisant les réductions par un décret qui préciserait les conditions de sa mise en œuvre. Une réduction de débit ne peut pas être équivalente à une quasi coupure d’eau destinée à contourner la loi Brottes qui interdit les coupures d’eau. Elle ne peut pas non plus priver d’eau un usager démuni ou qui a des difficultés passagères à payer son eau.

Pour éviter les dérapages, les erreurs et les maladresses, toute mesure de réduction de débit devrait être soumise au contrôle préalable d’un organe indépendant (commission sociale, médiation, conciliation, juge, etc), auprès duquel le distributeur pourrait faire valoir ses raisons de croire que l’usager en retard de paiement est en capacité de payer sa consommation d’eau. De plus, il faudrait prévoir la possibilité pour l’usager de faire appel de la mesure de réduction de débit auprès d’un tribunal avec effet suspensif immédiat. De telles modalités existent dans certains pays, par exemple en Région flamande en Belgique et en Israël.

La réduction de débit, si elle était souhaitée par le législateur, ne pourrait pas être pratiquée sans contrôle. En attendant, il serait bon de faire respecter la loi et faire cesser les pratiques actuelles de réduction de débit, ce qui n’est malheureusement pas le cas en France dans certaines municipalités. »

Toute honte bue, ce n’est pas à eux qu’on coupera l’eau ni à qui on imposera le lentillage, nos hérauts du « Bien commun » ne devraient pas tarder à solliciter Emmanuel Macron, lui proposant, par exemple, d’embaucher des milliers de Volontaires du service civil (ou "du Progrès"), payés des clopinettes, comme ceux qui officient à France Libertés sous la houlette de son directeur, pour fliquer les pauvres (par exemple en aidant "le distributeur (à) faire valoir ses raisons de croire que l’usager en retard de paiement est en capacité de payer sa consommation d’eau".), ce qui contribuerait à n’en pas douter à inverser la courbe du chômage, et pourrait, accessoirement, utilement contribuer à pérenniser les subventions de (feue) la Fondation Danièle Mitterrand.

impression

commentaires

1 Coupures d’eau : et maintenant la “déchéance de débit” ?

Je trouve dommage que cette dénonciation salutaire et légitime de cet article aberrant de E. Poilane et H. Smets soit introduite par cette mise en cause de la Fondation France-libertés ; en effet, ça pourrait laisser penser que cette dénonciation est motivée par le ressentiment et une volonté de règlement de compte ;
Il y a toujours des débats légitimes à mener entre acteurs du droit à l’eau, sur l’oppoprtunité de faire appel à des subventions publiques génératrices de moyens utiles sans perdre son indépendance critique et militante, mais de grâce, lavons ce linge sale en famille, n’étalons pas ces querelles devant les multinationales qui s’en frottent les mains.

Sur le fond, par contre je partage totalement cette réaction à la publication sur le huffington post de cet article par 2 personnes reconnues publiquement comme défenseurs du droit à l’eau. Cette initiative est incompréhensible et affligeante.
Alors qu’on pouvait se satisfaire que l’année 2015 marque la consécration législative définitive du droit imprescriptible à une alimentation en eau répondant aux besoins fondamentaux, voir ainsi l’année 2016 commencer par une nouvelle offensive contre ce droit, au sein-même du camp des défenseurs de ce droit laisse pantois. On se frotte les yeux et on se dit qu’on cauchemarde

Espérons que cette initiative demandant l’adoption d’une loi qui encadrerait la pratique sordide du lentillage, au motif que les multinationales rechignent à y renoncer, doit être mise sur le compte d’un moment d’égarement suite à un réveillon trop arrosé par d’autres liquides que l’eau potable.
Espérons que cet article sera rapidement retiré : en effet, il ne porte pas seulement atteinte à la crédibilité de ses auteurs, mais constitue un méchant croche-patte pour tous ceux qui s’impliquent pour le droit imprescriptible à l’eau.

Certes , la période en cours est fertile en initiatives régressives pour séparer les bons des mauvais français.
Mais cette proposition de remise en cause du droit à l’eau par la pratique sordide du lentillage à l’égard des mauvais usagers dont une commission indépendante aurait vérifié la mauvaise fois en rajoute une couche dans la dérive ambiante qu’on aurait pu éviter.
Il a été suffisamment expliqué démontré qu’il existe assez de moyens administratifs et juridiques pour recouvrer des impayés à l’égard d’usagers qui ont les moyens de payer, pour ne proner en pareil cas la légalisation d’une pratique qui signifie que les vendeurs d’eau peuvent se faire justice eux-même par cette mesure attentatoire à la dignité humaine.
Vous feriez-mieux d’utiliser votre énergie et votre plume pour exiger et obtenir un respect aussi rigoureux de la loi interdisant le lentillage que vous l’avez fait contre les coupures.

La publication de cet article par 2 personnes reconnues publiquement comme défenseurs du droit à l’eau est incompréhensible et affligeante.
Alors qu’on pouvait se satisfaire que l’année 2015 marque la consécration législative définitive du droit imprescriptible à une alimentation en eau répondant aux besoins fondamentaux, voir ainsi l’année 2016 commencer par une nouvelle offensive contre ce droit, au sein-même du camp des défenseurs de ce droit laisse pantois. On se frotte les yeux et on se dit qu’on cuachemarde

Espérons que cette initiative , demandant l’adoption d’une loi qui encadrerait la pratique sordide du lentillage, au motif que les multinationales rechignent à y renoncer, doit être mise sur le compte d’un moment d’égarement suite à un réveillon trop arrosé par d’autres liquides que l’eau potable.
Espérons que cet article sera rapidement retiré : en effet, il ne porte pas seulement atteinte à la crédibilité de ses auteurs, mais constitue un méchant croche-patte pour tous ceux qui s’impliquent pour le droit imprescriptible à l’eau.

Certes , la période en cours est fertile en initiatives régressives pour séparer les bons des mauvais français.
Mais cette proposition de remise en cause du droit à l’eau par la pratique sordide du lentillage à l’égard des mauvais usagers dont une commission indépendante aurait vérifié la mauvaise fois en rajoute une couche dans la dérive ambiante qu’on aurait pu éviter.
Il a été suffisamment expliqué démontré qu’il existe assez de moyens administratifs et juridiques pour recouvrer des impayés à l’égard d’usagers qui ont les moyens de payer, pour ne proner en pareil cas la légalisation d’une pratique qui signifie que les vendeurs d’eau peuvent se faire justice eux-même par cette mesure attentatoire à la dignité humaine.
Vous feriez-mieux d’utiliser votre énergie et votre plume pour exiger et obtenir un respect aussi rigoureux de la loi interdisant le lentillage que vous l’avez fait contre les coupures.

poste par scalpa granja - 2016-01-9@11:18 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!