Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FLUX
Comment améliorer l’état écologique des cours d’eau ?
par Marc Laimé, 6 juillet 2012

Le secrétariat technique du bassin Loire Bretagne a élaboré à l’intention des techniciens et des élus qui oeuvrent sur le terrain un argumentaire qui propose les explications scientifiques nécessaires à la compréhension du fonctionnement d’une rivière.

Plus de 12 000 seuils et petits ouvrages sont présents sur les cours d’eau de Loire Bretagne, dont deux tiers n’ont plus aujourd’hui aucun usage.

Leur impact est négatif : déformation du lit de la rivière, stagnation et manque d’oxygénation de l’eau, modification de l’écosystème et de la biodiversité, enfoncement du lit, potentiels déchaussements de ponts…

Pour le secrétariat technique, il est nécessaire d’effacer ou d’araser ces ouvrages inutiles pour « retrouver des rivières vivantes, dynamiques et fonctionnelles, capables de nous rendre de multiples services ».

Près de 400 seuils prioritaires à supprimer ou aménager ont été identifiés pour 2012. Un travail de communication pour obtenir l’acceptation du public est donc requis afin de faciliter les travaux d’aménagement.

- « Améliorer l’état écologique des cours d’eau : 18 questions – 18 réponses »

impression

commentaires

1 Comment améliorer l’état écologique des cours d’eau ?

Alors là ! ce n’est pas aussi simple et nos petits soldats verts des Agences de l’eau et des DREAL (ex-DDAF) vont faire beaucoup de dégâts car ils ne savent pas trop comment ça marche avec les dimensions historiques et sociales (ça va péter avec certains ruraux qui ne sont pas des gros céréaliers) mais aussi techniques que "l’écologie scientifique" (aux modèles originellement construits sur le fonctionnement des mares !!) ne prend pas assez en compte. Les petits seuils (je dis "petits" avec ou sans passes à poissons, avec lame d’eau de crue permettant la continuité du cours d’eau -recherchée-) ont aussi leurs avantages, surtout en montagne (Alpes, Pyrénées) et moyenne montagne (Cévennes), particulièrement les montagnes sèches, mais pas seulement. J’ai vu des perches franches passer des paissières cévenoles lors de crues.

Plus de discernement, SVP !! Les techniciens qui appliqueront ces directives ne sont pas assez formés et ne comprennent pas l’origine et les fonctionnalités/originalités des petits seuils.

Sans être fanatique de la DRS (Défense et restauration des sols) des forestiers du 19ème siècle, je vous engage à lire les travaux de Charles Lilin, Paysages et médiations. http://charles.lilin.free.fr/

poste par Luigi34 - 2012-07-7@12:17 - Répondre à ce message
2 Comment améliorer l’état écologique des cours d’eau ?

Le problème de vos "petits soldats verts" n’est pas tant leur compétence indiviuelle et leurs conaisssance des enjeux que leur extrème dévalorisation et la réduction à néant de leurs marges de manoeuvre depuis une dizaine d’années.

Sur le reste je suis parfaitement d’accord et pour citer un autre exemple je vous laisse imaginer ce que devriendrait le système des Sorgues dans le Vaucluse sans ouvrages hydrauliques.

poste par bertrand - 2012-07-9@12:42 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!