Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FLUX
Qu’est-ce qui préoccupe les professionnels de l’eau ?
par Marc Laimé, 21 avril 2009

L’Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement (ASTEE), regroupe depuis 1905 les professionnels de l’eau français, publics et privés. Tout à la fois amicale professionnelle, discrète instance de lobbying, ses réflexions et préconisations font autorité dans le secteur. Aussi n’est-il pas inintéressant de connaître les préoccupations de notre « grande famille », qui dessinent en creux, sans coup férir, les orientations que connaîtra le secteur de l’eau dans les prochaines années. Dans le même ordre d’idées, on prendra connaissance avec intérêt du colloque national, sponsorisé par Veolia, qu’organisera les 20 et 22 octobre 2009 à Romainville (93), Adebiotech, qui se présente comme « le think tank indépendant des biotechnologies en France ». Il sera en effet consacré à « l’apport des biotechnologies à l’analyse des polluants émergents ». Un sujet sensible, et fortement d’actualité, à l’heure où la Direction générale de la Santé s’apprête à recruter la perle rare qui va devoir construire la future version du SISE-Eaux, le gigantesque système informatique créé en 1992, qui centralise toutes les données produites par les DDASS sur la qualité de l’eau potable… Autant de signes qui attestent que la question de la qualité de l’eau va sans conteste occuper fortement l’actualité dans la période qui s’ouvre.

On le vérifiera en prenant connaissance du programme du 88ème Congrès de l’ASTEE, qui se tiendra à Nice du 10 au 12 juin 2009.

Axé sur « Les services publics locaux de l’environnement et l’Europe : enjeux et opportunités », ce congrès abordera notamment tous les enjeux liés à la transcription des très nombreuses directives d’origine communautaire qui orientent désormais massivement les politiques de l’eau.

Mais une lecture attentive de son programme indique aussi quelles sont les vraies préoccupations du secteur, parfois fort peu médiatisées.

Seul écueil, et il est de taille, l’accès au colloque n’est pas gratuit : 500 euros pour les personnes non membres de l’ASTEE. Dommage.

PDF - 933.4 ko
Le programme du 88ème Congrès de l’ASTEE

Le colloque national d’Adebiotech

Tout aussi intéressant, cet autre colloque, titré « Apport des biotechnologies à l’analyse des polluants émergents », qui se tiendra du 20 au 22 octobre 2009, au Parc Biocitech, à Romainville (93).

Ses objectifs :

- Présenter les avancées de recherche et les limites des méthodes d’analyse actuelles des polluants émergents en France ;

- Réaliser un bilan des outils biologiques intégrateurs de suivi disponibles et des besoins de développement dans ce domaine ;

- Evaluer l’enjeu économique de la mise en œuvre de ces méthodes par rapport au coût de l’eau ;

- Formuler des propositions et recommandations concrètes qui viseront à corriger les déficiences mises en avant en alimentant des programmes de R&D nationaux et européens. 


- 

Voir la présentation du colloque sur le site d’Adebiotech

La refonte du SISE-Eaux

L’appel d’offres est impressionnant, et on souhaite bon courage à l’heureux élu.

Pas le droit à l’erreur pour celui ou celle qui va devoir développer une nouvelle version de la fantastique architecture de SISE-Eaux, qui centralise les plus de 4 millions d’analyses effectuées chaque année par les DDASS, surtout à l’heure où les directions déconcentrées de l’Etat sont en proie aux affres de la RGPP…

PDF - 42.9 ko
Un nouveau chef de projet pour la maîtrise d’oeuvre du nouveau SISE-Eaux

INERIS : réunion-débat sur l’amélioration de la qualité des eaux

Et n’oublions pas l’Ineris, dont le responsable du « Pôle Dangers et Impacts sur le Vivant », M. Eric Thybaud, présentera le 12 mai prochain à Paris, les méthodologies mises en œuvre pour évaluer l’impact des polluants chimiques sur le milieu aquatique, en particulier le calcul des PNEC (concentration prédite sans effet) et l’application des normes de qualité environnementale.

Le débat se tiendra le mardi 12 mai de 14h à 17h à l’INERIS (bureaux parisiens).

60-62 rue d’Hauteville. 75010 Paris.

Métro Château d’Eau (ligne 4), Bonne Nouvelle (lignes 8 et 9) ou Poissonnière (ligne 7).

Inscription avant le jeudi 7 mai :

Isabelle Clostre

Chargée de relations publiques

INERIS, Direction de la Communication

Tel : 03 44 55 63 23

isabelle.clostre@ineris.fr

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!