Retour au format normal


Veolia et l’art du lobbying

26 juillet 2008

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Le géant français de l’eau et des services à l’environnement est passé maître dans l’art du lobbying. Une pratique qui inquiète à juste titre de nombreux élus et citoyens, qu’il exerce en France comme en Europe et dans le monde par des voies encore largement méconnues, comme le sont les bénéfices, considérables, qu’il en retire.



Dans l’éditorial de l’édition 2006 du Rapport sur le développement durable de Veolia Environnement, M. Henri Proglio, qu’un récent portrait que lui a dédié le quotidien Le Monde nous conduit désormais à considérer comme l’un des plus grands humanistes de la France contemporaine, confessait que : "Notre ambition est de définir des standards minimaux mondiaux, dans le domaine de l’environnement comme dans le domaine social".

On comprendra donc aisément que Veolia contribue à la formation des magistrats européens en matière d’environnement, et leur fasse visiter ses installations.

Une démarche éminemment utile quand l’entreprise est confrontée à quelques problèmes « sociaux » à la Réunion.

Ou quand la police s’invite, extravagante incongruité, au siège social de Veolia.

Ce qui n’empêche nullement au demeurant le groupe de rafler la mise à Rennes.

Comme de prospérer à Montereau, et en mille autres lieux, à un rythme semble-t-il éprouvant pour les personnels concernés, pour qui la fibre sociale de la maison n’est toujours pas évidente.

Une ambition planétaire

Mais ce ne sont là que péripéties dérisoires puisque désormais Veolia se retrouve en position de force pour conquérir de nouveaux marchés, et ce d’autant qu’elle a levé 2,6 Mds € en juin 2007 et prévoit de doubler de taille d’ici 10 ans.

Reste qu’au-delà de l’effet d’annonce de M. Proglio qui œuvre, on le comprend, à doper le cours de son action en surfant sur le « pricing power », rien n’est encore vraiment gagné puisque subsiste et perdure la concurrence des « grandes régies municipales, comme les italiennes, ou les entreprises publiques allemandes, un pays où le premier opérateur privé vient d’être repris par 3 régies détenues par des collectivités locales, voire par « le client lui-même, la régie municipale ou le groupe industriel ».

Aussi pour doubler de taille Veolia se lancera résolument dès 2010 dans le transport ferroviaire, et propose de s’associer à Air France...

On oserait, on suggérerait à nos amis de lancer d’urgence une ligne Roissy-Bruxelles, ce qui faciliterait grandement la tâche harassante des lobbyistes maison, même si le groupe dispose d’une représentation permanente à Bruxelles.

Mais tout çà pourquoi ?

« L’objectif des groupes financiers et des théoriciens du libéralisme n’est bien sur pas de faire tomber les monopoles publics. Il s’agit plutôt de remplacer les monopoles publics par des monopoles privés, ou bien des duopoles ou oligopoles, ce qui économiquement représente à peu près la même chose. On l’a vu dans la téléphonie mobile (le monopole de France Telecom a été remplacé par un oligopole à 3 – Orange, SFR, Bouygues - , où les prix s’alignent vers le haut), l’eau (les régies remplacées par Suez, Veolia et Saur, le transport aérien (3 compagnies nationales publiques Air France, Air Inter et UTA, remplacées par un seul groupe privé Air France-KLM) et demain l’énergie : rassurez vous citoyens, et donnez rendez-vous à Jean-Marc Sylvestre, dans quelques années, le monopole public EDF-GDF sera remplacé par un duopole Suez / EDF privatisée, les prix seront alignés à la hausse et le service à la baisse. »

Bon, notre ami Echevarria s’est trompé, pour l’instant le duopole c’est GDF/Suez et EDF mais le constat reste valable.

L'eau est un bien précieux...

Du lobbying considéré comme l’un des beaux-arts

Reste que pour ancrer dans le réel si nobles ambitions, nos amis doivent déployer des trésors d’inventivité et d’énergie, que l’on sous-estime trop souvent, ce qui ne leur rend pas hommage.

Tiens, prenons M. Joachim Bitterlich, directeur des affaires internationales de Veolia, ancien conseiller diplomatique et de sécurité du chancelier Helmut Kohl.

Dans une conférence éclairante, qui confirme que les liens entre politiques et grandes entreprises ne posent à l’évidence pas davantage de problèmes à nos collègues d’Outre-Rhin qu’à nous mêmes, il exposait son credo.

« Je ne parlerai, ni comme le lobbyiste d’un grand groupe français que je suis, ni comme vice-président d’un grand « think-tank » français que je suis également. Mais je souhaite ici parler des réseaux publics. Depuis quelques années, le secteur public réduit son budget et va chercher de l’argent privé. Ayez à l’esprit que les organisations qui cherchent cet argent se sont multipliées par 100 en 10 ans. Il y a là un problème de fond, tant pour le public que pour le privé qui est inondé par des demandes de tous horizons, demandes qu’il n’est pas en mesure de satisfaire. Dans le même temps, le secteur public réduit son influence ».

En écho, dans le même conférence, M. Nicolas Tenzer, politologue français, soulève une intéressante question : « Qu’est-ce que l’influence ? Telle est, à mon sens, la première question que nous devons avoir à l’esprit. Il convient de distinguer influence à court terme et influence à long terme. Ces deux influences ne passent pas par les mêmes outils. Il convient, en outre, de distinguer l’influence sur les décideurs et l’influence sur l’opinion. Là encore, les outils ne sont pas les mêmes »

« L’influence suppose, qui plus est, d’avoir une présence dans des lieux informels où ne s’élaborent pas nécessairement les décisions, mais les concepts. »

Ici, plongée abyssale dans la galaxie des « think-tanks ».

Un univers que quelques députés français souhaiteraient voir « régulé... ».

Comme le souligne un nouveau député, « de gauche », M. Marcel Rogement, qui, pour avoir travaillé des années durant pour Veolia, estime, parole d’orfèvre, que le secteur mérite en effet, une régulation effective :

« Encore une fois, nous ne sommes pas contre les PPP. Nous souhaitons simplement qu’ils ne deviennent pas le droit commun : ils doivent rester exceptionnels, une possibilité dans des cas très précis. Nous défendons en effet une conception de la commande publique qui doit permettre une pluralité de réponses et ne réserve pas les marchés publics à quelques grands groupes ».

Nous en sommes loin. Pour l’heure le lobbying bruxellois de Veolia porte ses fruits. Car, si l’on en croit une dépêche de l’AFP en date du 8 juillet 2008, la Commission européenne a « approuvé le renflouement par l’Etat français de la société française de navigation maritime SNCM, qui assure notamment les liaisons avec la Corse.

Comme en atteste le blanc seing de la Commission à cette opération... exotique.

Et pendant ce temps là un million 500 000 habitants de la région Rhône-Alpes sont exposés au trichloréthylene...

« Nous vivons une époque formidable » ™

PDF - 626.5 ko
La pieuvre

Lire aussi :

Le lobbying du cartel de l’eau

Les eaux glacées du calcul égoïste, 26 janvier 2008.

Suez, Veolia et le storytelling (2) : Ipsos et l’Observatoire Veolia des modes de vie urbains

Les eaux glacées du calcul égoïste, 18 février 2008.

Eau et rivières de Bretagne et la Frapna Rhône Alpes sponsorisés par la Fondation Veolia

Les eaux glacées du calcul égoïste, 6 mars 2008.

Bataille de l’eau en banlieue parisienne

Les eaux glacées du calcul égoïste, 24 avril 2008.

Gestion de l’eau : la vision de Veolia

Les eaux glacées du calcul égoïste, 4 mai 2008.

Concurrence libre et non faussée, Suez et Veolia ne connaissent pas

Les eaux glacées du calcul égoïste, 27 juin 2008.

Comment se débarrasser de Veolia ?

Les eaux glacées du calcul égoïste, 18 juillet 2008.

Indicateurs de performance, liquidation des Satese et lobbying de Veolia

Les eaux glacées du calcul égoïste, 26 juillet 2008.

Veolia et l’art du lobbying

Les eaux glacées du calcul égoïste, 26 juillet 2008.

En finir avec le poids des lobbies

Attac France, 11 mai 2009.

Quand la Commission européenne déguise des lobbyistes du secteur financier en experts

Agone, 14 mai 2009.

Les lobbyistes, le formel et l’informel

L’Express, 15 mai 2009.

Les cabinets de lobbying espèrent tirer profit des nouveaux droits du Parlement

Le Monde, 19 mai 2009.

Marc Laimé - eauxglacees.com