Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Le Brexit, les pêcheurs français… et Havre 2000
par Marc Laimé, 27 décembre 2020

Au printemps 2004, dans le cadre du défunt « Festival de l’Oh ! », créé par Jacques Perreux dans le Val-de-Marne, nous avions interviewé Alexis Maheut, président du Comité régional des pêches de Haute-Normandie. Il nous révélait qu’un projet pharaonique d’aménagement du port du Havre, qui visait à concurrencer Anvers et Rotterdam pour le trafic des conteneurs, allait causer des dommages irréversibles à la plus grande « nurserie » de poissons de la Manche ouest, de Dunkerque à Brest… Plus de quinze ans plus tard, le Havre n’est toujours que le 51ème port mondial, mais l’épisode éclaire d’un jour cru la « crise de la pêche » qui a enflammé l’ultime bras de fer autour du Brexit… Conclusion logique, l’actuel gouvernement dégainait le jour de Noël de nouvelles « primes à la casse » pour accompagner le désarmement de la flotte française.

« Une journée avec Alexis Maheut, Pêcheur en mer.

Il n’embarque plus à 3 ou 4 heures du matin comme il l’a fait plus de 20 ans, quand il était marin-pêcheur, puis patron. Mais il arrive toujours très tôt le matin à la coopérative dont il est directeur-général, construite de ses mains avec les marins-pêcheurs dont il est devenu le vibrant défenseur, dans toutes les instances concernées par l’avenir de la profession. Bien sur il faut faire fonctionner la coopérative, qui commercialise, du pull aux bottes et aux cirés, en passant par les instruments de navigation, tous les équipements requis dès qu’on embarque en mer. Fournisseurs, comptabilité, livraisons... Mais sa passion est ailleurs. Les journées ne sont jamais assez longues pour lui permettre de défendre avec une fougue que les institutions ont appris à redouter un métier menacé par les ravages de l’industrie, du progrès technique, avec leur lot de pollutions.

Président du Comité régional des pêches de Haute-Normandie, qu’il représente au Comité national des pêches, Alexis Maheut poursuit depuis des années une véritable croisade. Interpelle experts, élus, politiques, à la mairie, la région, la Chambre de commerce et d’industrie, l’Agence de l’eau Seine-Normandie, dans les ministères, jusqu’à Bruxelles, et d’abord au Port autonome du Havre qui prépare depuis des années avec "Port 2000", un gigantesque projet d’aménagement.

Il vise à doter la Manche d’un port dédié au trafic des conteneurs qui rivaliserait à partir de 2010 avec Anvers et Rotterdam. L’impact du projet sur la baie de Seine sera considérable. L’enquête d’utilité publique, au fil d’une soixantaine de réunions, a fait émerger de nombreuses inquiétudes.

La baie est la plus importante nurserie de bars et de soles de la Manche Ouest, de Dunkerque à Brest. C’est là que se reproduisent, sur des vasières, les variétés qui font vivre des centaines d’équipages. Or le chenal va être réduit de 4 à 1 kilomètre, les courants vont augmenter et les vasières risquent d’être asséchées. Plus grave, près de 6 mètres de sédiments vont être extraits. Or c’est là que sont concentrées depuis un siècle toutes les pollutions industrielles charriées par la Seine jusqu’à la Manche : le cadmium, le mercure, le zinc, le plomb... En modifiant radicalement l’hydraulique du fleuve, en bouleversant les vasières qui sont des pièges et des filtres à polluants, on va même peut-être faire émerger de nouveaux polluants, jusqu’ici retenus par les sédiments, et dont personne ne se sentira responsable...

Aujourd’hui Alexis Maheut va à nouveau plaider sa cause au Port autonome. Il y dénoncera une autre absurdité. Alors que les directives communautaires "Natura 2000" et "Habitat" protègent les grenouilles, les crapauds ou les fleurs exceptionnelles, les bars ou les crevettes grises ne sont toujours pas protégés, en mer ou dans les fleuves ! Et de dénoncer dans la foulée la pollution déjà avérée des noix de coquilles Saint-Jacques. Elles sont pourtant pêchées à 30 milles de la côte, mais la concentration de cadmium dans leur poche noire dépasse de 3 fois les taux admissibles. Un espoir ? Qu’à l’exemple du Canada qui s’est doté de règlements protégeant le saumon et le cabillaud, et qui applique sévèrement le principe pollueur-payeur, la France se dote enfin, avec la nouvelle loi sur l’eau en préparation, d’une législation à la hauteur des enjeux.

L’anecdote :

Alexis Maheut se souvient qu’avant la construction du pont de Normandie il pêchait en 1971 la crevette grise à l’endroit exact où se dresse aujourd’hui le péage routier du pont, entouré d’arbres. Quand il le raconte on ne le croit quasiment jamais.

Les chiffres :

- Durant plus de 20 ans, à partir des années 70, l’usine chimique Thann et Mulhouse rejetait dans la baie de Seine 1200 tonnes d’acide sulfurique toutes les 24 heures. Ces rejets entrainèrent l’interdiction de vendre des crevettes grises à Caen : elles étaient devenues roses. Aujourd’hui l’usine rejette toujours 600 tonnes d’acide sulfurique dans la baie toutes les 24 heures.

- Une dizaine d’usines installées sur des affluents de la Seine utilisent, entre autres métaux lourds, du cadmium importé du Brésil. Rejeté dans l’océan, le cadmium met 30 ans pour disparaître. La présence de ce métal lourd dans un grand nombre de populations marines a entraîné l’interdiction de la vente des bulôts.

- Entre Barfleur et le Cap d’Antifer 400 bateaux de pêche de moins de 16 mètres sont en activité et procurent du travail à 1200 marins pêcheurs. On estime que chaque marin pêcheur fait travailler 3 personnes à terre.

Pourquoi ?

Les 300 hectares de vasières situés de part et d’autre du pont de Normandie constituent un lieu de reproduction privilégié pour les poissons, et l’écosystême le plus original de la réserve naturelle de l’estuaire de la Seine. Elles exercent aussi des fonctions capitales d’épuration des eaux. Mais depuis les débuts de l’industrialisation, 80% des vasières de l’estuaire de la Seine ont déjà disparu. Le Port autonome du Havre a engagé depuis plusieurs années la construction de "Port 2000", un gigantesque projet qui doit être achevé en 2010, et va bouleverser tout l’écosystême de la baie. Il vise notamment à faciliter le trafic des conteneurs sur la Seine, qui a progressé de 80% en 2003. Marins pêcheurs et écologistes redoutent que son impact ne réduise de 75% les capacités de la pêche en mer dans l’estuaire.

Les objets ou les outils de son quotidien :

- Filet "verveux" (pour anguilles), casier, chalut (grand cône de 7 mètres de large et 80 cm de hauteur, déjà utilisé pour une exposition à la Mairie du Havre).

Word - 126.9 ko
CP Ministre de la Mer, 24-12-20 -.

Lire aussi :

- Historique de la création de Port 2000

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand...

- Le port du Havre valide l’extension de Port 2000

https://www.lantenne.com/Le-port-du...

L’Antenne, 3 juillet 2018.

- Statistiques

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand...

- L’impact de Port 2000 sur l’environnement

(Comme la Directive « eaux marines et côtières » (DCSMM) ne sera transcrite en droit français que 10 ans plus tard, il n’existait alors aucun instrument ou enceinte qui aurait permis de défendre notre « nurserie »…)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand...

- Brexit, les pêcheurs européens sortis d’affaire pour l’instant

https://www.liberation.fr/france/20...

Pauline Achard, Libération, 25 décembre 2020.

impression

commentaires

1 Le Brexit, les pêcheurs français… et Havre 2000

Dommage que le document PDF (communiqué de presse sur le Brexit)ne soit pas lisible entièrement : toute sa partie droite est tronquée...

poste par nivobode - 2020-12-28@11:01 - Répondre à ce message
2 Le Brexit, les pêcheurs français… et Havre 2000

Je viens de le remettre sous .doc

poste par Marc Laimé - 2020-12-28@12:17 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!