Retour au format normal


Inondations, urbanisation, changement climatique..., par Thierry Uso

16 septembre 2015

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Les incantations, les constructions bureaucratiques, et l’amère réalité...



Les crues cévenols ne sont pas des fatalités :

http://libelalettredorion.blogs.lib...

Philippe Pelletier est membre de la Fédération Anarchiste et géographe. Il est l’auteur d’une superbe biographie d’Elysée Reclus, anarchiste et géographe comme lui. Mais il est malheureusement aussi un peu climatosceptique, ce qui lui fait dire une contre-vérité dans un article qui est par ailleurs excellent. Les épisodes cévenols ont certes toujours existé mais ceux de ces dernières années sont de nature bien différente de ceux d’il y a cinquante ans : les précipitations sont concentrées sur quelques heures au lieu de plusieurs jours. Les précipitations du 23 août dernier étaient d’une intensité jamais mesurée à cette période de l’année par la station de pluviométrie au sud de Montpellier depuis que celle-ci existe (plus de 60 ans). Le changement climatique est passé par là. Il en découle des inondations éclairs plus difficiles à contrôler, d’autant que l’imperméabilisation des sols liés à l’urbanisation accroit considérablement le phénomène de ruissellement.

Contre le projet de digue de Cavaillon :

https://letangnouveau.wordpress.com...

Un projet de digue pour pouvoir urbaniser dans une zone inondable, nous connaissons cela dans l’Hérault. Les aménagements du Lez (digues et bras déversoir), ont servi de prétexte pour transformer une zone inondable de la commune de Lattes en zone constructible, avec mise à jour du PPRI. Le PAPI 2 prévoit de nouveaux aménagements dans la partie aval du Lez qui est celle qui subit la plus grande pression de la part des promoteurs immobilers (projets quartier ODE et "Montpellier à la mer"). Le dénommé "Montpellier à la mer" risque fort de se transformer en "Montpellier dans la mer" au train où vont les choses climatiques. Les communes dans la partie amont du bassin du Lez sont les grandes perdantes du PAPI 2 ; il faut dire que le président du SYBLE - syndicat du bassin du Lez qui élabore le PAPI avec l’Etat - est maire de Lattes. On n’est jamais si bien servi que par soi-même. Voir la grogne des sinistrés 2014 de Grabels, commune située au nord de Montpellier dans la partie amont du bassin du Lez :

http://www.midilibre.fr/2015/09/07/...

Marc Laimé - eauxglacees.com