Retour au format normal


Combien coûte un compteur d’eau ?

3 juin 2010

par Marc Laimé - eauxglacees.com

La polémique sur le coût des compteurs d’eau est ancienne. On soupçonne depuis fort longtemps les trois grandes entreprises privées du secteur, Veolia, Suez et Saur, de réaliser des bénéfices aussi considérables qu’indus, grâce aux compteurs d’eau dont ils sont propriétaires, et qu’ils « louent » aux millions d’usagers captifs, qui dépendent des grands groupes quand leur collectivité leur a délégué la gestion de l’eau et de l’assainissement, ce qui est le cas de 80% des usagers français alimentés en eau potable par les Trois Soeurs.



A croire que la maison Veolia… prend l’eau ! Après la désastreuse prestation de l’un de ses représentants dans le documentaire « Les poisons de l’eau du robinet », récemment diffusé par France 3, c’est cette fois en vantant les mérites de sa gestion des compteurs dans un supplément « attrape-pub » de la Gazette des communes, que le même Veolia se prend à nouveau fort imprudemment les pieds dans le tapis, en vantant les mérites de son « Laboratoire d’essais des compteurs d’eau » (LECE) de Nancy…

La Gazette des communes datée du 31 mai dernier était accompagnée d’un fascicule titré « Vers la ville post-carbone », supplément dont les articles de complaisance s’écrivent en échange d’insertions publicitaires, un grand classique du genre.

En page 26 dudit supplément un article intitulé « Comptage et télérelève à la loupe », dans lequel la rédactrice de la Gazette nous offre un panégyrique du Laboratoire national d’essais des compteurs de Veolia, sis à Nancy.

On passera sur les performances dudit Labo, dans lequel des milliers de compteurs sont « martyrisés » histoire de vérifier leur fiabilité, pour s’arrêter sur un minuscule encadré, qui nous a bien évidemment fait sursauter, et que nous reproduisons illico :

« 7 millions

C’est le nombre de compteurs gérés par Veolia Eau en France (21 millions dans le monde). 650 000 sont renouvelés chaque année. Le coût unitaire est modique (autour de 20 euros), mais la valeur cumulée de ce parc est colossale. C’est la raison pour laquelle la rigueur est de mise dans le choix des appareils. »

C’est à croire que la com de Veolia est aux arrêts (maladie ?) après l’émission de FR3 pour avoir laissé passer un truc pareil !

Vous avez bien lu : « (…) Le coût unitaire (d’un compteur) est modique (autour de 20 euros) ».

Exact. A titre d’exemple, en 2007, les compteurs SAPPEL de classe C ( la meilleure), étaient vendus 32 euros HT pour des quantités annuelles de 500 et plus.

Ce tarif était appliqué à une commune en régie.

Les sociétés délégataires pour des quantités bien plus importantes obtiennent des prix largement inférieurs.

Mais alors ?

On comprend d’emblée pourquoi elle est colossale la « valeur cumulée » du parc de compteurs de Veolia ☺

Justement ce matin, en recevant ma quittance de loyer, je regarde ce que mon bailleur me prélève, chaque mois, pour la location de mon compteur d’eau :

- « Provisions location compteur eau froide : 0,80 euros »

- « Provisions location compteur eau chaude : 0,71 euros »

Donc, et encore suis-je un privilégié, résidant en habitat collectif, qui n’ai pas de « contrat » avec Veolia ni les autres, et paie l’eau dans les charges, ce qui me fait à Paris, au minimum économiser 100 euros par an d’abonnement et de part fixe (1), donc si le compteur coûte 20 euros, et là je crois tout à fait, et La Gazette et Veolia, à raison de 0,80 euros prélevés chaque mois, le coût de mon compteur aura été amorti en un peu plus de deux ans !

Oui, mais Veolia et les autres vont continuer à faire payer la mise à disposition de leur compteur pendant 10, 12, 15 ans, voire bien davantage encore ! On imagine les faramineux bénéfices !

Sans compter, énorme subtilité, le calcul de la durée d’amortissement desdits compteurs dans les contrats de délégation de service public (2) ! Bien supérieure là encore à la fréquence de renouvellement annoncée dans la Gazette, soit une moyenne de 10 ans, puisque 650 000 compteurs seraient renouvelés chaque année, pour un parc de 7 millions de compteurs installés, selon les chiffres Veolia, bien sur…

Bref, de deux choses l’une.

Ou La Gazette des communes raconte littéralement n’importe quoi, ce qui paraît extrêmement peu vraisemblable.

Ou la Gazette des communes, profitant de la longue maladie de l’armée de la com de Veolia déclenchée par France 3, douce revanche du service public, vient d’apporter sa pierre (de taille) au scandale des compteurs d’eau.

Nous vous laissons deviner vers où notre coeur penche.

En voilà un beau sujet d’enquête pour nos amis de Que Choisir !

Car on finirait par comprendre pourquoi 76% des Français se prononceraient pour un tarif unique de l’eau, selon un sondage TNS Sofres commandé par... La Lyonnaise des eaux, évoqué par 20 Minutes...

(1) A Paris les « abonnés directs » au service d’eau, propriétaires de leur logement, n’excèdent pas les 100 000 personnes, pour deux millions de Parisiens résidant intra-muros. Dans le cas d’un ménage abonné direct, le tarif des frais fixes/abonnement s’établit à environ 87 euros pour un compteur de 15 en classe C. Mais s’il s’agit d’un immeuble en copropriété, le compteur est plus gros, de 80 par exemple et le prix de 131 euros est à répartir entre les différents ménages de l’immeuble. S’il y a 13 ménages, cela ferait 10 euros par an. En revanche les locataires habitant en copropriété privée ou dans le parc social n’acquittent pas individuellement ces tarifs de frais fixes/abonnement puisqu’ils ne sont pas titulaires d’un contrat avec le service d’eau. C’est leur bailleur qui est titulaire d’un contrat, et répercute ensuite ces frais sur l’ensemble des locataires. A ce titre, un locataire parisien économise ainsi près d’une centaine d’euros par an. Toutefois les coûts de location des compteurs d’eau froide et chaude répercutés dans les charges des locataires des trois grands bailleurs sociaux de la ville de Paris apparaissent-ils singulièrement élevés, eu égard au coût unitaire d’un compteur…

(2) Les délégataires font figurer en charges le coût d’amortissement des compteurs, dont ils sont propriétaires, dans les compte-rendus techniques et financiers qu’ils sont contraints par la loi de délivrer chaque année aux collectivités : autant de bénéfices qui échappent dès lors à l’impôt sur les sociétés...

Excel - 35 ko
Tarifs Paris

Lire aussi :

Les compteurs d’eau vont nous rendre dingos

Les eaux glacées du calcul égoïste, 27 septembre 2007

Veolia "Wifi-se" les compteurs d’eau : les usagers trinquent

Les eaux glacées du calcul égoïste, 2" avril 2007

Marc Laimé - eauxglacees.com