Retour au format normal


Coordination Eau Ile-de-France : premier bilan

12 octobre 2009

par Marc Laimé - eauxglacees.com

A l’instar des mobilisations qui se multiplient partout en France en faveur d’une gestion publique, équitable et soutenable de l’eau, citoyens, associations, élus…, se sont mobilisés en région parisienne dans le courant de l’année 2008 pour créer la Coordination Eau Ile-de-France, qui s’est fortement engagée dans la lutte pour une gestion publique du Syndicat des eaux d’Ile-de-france (Sedif), premier syndicat des eaux français et européen, dont une majorité de délégués, représentant 142 communes d’Ile-de-France, se sont malheureusement prononcés le 11 décembre 2008 en faveur d’une nouvelle délégation de service publique, à l’issue de l’actuel contrat, détenu par Veolia depuis 1923, et sous sa forme actuelle depuis 1962… La Coordination Eau IDF, après avoir déposé un recours contre cette décision devant le Tribunal administratif de Paris, prolonge sa mobilisation. Création d’un site internet, actions de sensibilisation, rapprochement avec d’autres acteurs investis en faveur d’une gestion publique en Ile-de-France, réalisation de supports multimedias… Dans le contexte actuel de poursuite à marches forcées d’une libéralisation accrue de la gestion de l’eau, la Coordination Eau IDF appelle à la rejoindre tou(te)s les Francilien(ne)s convaincus que “l’eau ne doit pas devenir une marchandise”.



La Coordination est organisée en réseau, auquel sont reliées diverses autres associations. Son conseil d’administration regroupe des animateurs impliqués dans le domaine de l’eau à titres divers, soit comme journalistes, soit comme élus municipaux élus dans des syndicats tels que le Syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers, soit encore des responsables d’associations ne séparant pas l’écologie du social (ACME, plusieurs comités locaux d’Attac, Bondy autrement, Terre patrie, Mali met l’eau, ainsi que des adherents à titre individuel.

Les réunions de son Conseil d’administration sont ouvertes à tous les membres qui le souhaitent, et ont lieu environ une fois par mois. Elles ont systématiquement fait l’objet de comptes-rendus, transmis aux adhérents.

En novembre et décembre 2008, pour peser sur les décisions du Comité syndical du SEDIF du 11 décembre 2008, qui devait se prononcer sur le futur mode de gestion des 142 communes adhérentes, la Coordination a activement participé, aux côtés d’élus, à la campagne pour une gestion publique et transparente de l’eau du SEDIF : des dizaines de réunions publiques d’information et de débats, des conférences de presse et interventions dans de multiples sites ont permis de recueillir plus de 800 signatures d’élus en faveur de la gestion publique du SEDIF.

Le 8 décembre 2008 une Conférence de presse était organisée en prévision du Comité syndical du 11 décembre 2008, avec la participation d’élus engagés, d’autres associations, et de personnalités comme Mme Danielle Mitterrand.

Le 11 décembre 2008, de nombreux usagers et associations s’étaient déplacés pour assister à la séance du Comité syndical qui devait se prononcer sur le futur mode de gestion. Nos camarades Rym et Stefania filment les débats, dont des extraits peuvent être visionnés sur le site de Bastamag.

Le Conseil d’administration réuni le 12 décembre 2008 décidait de déposer un recours en annulation de la délibération adoptée par le Comité syndical du SEDIF.

Celui-ci a en effet, par vote à bulletins secrets, décidé de reconduire le nouveau contrat de gestion et de distribution d’eau potable de plus de 4 millions d’usagers Franciliens, sous forme de délégation de service public en « régie intéressée », la même qui prévaut pour le contrat en cours depuis 1923 (à la même multinationale, Veolia) et qui est responsable des dérives dénoncées de toute part, comme l’ont souligné notamment plusieurs enquêtes du magazine de consommateurs Que Choisir, qui ont eu un large écho dans l’opinion publique.

Une dizaine d’usagers décident de se joindre à cette demarche, en déposant également des recours à titre individuel.

En décembre 2008, création du blog de l’association. Outre ce blog, une liste de diffusion est animée quotidiennement, ainsi qu’une newsletter lancée en septembre 2009.

Le 10 janvier 2009, la Coordination adresse un courrier à tous les maires du SEDIF pour obtenir de chacun d’eux une déclaration sur le vote de leur commune le 11 décembre 2008 : les réponses obtenues ont été mises en ligne.

Le 30 janvier 2009, organisation d’une soirée-débat sur les enjeux de l’eau en Ile-de-France, aux fins d’échanges et de recherche de convergences avec d’autres associations dans les locaux de l’association « La Guillotine » à Montreuil.

Le 4 février 2009, dépôt du recours au Tribunal administratif de Paris.

Le 9 février 2009, la Coordination écrit à M. André Santini, Président du SEDIF, pour lui demander de siéger au sein de la Commission consultative des services publics locaux (CCSPL) du syndicat. Demande qui sera rejetée. La CCSPL du SEDIF est actuellement composée d’une demi-douzaine d’associations et personnalités, alors que celle du SIAAP par exemple en compte près d’une centaine…

Le 22 mars 2009, communiqué de presse à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau et réunion dans un lieu associatif à Paris

Le 1er avril 2009, projection débat à Ivry du film « Eau service public à vendre ».

Le 19 avril 2009, Café citoyen à Paris au “French Kawa”, avec projection d’un film sur les luttes en Amérique du sud pour le contrôle public de l’eau.

Le 26 avril 2009, la Coordination participe à un vide-grenier organisé à Bagnolet.

Le 1er mai 2009, la Coordination participe aux manifestations parisiennes organisées à l’initiative des confédérations syndicales, et y diffuse des tracts.

Le 16 mai 2009 “Rand’eau” : randonnée et visite de la nouvelle station d’épuration du SIAAP à Noisy-le-Grand. Cette randonnée a aussi permis de mesurer l’importance du site qu’occupent les plus importantes usines du SEDIF, situées sur les communes de Neuilly-sur-Marne et Noisy-le-Grand. La randonnée a été filmée par les réalisateurs du film « Water makes money », en cours de production.

Le 12 septembre 2009, le président de la Coordination participe au débat sur la tarification sociale de l’eau, organisé sur le stand du conseil général du Val-de-Marne.

Voir le débat sur le site de la Coordination Eau IDF.

Voir aussi "Un tarif écologique et social de l’eau : une urgence", une enquête diffusée le 12 octobre 2009 sur le site Bastamag. (Voir note en fin d’article).

Le 19 septembre 2009, la Coordination participe à une caravane citoyenne organisée à Dunkerque, sur le canal de Furnes, pour relayer « les cris de l’eau ».

Le 19 septembre 2009, la Coordination participe à la rencontre du réseau européen “Aquattac” à l’Université de Nanterre.

Le 1er octobre 2009, la Coordination participe à une réunion de travail avec des élus et militants associatifs du syndicat de la presqu’île de Genevilliers.

Au début du mois d’octobre 2009, la Coordination dépose devant le Tribunal administratif de Paris une réponse au “mémoire en défense” présenté par le SEDIF, suite au recours formé par la Coordination contre la décision du Comité syndical en date du 11 décembre 2008.

Le 17 octobre 2009, la Coordination participera à deux débats publics sur l’eau organisés dans la région parisienne.

L’avenir

La Coordination prépare une exposition itinérante sur l’eau. Dans la perspective de mieux informer et d’élargir le public concerné par une gestion plus démocratique de la ressource en eau, la Coordination souhaite doter les usagers d’un outil pédagogique à l’échelle de l’agglomération parisienne, capable d’illustrer et d’interroger les modalités de gestion de cette ressource vitale dans nos territoires. Des contacts positifs ont été pris avec plusieurs collectivités, qui ont témoigné de leur intérêt pour cette démarche.

L’un de ses membres va participer à un stage de formation sur les enjeux de l’eau.

L’Assemblée générale annuelle de la Coordination se tiendra le samedi 28 novembre 2009 de 10h00 à 13h00.

Une soirée anniversaire est également prévue le vendredi 22 janvier 2010 à Clamart (92). Au programme : les tarification sociales de l’eau, avec Jacques Perreux, Vice-président du Conseil général du Val-de-Marne et Jean-Claude Oliva, président de la Coordination Eau-IDF, une problématique qui permettra d’évoquer d’autres services publics (le timbre postal, l’électricité nucléaire non-renouvelable...). Ainsi qu’un point sur le contrat du SEDIF, le recours engagé par la Coordination et le 6ème Forum mondial de l’eau qui se tiendra en mars 2012 à Marseille…

La Coordination suivra avec attention la suite de la procédure engagée par le SEDIF pour le choix de son futur mode de gestion, et prendra, conformément à son objet social, toute initiative de nature à conforter la défense d’une gestion publique, équitable et soutenable de l’eau en Ile-de-France.

CONTACT :

eauidf@hotmail.fr

Note sur la question de la tarification sociale de l’eau : Notre ami Gérard Borvon nous fait remarquer que "ce qui n’est pas abordé dans ce sujet c’est la sortie du principe "l’eau des uns paie l’eau des autres", et le passage à l’eau, service public essentiel, géré par l’impôt qui devrait être la meilleure façon de pratiquer la solidarité.

Voir à ce sujet l’expérience du Québec :

Des compteurs d’eau pour les industriels, pas pour les consommateurs domestiques. Une proposition de "Eau Secours !" Québec.

Donner une valeur marchande à l’eau qui génère des bénéfices industriels ou commerciaux, et donner à l’eau "domestique" un vrai statut de service public financé par l’impôt est une solution au problème de la gestion sociale de l’eau.

On peut chercher à aménager la loi actuelle, antisociale dans son principe, il faut aussi, et peut-être d’abord, s’employer à changer la loi."

Marc Laimé - eauxglacees.com