Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Inondations : le coût des dégâts multipliés par deux en 2050 en Europe ?
par Marc Laimé, 3 mars 2014

Une étude publiée par la revue Nature Climate Change vient de souligner qu’en raison d’un épisode important en Allemagne et une partie de l’Europe centrale, le coût des inondations en Europe a atteint 12 milliards d’euros en 2013, contre 4,9 milliards par an en moyenne sur la période 2000-2012. Et continuerait à croître irrésistiblement à l’horizon 2050.

En ce début 2014, des inondations importantes ont de nouveau frappé la Grande-Bretagne, le Var et la Bretagne en France, ainsi que le centre de l’Italie. La Bretagne vient de connaître son hiver "le plus pluvieux" depuis 1959, indiquait le vendredi 2 mars 2014 Météo France dans son bilan provisoire de l’hiver météorologique (décembre à mars).

Le rapport (*) publié par Nature Climate Change incrimine le changement climatique, mais aussi le développement économique qui augmente le nombre et la valeur des biens à risques…

L’étude avait pour objectif d’évaluer le risque inondation en Europe dans les décennies à venir, en réunissant plusieurs disciplines : hydrologie, économie, mathématiques et adaptation au changement climatique.

Elle s’appuie sur les débits de plus d’un millier de cours d’eau et des données sur les schémas de protection actuels et futurs contre les inondations, dans un scénario projetant une hausse de la température de 2,8°C au 21e siècle.

Faire face au problème, préviennent Brenden Jongman, chercheur à l’Institut des études environnementales à l’université d’Amsterdam et ses collègues, va nécessiter tout un panel de mesures, avec des investissements dans des protections mais aussi une coopération plus importante, y compris financière, entre membres de l’Union européenne.

Les chiffrages des dégâts potentiels seraient appelés à croître selon les modèles utilisés par les chercheurs : un tiers de l’augmentation est attribuée au changement climatique qui va modifier les régimes de précipitations et accroître les risques d’inondations importantes, mais les deux tiers restants s’expliqueraient par le développement économique, qui augmente le nombre et la valeur des biens à risque…

Un paradoxe à méditer à l’heure de l’appel à la mobilisation générale contre les inondations.

- (*) « Increasing stress on disaster-risk finance due to large floods »

- Brenden Jongman, Jeroen C. J. H. Aerts, W. J. Wouter Botzen & Philip J. Ward, Institute for Environmental Studies, VU University Amsterdam, De Boelelaan 1087 1081HV Amsterdam, The Netherlands ;

- Stefan Hochrainer-Stigler, Reinhard Mechler & Georg Pflug, IIASA—International Institute for Applied System Analysis, Schlossplatz 1 Laxenburg 2361, Austria ;

- Luc Feyen & Rodrigo Rojas, European Commission—Institute for Environment and Sustainability, Joint Research Centre, via E. Fermi 2749 I-21027 Ispra (VA), Italy ;

- Laurens M. Bouwer, Deltares, Rotterdamseweg 185 Delft 2629 HD, The Netherlands.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!