Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Irrigation : le changement climatique a bon dos
par Marc Laimé, 3 février 2014

Avant sa nomination au ministère de l’Ecologie en remplacement de Delphine Batho, Philippe Martin avait remis au Premier ministre un rapport qui réouvrait en grand les vannes de l’irrigation pour l’agriculture intensive. Les annonces de « remise à flot » ne cessent depuis lors de pleuvoir, au grand dam des tenants sincères d’un développement soutenable…

Nommé le 4 juillet 2013 en Conseil des ministres, Philippe Martin signait dès le 15 juillet un décret qui prolongeait les dérogations à l’interdiction de prélever de l’eau à des fins d’irrigation agricole dans les "zones de répartition des eaux" (ZRE), c’est-à-dire les zones en déficit quantitatif.

Avant que de lever peu après, avec effet immédiat, le moratoire sur la construction de nouvelles retenues collinaires décidé par Delphine Batho.

La 2ème Conférence environnementale de septembre 2013 entérinait tout à la fois le retour en arrière, et surtout une nouvelle fuite en avant.

Dans une mémorable séance du 18 décembre 2013, le Conseil national de l’eau, balayant les réticences de ses membres, les contraignait à avaliser un véritable programme de relance forcenée de l’irrigation intensive, déclenchant une bronca sans précédent qui pourrait avoir quelques conséquences sur le fonctionnement du « lobby des lobbies de l’eau » qu’est devenu le CNE.

Nouvelle illustration de cette fuite en avant délétère avec une récente annonce du Conseil général du Lot-et-Garonne.

Deuxième département irrigant de France, le Lot-et-Garonne vient en effet de lancer une « mission d’information et d’évaluation sur les impacts du changement climatique sur la ressource en eau. »

A l’échelon départemental, la démarche est nouvelle. Et ne se cantonne pas au stade de l’étude : elle doit déboucher sur des propositions d’actions pour anticiper ces impacts. Pourquoi ce département innove-t-il ?

"Parce que les Sud-Ouest et Sud-Est seront les territoires les plus touchés d’ici dix à cinquante ans par le réchauffement climatique, avec une pluviométrie constante mais des orages d’hiver plus fréquents, plus intenses et des étés de plus en plus secs", explique Raymond Girardi, président de la mission et vice-président du conseil général en charge de l’agriculture, de la forêt et de l’environnement.

Ce que confirmeraient les études engagées depuis peu au niveau régional par l’Aquitaine, qui s’est dotée d’un "scénario réchauffement" et d’une cellule de suivi.

Chaque été, le Lot-et-Garonne a son lot de pénuries et restrictions d’usage. D’où, pour ses thuriféraires, l’intérêt d’une mission départementale constituée de huit élus qui se préparent à enchaîner les auditions d’experts, afin de rendre un rapport à la rentrée 2014.

Parmi les solutions d’adaptation « en réflexion », avant quelque audition que ce soit, figurent… « la création de retenues collinaires ou la réalimentation de nappes… »

On notera avec intérêt que la mission départementale est uniquement composée d’élus d’un département dont le Conseil général semble n’être voué qu’à la défense acharnée d’un modèle agricole dévastateur…

Ne reste dès lors plus qu’à attendre de connaître le nombre de nouvelles cuvettes et bassines dont la construction va être décidée afin « d’adapter le département aux effets du changement climatique », et, accessoirement, combien de millions d’euros d’argent public (Agence de l’eau, Conseil général, fonds européens…) vont être engloutis dans cette pure folie.

Charente : le coup de Jarnac ?

Dans le même ordre d’idées, la dernière édition de la Gazette de l’Association protection et avenir du patrimoine en pays d’Aigre et en nord Charente, nos valeureux amis de Tusson, vient de nous apprendre que le JO du 30 mars 2013 avait publié l’acte de naissance d’un regroupement d’associations d’irrigants, intitulé « Aquanide irrigants de Poitou Charentes », qui a pour objet social de « représenter et défendre les intérêts de l’irrigation et des irrigants auprès de l’administration et des collectivités publiques ou privées, participer à la gestion patrimoniale et collective de la ressource en eau conformément à la loi sur l’eau, promouvoir l’irrigation auprès de tous les publics, contribuer à la formation et à l’information des irrigants par les moyens qu’elle jugera satisfaisants ».

La Gazette poursuit en nous précisant que l’objet principal de ce groupement est d’organiser et promouvoir à l’échelle industrielle l’irrigation à partir de 300 réserves à construire en Poitou-Charentes.

L’objet second est de mettre en place, au niveau national, un réseau politico-juridique qui empêcherait toute opposition à ces projets.

Et rappelle qu’une vingtaine de réserves sont déjà en service sur le seul bassin de l’Aume-Couture.

Or, durant l’année 2013, malgré une pluviométrie excédentaire huit mois sur dix, le déficit en eau n’est toujours pas comblé.

On a relevé en Charente 400 kilomètres d’assec l’été dernier…

Le 14 janvier 2014, alors que les rivières atteignent leur seuil d’alerte aux crues, l’association des irrigants du Poitou-Charentes, Aquanide, relançait le débat sur le stockage de l’eau en s’appuyant sur la preuve par les chiffres.

« Le débit actuel de nos rivières nous permettrait d’alimenter les réserves encore à l’état de projet, dans la région », expliquait son président, Louis-Marie Grollier. Il précisait qu’en janvier, il est tombé 110 mm d’eau dans la région, soit 2,9 milliards de m3 sur une superficie de 25.809 km2. « Or, les besoins pour l’irrigation en Poitou-Charentes, au printemps et en été, s’élèvent à 260 millions de m3. Ce qui signifie qu’en un mois, il est tombé dix fois plus d’eau que tous les besoins réunis des irrigants de la région », ajoutait-t-il.

Il citait un autre chiffre  : une pluie de 10 mm uniforme sur la région (soit 110 m3/ha) est égale à près de 280 millions de m3, soit le volume nécessaire à l’irrigation pour une année.

« A Poitiers, où coule le Clain, il passe en une journée plus de 5 millions de m3 d’eau sous les ponts. Nous pourrions remplir une réserve de 200 000 m3 en moins d’une heure. Un débit de remplissage des réserves de 200 m3/h (0., 05 m3/s) représenterait moins de 0,1 % des débits actuels enregistrés en rivière, donc l’incidence sur les milieux serait nulle. »

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!