Retour au format normal


Veolia dans la nasse

24 janvier 2010

par Marc Laimé - eauxglacees.com

La roche tarpéienne est proche du Capitole, rappelions nous il y a peu en narrant les prémices toulousains de « l’accident industriel » dont Veolia ne se dépêtre décidément pas en Belgique, nous y reviendrons sous peu puisque notre thèse se confirme… Et ça continue. Que M. Proglio renonce à ses émoluments à Veolia ne nous fait ni chaud ni froid. En revanche, apprendre que seuls Veolia et Suez se retrouvent au coude à coude pour le contrat du Sedif promet une finale aussi agitée que ce qui a précédé. On apprend aussi que la justice a perquisitionné la SADE, filiale de Veolia, à propos des colossaux marchés de remplacement des conduites en plomb en région parisienne. Enfin, Gelsenwasser, challenger allemand à capitaux publics des Trois Sœurs, vient de remporter un important contrat d’assainissement en Seine-et-Marne, à la plus grande fureur de Veolia qui attaque la délibération de collectivité en justice. Manquerait plus que le justice américaine condamne les errements passés de M. Messier pour enjoliver le tableau…



Derichebourg, allié à l’allemand Remondis, n’a pas été admis à participer aux négociations pour le contrat de distribution d’eau dans 144 communes franciliennes, laissant Veolia et Suez Environnement seuls en lice sur cet appel d’offres, a annoncé vendredi le Sedif, rapporte l’AFP.

L’astuce des « offres de couverture » de Saur et de Derichebourg, qui visait à masquer la bagarre au couteau Veolia-Suez n’aura pas fait long feu…

"Au vu de l’analyse de son offre (...), le groupement Derichebourg et Remondis n’a pas été admis à négocier", indique le Sedif dans un communiqué.

Par conséquent sont admis à la phase de négociation Veolia Eau, la branche de Veolia Environnement titulaire de ce contrat depuis 1923, et son concurrent historique Suez Environnement, via sa filiale Lyonnaise des Eaux.

Le Sedif indique que la phase de négociations avec chacun des candidats durera "plusieurs semaines".

Le futur délégataire des services d’eau doit être désigné au printemps 2010.

Plus important contrat de délégation de service public en Europe, ce contrat du Sedif porte sur la distribution en eau potable à 144 communes franciliennes, hors Paris, et quelque quatre millions d’usagers. Il sera attribué pour une durée de 10 ans, éventuellement prolongeable à 12 ans.

D’un montant de 371 millions d’euros annuels, le contrat en cours, signé en 1962 avec Veolia (ex-Générale des Eaux), expire fin 2010.

Lors de la première phase de l’appel d’offres, un quatrième groupe, la Saur, avait été présélectionné, mais il avait finalement décidé de ne pas déposer d’offre.

L’alliance Derichebourg/Remondis avait donc pris le rôle de challenger face aux géants du secteur, Veolia et Suez. Il s’agissait de la première tentative de Derichebourg, traditionnellement présent dans la gestion des déchets, de pénétrer sur le marché de l’eau.

Contacté par l’AFP, Derichebourg n’était pas immédiatement joignable pour commenter la décision du Sedif.

Avec l’échéance prochaine de plusieurs contrats de délégation de services d’eau de grandes communes comme Marseille, Lille ou Versailles, le résultat de l’appel d’offres du Sedif est particulièrement attendu non seulement pour son ampleur, mais aussi car le marché de l’eau demeure très concentré et peu concurrentiel.

La répression des fraudes perquisitionne une grosse filiale de Veolia

« Nouvelle tuile pour Henri Proglio », annonce dans Capital notre consoeur Caroline Michel, qui anime par ailleurs un excellent blog dédié aux transports.

« Henri Proglio, qui vient de renoncer à ses 450 000 euros d’indemnités annuelles comme président du conseil d’administration de Veolia, pourrait bientôt affronter une nouvelle polémique : la Sade, une grosse filiale de Veolia, spécialisée dans la pose de canalisations, est dans le collimateur de la justice au sujet d’une possible entente sur les prix en Ile-de-France.

« Le 15 décembre dernier, sur ordonnance du TGI de Paris, les équipes de la DGCCRF – la répression des fraudes - ont perquisitionné les locaux de cinq entreprises de travaux publics franciliennes. Particulièrement visée, la Sade a fait l’objet de quatre descentes simultanées : dans trois de ses agences et au siège, dans le VIIIe arrondissement de Paris, d’où les enquêteurs – une bonne dizaine – sont repartis avec des caisses de documents. Le bureau et l’ordinateur du P-dg, Dominique Bouillot, qui siège au Comité exécutif de Veolia Eau, ont été passés au peigne fin. Interrogé par Capital, Dominique Bouillot a confirmé les faits, avec détachement : « Ça n’a pas gâché mon Noël. »

« Ces investigations s’inscrivent dans le cadre de la saisine en septembre 2007 du Conseil de la Concurrence, devenu entre-temps Autorité de la Concurrence, par l’UFC-Que Choisir. L’association de consommateurs s’étonnait à l’époque des tarifs facturés au Sedif, le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France, par diverses entreprises de travaux publics, dont la Sade, sur un marché précis et juteux (550 millions d’euros au total) : le remplacement des branchements en plomb entre les conduites principales du réseau public et le compteur des abonnés. Des prix, soutenait l’UFC-Que Choisir, « notoirement supérieurs » à ceux pratiqués dans d’autres régions… »

La Nantaise des eaux pique un contrat à Veolia

Filiale française du groupe allemand à capitaux publics Gelsenwasser, la nantaise des eaux vient de remporter, au terme d’un appel d’offres tendu, un important contrat d’assainissement en Seine-et-Marne, ravi à Veolia, qui, furieux, attaque la décision de la collectivité en justice. Et l’on nous dira que les grands groupes s’entendent entre eux… Hier oui, aujourd’hui en France c’est la guerre ouverte et le dumping à tour de bras.

PDF - 88 ko

Les gens sont méchants ! Le groupe Veolia Propreté a du assurer le mardi 19 janvier que la collecte des déchets hospitaliers était "en ordre de marche" dans les Bouches-du-Rhône, après que la Ddass eut dénoncé lundi des dysfonctionnements et des infractions de sa filiale Onyx, en charge de la collecte...

Z’étaient bien inspirés les Désobéissants, d’occuper le siège du Sedif le 4 décembre 2009…

Marc Laimé - eauxglacees.com