Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
2022-09-26
REMOUS
par Marc Laimé, lundi 26 septembre 2022 @ 08:18

Deux associations de défense de l’environnement des Pyrénées-Orientales ont été auditionnées le 19 septembre dernier par les rapporteurs de la Délégation à la prospective qui enquêtent sur l’avenir de la gestion de l’eau en France.

Le spectre des interrogations de la mission d’information balaie large, comme en témoigne le sommaire reproduit ci-après, en introduction du compte-rendu établi pour la FRENE 66 par Joseph Genébrier au nom de la Fédération pour les espaces naturels et l’environnement.

Nonobstant, on anticipe sans peine des recommandations qui ne manqueront pas de proposer de supprimer tous les « irritants » qui entravent la dissémination des « bassines » partout où les irrigants et la FNSEA souhaitent les implanter…

PDF - 693 ko
Compte-rendu de l’audition par la FRENE 66 -.

impression

2022-09-21
REMOUS
par Marc Laimé, mercredi 21 septembre 2022 @ 19:07

Le collectif Bassines non merci vient de rappeler et de commenter la dernière étude sur les Plans territoriaux de gestion de l’eau (PTGE), publiée en mai 2022.

« Le Varenne de l’eau est une tentative de recul par rapport aux Actes des Assises de l’Eau.

https://www.igedd.developpement-dur...

Vous remarquerez que “- ici comme ailleurs - il n’est question que de "l’eau et des milieux aquatiques" = l’eau bleue ; et que l’eau verte produite et séquestrée dans les sols durant la phase terrestre du cycle de l’eau n’est pas nommée, et n’existe pas dans la tête des auteurs.

A nous donc de construire notre argumentaire en y ajoutant les fonctionnalités naturellement produites par la biodiversité, dont l’absence ou l’insuffisance (de biodiversité) est la cause première de la sécheresse des sols et de leur dépendance à l’irrigation.

L’eau verte est celle qui permet la vie, par le prolongement du temps de sa résidence durant la phase terrestre du cycle de l’eau. C’est elle qui maintient opérationnels les écosystèmes complexes qui régulent et augmentent la disponibilité de l’eau douce. Comprendre ce que représente l’eau verte est fondamental.

« Il est admis qu’en moyenne, l’eau verte correspond à deux tiers des précipitations au plan mondial, mais avec des variations fortes selon les contextes locaux. Le flux d’eau verte passe par le sol et provient de l’eau de pluie retenue par le sol. La régulation par le sol de la disponibilité de l’eau entre les saisons permet aux écosystèmes de satisfaire leurs besoins en eau qui sont permanents malgré le caractère intermittent et irrégulier des pluies. Ce mécanisme de stockage par le sol ne concerne, à un instant donné, qu’une faible quantité d’eau estimée à 0.05% des réserves en eaux douces au plan mondial. Toutefois, le stock en eau du sol est estimé être huit fois supérieur à celui des cours d’eau ».( Shiklomanov, 1993 )[1]

[1] https://www.quae-open.com/produit/1... page 20

Voici aussi, pour ceux que l’historique de la prise en compte des sols (et conséquemment de la gestion de l’eau !) intéresse, le lien vers l’historique du GIS SOL, sa genèse et son évolution sur 20 ans :

https://www.afes.fr/wp-content/uplo...

16 pages, pour une information qui vaut le détour.

Rappelons que la disponibilité de l’eau est directement proportionnelle à l’augmentation de la biodiversité des milieux et de la vitalité des sols vivants.

L’absence de vitalité (biodiversité) dans les sols des bassins versants est le responsable majeur de la réduction de la disponibilité de l’eau dans les milieux. Le déficit d’activité biologique dans les sols accentue leur assèchement et le réchauffement climatique.

Examen de l’élaboration de quinze PTGE ; Identification de voies de progrès (Appui à l’aboutissement de PTGE)

L’instruction du Gouvernement du 7 mai 2019 a défini le cadre d’élaboration des projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE). Ils sont le fruit d’une concertation locale qui doit associer toutes les parties prenantes. Avec la double préoccupation de sobriété des usages et d’anticipation des effets du changement climatique, ils doivent garantir la bonne fonctionnalité des écosystèmes aquatiques et assurer dans la durée un équilibre entre les usages de l’eau et la ressource disponible.

Le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) et le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) ont été missionnés pour apporter un appui aux acteurs locaux d’une quinzaine de PTGE et pour formuler des recommandations visant à accélérer l’aboutissement et la mise en œuvre opérationnelle des PTGE.

La mission relève que les difficultés rencontrées sur le terrain trouvent très souvent leur origine dans un déficit de méthode, de dialogue et d’écoute mutuelle. L’approche de la gestion locale de la ressource et des usages de l’eau est généralement compartimentée et lacunaire alors qu’elle devrait être systémique et globale et, à ce titre, intégrer les interactions entre les usages et l’ensemble des ressources naturelles (eau, sol, biodiversité, etc.).

Les recommandations formulées par la mission visent à s’assurer de la solidité des bases sur lesquelles les PTGE seront construits et à apaiser les débats en installant dans la durée une confiance entre les parties prenantes. Trois axes d’amélioration complémentaires sont identifiés :

(1) S’assurer de la qualité de la démarche et de son pilotage : mettre en place une gouvernance adaptée, arrêter très tôt une feuille de route, mobiliser et partager des connaissances éprouvées, s’appuyer sur des études rigoureuses, considérer l’ensemble des différentes ressources naturelles et conduire des actions en faveur de leur qualité, explorer et évaluer plusieurs scénarios d’équilibre dans la durée ;

(2) Renforcer l’accompagnement des acteurs locaux : actualiser et développer des outils, créer un centre de ressource national dédié aux PTGE – permettant de capitaliser et de partager des outils, des méthodes et les expériences des territoires – et une procédure de labellisation des PTGE ;

(3) Améliorer, si nécessaire par la voie réglementaire, (i) le partage d’informations sur les usages de l’eau, (ii) la mobilisation de plans d’eau aujourd’hui inutilisés et (iii) la répartition entre agriculteurs de l’eau avec l’ouverture de l’accès à l’irrigation pour de nouveaux agriculteurs.

Sur la base de ce retour d’expérience, et sous réserve de prendre en compte les points de vigilance relevés, la mission confirme l’intérêt du PTGE, démarche ascendante qui associe toutes les parties prenantes et leur fait confiance pour co-construire une solution, en particulier lorsqu’il s’agit de stocker de l’eau en faisant appel à d’importants financements publics.

Auteurs : Claude Gitton, Nathalie Bertrand, Virginie Dumoulin, Pascal Kosuth, CGEDD ; Gérard Fallon, Philippe Allimant, Alain Joly, CGAAER

Publié le 19 septembre 2022

Télécharger le rapport :

https://www.igedd.developpement-dur...

Complément d’actualité

Eh ben, ça y est, on y est !... On a touché le fond... Le 17 et le Marais Poitevin sont classés en noir !

Sud Ouest : Gestion de l’eau en Charente-Maritime : la préfecture annonce de nouvelles restrictions pour l’irrigation.

https://www.sudouest.fr/environneme...

Juste avant les "récoltes" de maïs, ce qui en reste, la préfecture 17 se décide enfin, après tant de mois de sécheresse... Cette décision est d’une duplicité certaine...

impression

2022-09-20
REMOUS
par Marc Laimé, mardi 20 septembre 2022 @ 06:42

Nous vous annonçons la sortie officielle du 1er épisode du Météo Bassines dont la description et le lien vidéo est ci-dessous.

Quelques minutes en compagnie de votre nouvelle présentatrice Soline Dégâts pour comprendre la réalité et l’actualité des projets d’accaparement de l’eau qui menacent la France. Découvrez les tendances météo des prochaines semaines : projets de méga-bassines sur le pays, perturbations anti-bassycloniques, ouragans citoyens, coefficient de maréchaussée... 🌦

EN SAVOIR + :

🔴 Retrouvez l’appel "PAS UNE BASSINE DE PLUS" et les organisations signataires ici :

👉 https://lessoulevementsdelaterre.or....

& le teaser pour la MANIF DE FIN DE CHANTIER

👉 https://www.youtube.com/watch?v=GQt.... Tenez vous prêt.e.s ...

Le début des travaux pourrait être imminent... Au moindre signe de démarrage du chantier, on converge massivement 3 semaines plus tard pour l’arrêter définitivement !

🧐 Pour approfondir sur le débat autour de ces projets

👉 https://reporterre.net/Bassines-et-...

🗺️ La carte collaborative en ligne Météo Bassines permet d’obtenir les renseignements sur la localisation des ouvrages, leur dimension, volume, réseau d’alimentation et de distribution, points de captages, statuts juridiques, porteurs de projets, exploitations concernées...(L’eau pompée dans les réserves naturelles communes pour remplir les bassines devient la propriété privée d’une minorité de grosses exploitations agricoles. La ribambelle de Thierry cités dans l’éphéméride fait partie de ces quelques irrigants privilégiés connectés à une méga-bassine

👉https://umap.openstreetmap.fr/fr/ma...

✊ Pour contribuer au recensement des projets, lancer l’alerte, transmettre les infos dont vous disposez 👉 meteobassines@riseup.net

📺 Le dernier épisode de BNM TV dédié à la conférence de presse sur le potentiel chantier de Ste Soline permet de savoir où nous en sommes et ce qui se prépare localement

👉 https://www.youtube.com/watch?v=yrS...

⚠ Pour suivre de près l’actualité de la lutte et les informations sur l’appel national "PAS UNE BASSINE DE PLUS" :

https://bassinesnonmerci.fr/ et https://fr-fr.facebook.com/soulevem...

🇫🇷 Les bassines sont un projet d’ambition nationale. Le gouvernement a nommé le préfet Frédéric Veau pour mettre en oeuvre les conclusions du "Varenne de l’eau et de l’adaptation au changement climatique" TRADUCTION = durant trois ans, c’est lui qui va donner le feu vert aux préfets pour la construction de bassines sur les différents territoires :

https://www.terre-net.fr/actualite-...

🔥 Le mouvement citoyen d’opposition aux méga-bassines assume aujourd’hui la nécessité de la désobéissance quand les crimes contre les biens communs, l’eau et les terres, sont appuyés par le gouvernement. Quelques images des dernières mobilisations 👉 https://www.youtube.com/watch?v=QWG...

A très vite pour un prochain épisode de Météo Bassines !

NO BASSARAN

Le Collectif Bassines Non Merci"

impression

2022-09-13
REMOUS
par Marc Laimé, mardi 13 septembre 2022 @ 06:38

L’entreprise qui a fermé unilatéralement des dizaines de piscines publiques, au motif du renchérissement du coût de l’énergie, suscitant une vive polémique, est une filiale de Suez Eau France, révèle un militant pour l’eau publique de l’Essonne…

« Mais qui donc sont les gredins qui se cachent derrière la société Vert Marine qui, après avoir fait main basse sur des dizaines de piscines publiques par DSP, n’hésitent pas à priver en cette rentrée, les élèves de l’enseignement obligatoire de la natation et les clubs sportifs (natation, plongée....) de leurs entraînements, pour préserver leurs marge de profits menacées par la spéculation sur l’énergie ?

L’actionnaire principal de Vert Marine, c’est... Opalia... détenu par SCM, Société de Contrôle et Management, filiale à 100% de Suez Eau France, qui l’utilise pour ses montages de filiales en cascade, pour échapper à l’impôt et brouiller les pistes.

Mais dans le cas d’Opalia, les dirigeants de Suez ne se sont pas beaucoup fatigués pour masquer leur emprise sur Vert Marine : le Président d’Opalia n’est autre que Matthieu Baille, Directeur Commercial SUEZ SES et, de toute façon, le siège d’Opalia se trouve dans les bureaux de SUEZ, dans la tour CB21 à la Défense !

Cerise sur le gâteau, la page linkedin de Matthieu Baille qui détaille son parcours. On y découvre de 2006-2009 une étape en qualité de délégué général de l’Union des conseillers généraux de France, sous le logo de Suez !

Ce sont donc les mêmes gredins qui refusent depuis 18 mois de produire les chiffres du RISF, comptes qui permettront de mesurer l’ampleur du racket opéré depuis des décennies à travers les factures d’eau potable des usagers du service d’eau du sud franciliens, au nom du "secret des affaires" (sic) !

Espérons un ressaissisement d’urgence des exécutifs des collectivités qui, une nouvelle fois dans cette affaire, se sont fait mener par le bout du nez par Opalia-Suez : Paris, pour la piscine Keller, Clichy sous Bois, DSP signée par le désormais ministre de la Politique de la Ville O. Klein, Rueil-Malmaison, Versailles, Meudon, Alfortville, Roissy Saint-Cyr l’Ecole ; et, pour l’Essonne, le looser is ... : " la CC de Dourdan en Hurepoix", (ricanements et cartons rouge dans le public !....).

A ceux qui s’étonnent de voir que des élus locaux continuent à plonger aussi complaisamment dans de tels pièges, nous disons : prenez quelques minutes (4 minutes) pour visionner la vidéo concoctée par le service communication de Suez-Opalia pour les embobiner : c’est un morceau d’anthologie qui mérite de figurer en place d’honneur du manuel "Le décervelage pour les nuls" :

https://www.opalia.fr/.../uploads/2....

De tels petits arrangements avec Vert marine et ses actionnaires, et c’est une nouvelle occasion pour les habitants de perte de confiance en leurs institutions ... et nourrir le terreau sur lequel prospère le vote bleu marine. »

(*) Pascal Grandjeat est l’un des animateurs de l’association Eau publique Orge-Essonne.

impression

2022-09-12
REMOUS
par Marc Laimé, lundi 12 septembre 2022 @ 09:16

Le président de l’Association Causses-Cévennes d’action citoyenne (ACCAC) vient de déposer une plainte contre X auprès du Procureur de la République de Mende, en Lozère, pour mise en danger de la vie d’autrui pour distribution d’eau destinée à la consommation humaine impropre à la consommation.

L’affaire repose sur un véritable travail de bénédictin ! Le recollement des synthèses annuelles d’analyse de la qualité de l’eau des 671 unités de distribution d’eau (UDI) de la Lozère, obtenues après force démarches, y compris des saisines de la CADA.

Ces analyses sont de la responsabilité des Agences régionales de santé (ARS) qui, contrairement à ce que l’on imagine, les sous-traitent pour l’essentiel à des multinationales privées, qui détiennent de ce fait un véritable monopole dans l’Hexagone.

On reste effaré à la lecture des synthèses reproduites dans la copie de la plainte reproduite ci-après, attestant de dépassements de normes de qualité quasi-systématiques, qui n’empêchent aucunement la distribution de cette eau aux usagers.

Il est vrai que les autorités préfectorales peuvent accorder des dérogations de 3 fois 3 ans aux collectivités concernées, le temps d’une « remise aux normes », ce qu’ignorent les usagers concernés…

Voir la plainte :

http://www.accac.eu/Histoire-d-eau/...

impression

2022-09-07
REMOUS
par Marc Laimé, mercredi 7 septembre 2022 @ 15:47

A l’invitation de plusieurs collectifs et associations nous étions intervenus en novembre 2019 dans le Tarn et Garonne, après l’affaire de Sivens, à laquelle nous avions consacré un ouvrage.

impression

2022-09-06
VAGUES
par Marc Laimé, mardi 6 septembre 2022 @ 11:07

Après la "plateforme citoyenne", voici la plateforme pour lanceurs d’alerte. La Cour des comptes a mis en en ligne mardi un site destiné à recueillir des signalements, a annoncé son premier président Pierre Moscovici.

"La Cour des comptes veut s’ouvrir davantage aux lanceurs d’alerte, à tous ceux qui peuvent se tourner vers nous pour signaler des situations indues, qui peuvent être sanctionnées", a expliqué à Paris l’ancien ministre des Finances, invité à s’exprimer lundi devant l’Association des journalistes économiques et financiers (Ajef).

Gestion de marchés publics, subventions, rémunérations, conflits d’intérêt : "sur notre champ de compétences, les lanceurs d’alerte" pourront signaler anonymement des situations "irrégulières" susceptibles de donner lieu à des contrôles des magistrats financiers, a-t-il détaillé.

Cette nouvelle plateforme s’inscrit dans le cadre du plan "Juridictions financières 2025", impulsé par Pierre Moscovici, qui vise à ouvrir davantage aux citoyens l’institution de la rue Cambon et les Chambres régionales des comptes (CRC).

Au printemps dernier, la Cour avait ainsi ouvert une plateforme permettant aux citoyens de suggérer des politiques publiques qui méritent selon eux d’être contrôlées par l’institution.

Six thèmes de travail (recours par l’Etat aux cabinets de conseil, fraude fiscale des particuliers, entre autres) ont été retenus par les magistrats financiers, qui ambitionnent de publier les six rapports dédiés au cours de l’année 2023.

Lundi, Pierre Moscovici a aussi affiché son ambition de faire de la Cour "une maison plus agile et plus rapide".

En fonction depuis juin 2020, le premier président veut ramener les délais de production de rapports de dix-sept à huit mois d’ici à 2025.

Il a enfin insisté sur l’importance de la collaboration entre la Cour et les CRC.

"Le national et le local, ce sont les deux faces d’une même médaille. Notre programme (de travail, NDLR) est un programme intégré, à tel point que notre rapport public 2023 portera sur la décentralisation", a annoncé Pierre Moscovici.

Publié d’ordinaire en février, ce rapport annuel "sera le premier totalement coproduit par la Cour et les CRC", s’est-il félicité.

Avec AFP.

- La plate forme de signalement :

https://signalement.ccomptes.fr/ent...

impression

2022-09-04
REMOUS
par Marc Laimé, dimanche 4 septembre 2022 @ 07:39

Une soirée est organisée à Saint-Ouen (93) le jeudi 8 septembre 2022 pour présenter la lutte menée par le collectif Bassines Non Merci en vue d’une grosse mobilisation prévue fin septembre dans le Marais Poitevin.

« Elle se déroulera le jeudi 08 septembre à partir de 19h15 à Mains d’Oeuvres à Saint Ouen (1 Rue Charles Garnier, 93400 Saint-Ouen).

Vous le lien vers l’évènements : https://fb.me/e/23utmP7R9

Au programme, projection du documentaire « Pour Quelques Grains d’Or » et échanges avec des membres du collectif et des défenseurs d’une autre agriculture et d’un accès à l’eau pour tou.te.s.

Tu connais les bassines ?

Les bassines sont de gigantesques réserves d’eau à ciel ouvert devant permettre l’irrigation des cultures en été. L’idée est simple, puisque l’on manque d’eau en cette saison, il suffit de la prélever dans les nappes phréatiques l’hiver lorsque celle-ci est en abondance et la stocker jusqu’à l’été pour compenser la période sèche. Ainsi, de grands trous sont creusés (5m de profondeur) sur 10 ha (l’équivalent de 10 terrains football), des digues sont levées pour les entourer (5m de hauteurs) et ils sont recouverts de bâches en plastique noires pour faire l’étanchéité. Si cela peut paraître plein de bon sens à première vue, derrière cette logique implacable, se cache en réalité un véritable scandale environnemental, économique, agricole et social.

Le département des Deux-Sèvres (79) est aujourd’hui particulièrement touché avec la signature en 2018 d’un protocole entre l’État et une coopérative d’agriculteur·ices irrigant·es (Coop de l’eau 79) prévoyant la construction d’au moins de 16 méga-bassines pour une capacité totale de 6,8 millions de m3 (soit 2 720 piscines olympiques pour une surface au sol de plus de 100 stades de France).

Si les pro-bassines soutiennent que ces constructions permettront une « utilisation rationnelle » de la ressource, ce projet risque surtout de voir un assèchement total du Marais Poitevin à moyen terme, entrainant la disparition d’une très grande partie de la faune et de la flore de la deuxième plus grande zone humide de France. De plus, bien loin de régler le problème de la ressource en eau, les méga-bassines vont l’épuiser menaçant ainsi l’accès l’eau potable naturelle.

Au-delà ce cette dimension écologique, ces projets consistent une nouvelle fois en un accaparement d’un bien commun, l’eau, au profit d’une extrême minorité d’agriculteur·ices (5% environ) pour nourrir un système agricole productiviste et déconnecté de son terroir. En effet, la grande majorité des bénéficiaires des bassines sont des cultivateur·ices d’un maïs principalement dédié à nourrir du bétail en France ou à l’étranger.

Ils reflètent également les dérives de la Politique Agricole Commune et d’un État complice puisque chacun de ces projets bénéficie d’un financement public à près de 70%. Ils traduisent enfin l’aveuglement de ces agriculteur·ices et de la FNSEA, leur syndicat, bien décidé·es à engranger le maximum de profits quite à détruire un écosystème complet et à mettre en danger l’accès à l’eau pour tou.te.s.

Fondé en 2018, le collectif Bassine Non Merci réunit des usager·ères de l’eau, des agriculteur·ices, des riverain·es et passionné·es du Marais qui luttent par tous les moyens pour stopper ces projets écocides. Soutenu par des organisations et collectifs comme la Confédération Paysannes, les Soulèvements de la terre, Greenpeace, la Ligue de Protection des Oiseaux, ATTAC et diverses formations politiques (France Insoumise, EELV, etc.), BNM organise de nombreuses manifestations pour obtenir l’annulation des chantiers et promeut d’autres formes d’agriculture et de relations avec le vivant.

Aujourd’hui l’heure est à la mobilisation, car le chantier d’une nouvelle bassine va être lancé dans les prochains jours à Sainte-Soline (79). À cet égard, le collectif BNM, les Soulèvements de la Terre, ainsi que la Confédération Paysanne organisent le 3ème week-end après le début des travaux une « grande manifestation de fin de chantier » à laquelle nous sommes toutes et tous convié·es. Cette lutte est fondamentale, car si nous laissons passer la mise en oeuvre de ce chantier, nous ouvrons la porte à leur généralisation, puisque des milliers d’autres projets de ce type sont actuellement dans les cartons partout en France. »

impression

2022-09-02
VAGUES
par Marc Laimé, vendredi 2 septembre 2022 @ 10:08

Lancé en septembre 2021, ce nouveau media a pour ambition de vulgariser les concepts de grand et petit cycle de l’eau favorables aux rivières.

« Avec un collègue, Jeremy Pourreau du syndicat de rivière du Dessoubre, nous avons, sur notre temps personnel (on n’est pas là sous couvert de nos institutions) lancé en septembre 2021 ce média qui a pour ambition d’un mardi par mois (17h30 à 19h) de vulgariser les concepts du grand et petit cycle de l’eau favorables aux rivières auprès des élus en charge de la gestion des rivières (GEMAPI) et plus largement aussi.

L’OFB national nous parraine et nous travaillons avec le centre de ressource cours d’eau sur le contenu.

Des partenariats avec les réseaux rivières, la fédération des Conservatoires d’Espaces Naturels et l’Office International de l’EAU ont aussi lieu pour catalyser nos moyens d’actions.

Vous trouverez sur le site les vidéos que nous produisons en propre et des vidéos courtes complémentaires sur le même sujet que nous diffusons (avec l’accord de leur éditeur).

A ce jour, le site a reçu plus de 15 000 vues et plus de 2000 visiteurs différents dont 530 abonnés.

Pour information, vous trouverez ci dessous le contenu des prochaines émissions :

- le 27 septembre aura pour thème "les inondations, peut on les contrôler ?" avec l’OFB et un syndicat de rivière.

- en octobre avec l’Office International de l’Eau sera sur "la politique de l’eau en France : quel contexte et quel futur ?"

Le site :

https://www.youtube.com/channel/UCH...

Contacts :

Jérémy POURREAU - Coordinateur

Tél : 06 75 10 95 77

Antoine WEROCHOWSKI – support technique

eautv.elu@gmail.com

impression

2022-08-30
REMOUS
par Marc Laimé, mardi 30 août 2022 @ 15:39

Un article très fourni sur les Méga-Bassines à partager absolument.

Texte de Magali Reghezza, géographe et membre du Haut Conseil pour le climat (HCC) et Florence Habets, Directrice de recherche CNRS en hydrométéorologie, professeure à l’École normale supérieure (ENS) – PSL. https://bonpote.com/les-mega-bassin...

Lire aussi :

Gestion de l’eau : devons-nous être des plombiers de l’environnement ?

https://lejournal.cnrs.fr/billets/g...

Florence Habets, Le Journal du CNRS, 22 mars 2022.

Voir aussi :

• Les plans d’eau en Pays de la Loire – replay webinaire :

https://www.pays-de-la-loire.develo...

“Afin d’expliquer les impacts de ces plans d’eau sur la ressource en eau, Florence Habets, hydroclimatologue, directrice de recherche au CNRS, membre du laboratoire de géologie de l’École normale supérieure est intervenue le 15 septembre 2021 auprès de l’ensemble des acteurs de l’eau de la région.” DREAL Pays de la Loire

Vous pouvez également télécharger sur cette page le diaporama support de l’intervention, un document comprenant les réponses aux questions qui n’ont pas pu être traitées lors des échanges et une bibliographie.

https://www.lemonde.fr/climat/artic... • Le Monde : « Pour anticiper la raréfaction de la ressource en eau, il faut transformer le système agricole ».

https://www.lemonde.fr/idees/articl... • Le Figaro : Sécheresse : l’état des canalisations responsable de la fuite d’« un milliard de mètres cubes d’eau potable par an ». https://www.lefigaro.fr/conjoncture... • franceinfo : Sécheresse : il faut remplacer le stockage d’eau "en surface" par un stockage "dans les sols", estime un spécialiste. https://www.francetvinfo.fr/economi...

• Ouest-France : ENTRETIEN. « La France doit rattraper son retard en irrigation », estime Christiane Lambert.

https://www.ouest-france.fr/economi...

Rassurez vous, après le COVID et l’Ukraine, les affaires reprennent... enfin presque... "La bonne tenue du marché des explosifs et de la démolition a permis de compenser la baisse de l’activité dans les additifs diesel."

https://www.boursier.com/actions/ac...

Selon le ministre de l’agriculture, pour lutter contre la sécheresse "Il faut prélever les excès d’eau" et la penser "comme une denrée rare et à réguler"... En clair, multiplions les réserves de substitution comme les bassines pour l’irrigation agricole...

https://www.radiofrance.fr/francein...

A mettre en parallèle avec la publication du décret relatif à la gestion quantitative de la ressource en dehors de la période de basses eaux, résultat du Varenne agricole de l’eau. Voir article en pièce jointe.

PDF - 602.5 ko
Décret prélèvement -.

impression


» Archives «