Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Irrigation forcée et liquidation des ASA
par Marc Laimé, 17 juillet 2017

Il y a dix ans un lobbying effréné conduisait à la “modernisation”, du Canal de Gignac dans l’Hérault, avec le passage du gravitaire au réseau sous pression. Une affaire qui a tourné à la Bérézina, et préfigure les catastrophes à venir puisque l’actuel gouvernement va se plier, comme les précédents, mais en pire, aux diktats des irrigants et de la FNSEA. Il est vrai que ce ne sont là qu’obscures péripéties subalternes pour le capitaine d’industrie Hulot, tout occupé à (évangéliser la planète) gérer ses royalties.

Témoignage d’un petit irrigant maraîcher du secteur d’Aniane :

- beaucoup de mécontents sur le canal de Gignac depuis le lancement de la modernisation sous pression, soit-disant plus rationnelle ;

- les canalettes traditionnelles étaient bien faites et bien refléchies, très fonctionnelles et utiles, souples d’utilisation ;

- leur maintenance et leur entretien étaient bien partagés entre irrigants et personnel de l’ASA ;

- on nous a mis des tuyaux de 36mm de diamètre uniformément, mais ce n’est pas assez pour irriguer un hectare, où sont les calculs ?

- nos eaux de l’Hérault sont chargées, les goutteurs sont entartrés, ça demande plus de travail de les nettoyer que les canalettes ;

- les ouvrages de franchissement sont faits avec des tuyaux en béton trop petits pour absorber les débits du pluvial, ça déborde et ça casse, on leur a proposé des radiers/gués mais refus des ingénieurs qui "connaissent leur métier" ;

- il y a des incohérences sur le drainage et le pluvial, comme des rétrécissements qui débordent en crue ;

- la discipline collective de l’ASA fout le camp et les gardes-canal ne peuvent pas être partout ;

- les vignerons font n’importe quoi hors règlement et gênent beaucoup les maraîchers (melons, fraises) plus fragiles ;

- on n’économisera pas d’eau comme çà, c’est pourtant ce que les pouvoirs publics voulaient ;

- avant le sous pression je faisais une réserve de 40m3 pour mes fraises car le canal chôme au 15 octobre, maintenant avec les tuyaux, ce n’est plus possible ;

- on va encourager les forages clandestins mais le réseau sous-pression ne recharge plus la nappe alluviale ;

On ne sait pas où on va… »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Canal...

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!