Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Nitrates : l’extension des zones vulnérables décriée dans la Creuse, le Cantal et la Nièvre
par Marc Laimé, 21 octobre 2014

Reflet de la mobilisation générale décrétée par la FNSEA contre l’extension du classement de milliers de nouvelles communes en zone vulnérable aux nitrates, les parlementaires des zones rurales se mobilisent pour interpeller la ministre de l’Ecologie, qui se défausse systématiquement sur le ministère de l’Agriculture… Les réponses de ce dernier décrivent par le menu la stratégie élaborée pour ruser une fois de plus avec Bruxelles en espérant échapper ce faisant à une nouvelle condamnation pour manquement à la Directive nitrates, qui date de 1991...

La question écrite n° 13042 de M. Jean-Jacques Lozach (Creuse - SOC), publiée dans le JO Sénat du 11/09/2014 - page 2039 :

« M. Jean-Jacques Lozach attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur la possible désignation de communes du département de la Creuse en tant que zone vulnérable à la pollution par les nitrates d’origine agricole, dans le cadre de la mise en œuvre de la directive européenne 91/676/CEE du 12 décembre 1991 concernant la protection des eaux contre la pollution par les nitrates à partir de sources agricoles.

« Le 21 décembre 2012, la cinquième campagne de mesures de la qualité des eaux a conduit le préfet coordonnateur de bassin Loire-Bretagne à classer par arrêté le territoire des trois communes de Folles, Saint-Amand-Magnazeix et Saint-Hilaire-la-Treille, situées en Haute-Vienne et limitrophes du département de la Creuse, en « zone vulnérable aux pollutions par les nitrates d’origine agricole ».

« En raison de ce classement, les exploitations agricoles, situées dans la Creuse, possédant un ou plusieurs bâtiments d’élevage et/ou cultivant une ou plusieurs parcelles sur une de ces trois communes étaient désormais concernées par la mise en œuvre d’un programme d’action « nitrates » constitué de huit mesures.

« Du fait de dépassements limités et très modérés des taux en nitrates, dans une région par ailleurs concernée alors pour la première fois par cette directive européenne, les mesures qui s’appliquaient correspondaient aux seules prescriptions nationales.

« Depuis l’été, quarante communes de la Creuse, essentiellement du nord de ce département, sont concernées par un projet de révision de la délimitation des zones vulnérables en France, projet qui aboutirait au classement de 3 800 communes supplémentaires. La chambre d’agriculture de la Creuse et la fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) estiment que cette mesure imposerait des contraintes fortes et injustement pénalisantes pour les agriculteurs. En effet, le classement de communes creusoises est perçu comme disproportionné et non fondé. Il doit être soumis à consultation à l’automne et être tranché d’ici à la fin de l’année 2014. Il lui demande de faire part des éléments précis (taux de nitrates) qui ont justifié le projet d’extension du zonage dans la Creuse et, dans l’hypothèse de sa validation totale ou partielle, d’indiquer les mesures d’accompagnement et d’aide qui seront alors mises en œuvre en direction des exploitations impactées. »

La question écrite n° 12986 de M. Pierre Jarlier (Cantal - UDI-UC), publiée dans le JO Sénat du 04/09/2014 - page 2013 :

« M. Pierre Jarlier attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur l’application de la nouvelle carte des zones dites « vulnérables » aux nitrates, imposée par la Commission européenne (directive européenne 91/676/CE) sous peine de sanctions financières.

« Pour donner des gages à l’Europe, la France vient d’inscrire 3 888 communes supplémentaires en zones vulnérables portant leur nombre à 23 128 au total.

« Pour le monde agricole, cette extension concerne 63 000 exploitations dont plus de la moitié à orientation d’élevage ou de polyculture. 
Dans le Massif central - région connue et reconnue à juste titre comme le « château d’eau » de la France - près de 4 000 exploitations agricoles seraient touchées par cette mesure, dont 600 implantées dans le Cantal et réparties sur 18 communes.

« Dans ce département de montagne, l’incompréhension est totale. Ce classement en zone vulnérable a des conséquences financières importantes pour les agriculteurs puisqu’ils devront augmenter le délai de stockage des effluents en investissant dans des bâtiments supplémentaires et respecter un cahier des charges beaucoup plus strict.

« Si certaines pratiques agricoles isolées peuvent être dénoncées, cette extension généralisée pénalise l’ensemble des exploitations d’une commune, qu’elles soient ou non à l’origine de ce problème environnemental.

« Le critère d’eutrophisation littorale et continentale est d’ailleurs discutable car il ne permet pas d’évaluer précisément d’où vient la difficulté concernée, ni la contribution de chaque territoire.

« La réponse du Gouvernement français à la condamnation par la justice européenne, en juin 2013, ne saurait être uniquement quantitative et pénalisante pour l’ensemble des agriculteurs. 
Il lui demande s’il est possible de prévoir un nouvel examen de ce dossier sensible, afin de mieux prendre en compte la réalité du terrain dans ce classement, d’en exclure les communes du Cantal et de privilégier les mesures coercitives pour sanctionner les pratiques agricoles non conformes à la réglementation. »

La question orale sans débat n° 0874S de Mme Anne Emery-Dumas (Nièvre - SOC), publiée dans le JO Sénat du 16/10/2014 - page 2315 :

"Mme Anne Emery-Dumas attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur le document de communication émanant de la Commission européenne et prévoyant une modification de la directive « Nitrates » par l’extension des zones vulnérables « nitrates ».

La directive européenne 91/676/CEE aussi appelée directive « Nitrates » se traduit par la définition de zones vulnérables où des pratiques agricoles particulières sont imposées pour éviter les risques de pollution.

Cette révision annoncée va très fortement impacter le département de la Nièvre, dans un contexte économique et social déjà très dégradé, notamment à la suite de la baisse des cours du broutard, de moissons de faible qualité, d’un déficit fourrager en raison de la sécheresse du printemps de 2014 et de l’impact de la politique agricole commune (PAC) pour 2014-2020.

80 nouvelles communes seront a minima concernées, territoires où l’élevage allaitant extensif charolais prédomine. Il a déjà été possible d’observer que certaines zones nivernaises délaissent aujourd’hui l’élevage (initiatives isolées). Il est donc à craindre que les nouvelles contraintes liées à un classement en zone vulnérable ne renforcent cette dynamique individuelle de reconversion vers des activités de grande culture, fragilisant ainsi, un peu plus, la filière d’élevage allaitant et contrariant les dispositions du projet agricole départemental pour 2014-2020 qui vise à conforter l’élevage par la création de valeur ajoutée supplémentaire.

L’approche normative de Bruxelles a clairement montré ses limites. Elle lui demande donc s’il est possible que le Gouvernement fasse conduire de nouvelles études scientifiques, afin de mettre la révision de la directive à l’ordre du jour de l’agenda européen, et que, dans l’attente, soit proposé un calendrier, réaliste et soutenable sur plusieurs années, de mise en œuvre des nouvelles contraintes européennes, notamment quant au stockage des effluents d’élevage."

La réponse du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, publiée dans le JO Sénat du 16/10/2014 - page 2343 :

« La lutte contre la pollution diffuse par les nitrates est un enjeu important qui s’inscrit dans un contexte de double contentieux communautaire. La France a été condamnée par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) le 13 juin 2013 sur l’insuffisance de délimitation de ses zones vulnérables. Le deuxième contentieux, pour lequel la France a également été assignée devant la CJUE, porte sur l’insuffisance des programmes d’actions qui s’appliquent à ces zones.

« S’agissant du contentieux relatif aux zones vulnérables, la révision du classement des zones vulnérables de 2012 répondait en partie aux insuffisances constatées dans l’arrêt de la CJUE du 13 juin 2013. Toutefois, certaines règles utilisées pour cette délimitation sont toujours contestées par la Commission européenne, et pourraient mener très rapidement à une condamnation en manquement sur manquement avec sanctions financières, si cette affaire devait à nouveau être portée devant la CJUE.

« Une nouvelle révision des zones vulnérables, visant à répondre à ces critiques, est donc nécessaire. Un projet de révision, construit au niveau national à partir de données fournies par les bassins, a ainsi été soumis à la Commission à l’été 2014.

« Il propose :

- le classement des communes concernées par les masses d’eau ayant des points de surveillance en dépassement des seuils de concentration usuels, avec des classements partiels des masses d’eau souterraines s’ils sont justifiés par les caractéristiques hydrogéologiques de la masse d’eau ;

- l’utilisation d’un seuil unique de concentration en nitrates des eaux superficielles au-delà duquel la masse d’eau est proposée au classement, afin de tenir compte à la fois de l’eutrophisation littorale et marine et de l’eutrophisation continentale.

« La valeur du seuil a été retenue en cohérence avec les valeurs utilisées par les bassins pour la prise en compte de l’eutrophisation littorale et marine pour le classement de 2012. Il est proposé d’appliquer ces règles sur l’ensemble du territoire national qui n’était pas classé en zone vulnérable. Le projet de révision ainsi soumis à la Commission vise à clore le contentieux, et donc à éviter de lourdes sanctions financières (amende d’environ 20 M€ et astreintes mensuelles estimées à 3,5 M€).

« Le Gouvernement est conscient du fort impact sur le secteur agricole, et en particulier pour l’élevage, de cette proposition de révision des zones vulnérables. C’est pourquoi, il a également porté au niveau européen la nécessité d’accompagner les exploitations concernées (information, formation, accompagnement à la mise en œuvre des bonnes pratiques de gestion de l’azote fixées par les programmes d’actions nitrate...).

« Pour la mise aux normes des capacités de stockage des effluents de leurs exploitations, les éleveurs, qui ont déjà fait beaucoup d’efforts, bénéficieront des aides maximales possibles au regard des règles communautaires. En accord avec les régions, le fonds européen agricole pour le développement rural pourra être mobilisé en complément des crédits publics (État, collectivités, agences de l’eau), dans le cadre des programmes de développement rural régionaux.

« Les délais de mise en œuvre des mesures seront discutés avec la Commission. La procédure de révision du classement se déroule dans un calendrier resserré, pour aboutir d’ici la fin de l’année 2014. Elle ne peut souffrir d’aucun retard, sous peine d’une relance de la procédure contentieuse.

« Toutefois, le Gouvernement a demandé que la consultation, sous l’égide des préfets de bassin soit menée de la manière la plus ouverte possible. Des modifications du zonage pourront ainsi être retenues, à condition qu’elles soient scientifiquement étayées et donc pleinement justifiables auprès de la Commission européenne.

« Dans le même temps, une expertise scientifique va être lancée afin d’établir une synthèse des connaissances disponibles sur les phénomènes d’eutrophisation des eaux (description du phénomène, causes...).

« Au-delà de la délimitation des zones vulnérables, se pose la question du contenu des mesures à mettre en œuvre dans les programmes d’actions « nitrates » qui s’appliquent dans ces zones. Ainsi dans le cadre de la seconde procédure contentieuse, relative à l’insuffisance des programmes d’actions, la France s’est engagée depuis le début de l’année 2010 dans une vaste réforme de son dispositif réglementaire « nitrates ».

« Cette réforme a été menée en concertation étroite avec la profession agricole, en s’appuyant sur une approche agronomique. La publication de l’arrêté du 23 octobre 2013 a permis de disposer d’un programme d’actions national complet et en vigueur depuis le 1er novembre 2013 dans les zones vulnérables délimitées en 2012. La réforme est pleinement opérationnelle depuis l’adoption et l’entrée en vigueur des programmes d’actions régionaux intervenue au printemps et à l’été 2014.

« Dans le cadre de ce deuxième contentieux, la CJUE a prononcé un arrêt en manquement pour mauvaise application de la directive « nitrates » à l’encontre de la France le 4 septembre dernier. La CJUE a considéré que les programmes d’action qui s’appliquaient dans les zones vulnérables entre 2009 et 2012 étaient insuffisamment rigoureux au regard des exigences de la directive.

« Cette condamnation porte donc sur l’ancienne génération de programmes d’actions. La plupart des sujets soulevés dans le jugement de la Cour de Justice ont déjà été corrigés dans le nouveau dispositif réglementaire (périodes d’interdiction d’épandage, précision de la réglementation sur le calcul de la dose prévisionnelle, mode de calcul des capacités de stockage, normes de rejets d’azote pour les bovins et les porcins).

Sur certains points sensibles (modalités de stockage des fumiers compacts au champ, épandage sur les sols en forte pente...), la France échangera avec la nouvelle Commission européenne sur les évolutions attendues, en veillant à concilier performance économique des exploitations agricoles et respect des exigences environnementales. Cet exercice sera conduit en cohérence avec celui prévu pour l’extension des zones vulnérables. »

Lire aussi :

Zones vulnérables, la guerre est déclarée.

La creuse agricole et rurale, 24 octobre 2014

impression

commentaires

1 Nitrates : l’extension des zones vulnérables décriée dans la Creuse, le Cantal et la Nièvre

Camarade tu utilises l’image d’un requin baleine créature pacifique s’il en est, vivant en eau chaude qui plus est, pour illustrer l’eau glacée des calculs égoistes. Un orque dans un verre de wisky serait plus approprié.

poste par X - 2014-11-3@09:21 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!