Retour au format normal


Contrôler l’eau, l’électricité et le gaz des chômeurs pour traquer la fraude sociale

9 novembre 2014

par Marc Laimé - eauxglacees.com

En Belgique, le nouveau gouvernement Michel (Droite) vient d’annoncer, selon des informations reprises le 8 novembre 2014 dans les colonnes de l’Echo, le Soir et le Vif, que les personnes « qui déclarent frauduleusement vivre seule pour toucher davantage d’allocations de chômage seront désormais mieux contrôlées. » A cette fin, le gouvernement va instaurer un système de transmission des données de consommation de gaz, eau et électricité.



Le gouvernement Michel va lancer un plan de lutte contre la fraude sociale, ressort-il de la note de politique générale transmise par le secrétaire d’Etat Bart Tommelein (VLD) à la Chambre.

Si les consommations de gaz, d’eau et d’électricité des présumés « fraudeurs » sont anormalement élevées pour une personne, cela signifiera qu’il y a des soupçons qu’ils ne vivent pas seuls.

Si les personnes ne consomment rien, ce sera le signe qu’elles ont une domiciliation fictive, et qu’elles n’habitent donc pas où elles le prétendent. L’ Office national de sécurité sociale (ONSS) belge va ainsi devenir une plaque tournante du croisement de bases de données et de leur diffusion pour « débusquer les fraudeurs. »

Le document indique par ailleurs que la baisse des coûts salariaux devrait réduire la tentation de frauder, et que le risque d’être pris doit être suffisamment élevé pour décourager la fraude.

Compteur

L’innovation n’est qu’apparente. Depuis plusieurs années, en Israël et dans les territoires occupés, l’armée à recours à l’analyse de ces données pour identifier les caches de « terroristes »

En France, les légions de suffisants niaiseux qui nous bassinent depuis des années, sous couvert de « droit à l’eau », et pour la plus grande joie des multinationales, nous enjoignant « d’économiser l’eau » et de « maîtriser nos consommations », applaudissant à deux mains la pose de compteurs individuels et les dispositifs de « télé-relève » qui nous sont imposés à prix d’or par les multinationales, feraient bien de prendre la mesure de leur insondable connerie, et cesser de promouvoir les nouveaux dispositifs de contrôle social et de chasse aux pauvres dont ils se font les zélateurs empressés.

Marc Laimé - eauxglacees.com