Retour au format normal


Eure-et-Loir : création d’Eau Secours 28

24 janvier 2010

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Une nouvelle association vient de naître en plein cœur de la Beauce, à l’initiative de militants d’Europe écologie, qui entendent combattre la dégradation catastrophique des ressources en eau qui fait du département une véritable zone sinistrée.



Les militants l’avaient annoncé à la fin décembre : en 2010, ils se mobiliseraient pour la protection des ressources en eau. La première étape de ce combat vient de se concrétiser à travers la création d’une nouvelle association baptisée Eau Secours 28.

Aux côtés de la secrétaire, Sandra Renda, et du trésorier, Didier Berthuy, le président, Bertrand Pouchin, va poursuivre la lutte qu’il mène depuis plusieurs années contre la pollution de l’eau en Eure-et-Loir.

« Aujourd’hui, pour 40 000 habitants du département, l’eau du robinet n’est pas potable. Si on ne fait rien, ce problème touchera l’ensemble de l’Eure-et-Loir dans trente ans. Car les sols n’ont plus la capacité d’éliminer les produits phytosanitaires », rappelle Didier Berthuy

Bertrand Pouchin dénonce les mauvaises pratiques agricoles qui ont pollué au fil des ans la nappe de Beauce : rinçage de bidons ou de cuves dans la nature, refus de mettre en place des bandes enherbées, épandage, etc.

« A Voves, on ne délivre plus de permis de construire car l’eau est trop polluée. Ce qui est dangereux, c’est l’exposition permanente à ces produits mais bien souvent, la population est très mal informée », dénonce le président d’Eau Secours 28.

L’une des premières missions de l’association sera donc de mettre en place un site Internet regroupant les analyses effectuées dans chaque commune du département.

Et réclamer un changement rapide des méthodes agricoles notamment une « production de meilleure qualité et de moindre quantité » et le « développement de l’agriculture biologique ».

« Beaucoup d’agriculteurs sont piégés car les semences qu’on leur vend ne poussent qu’avec des produits de synthèse. On réclame le retour des “races” rustiques et la création pour le blé de Beauce d’un label rouge, haute valeur environnementale », souligne Bertrand Pouchin.

Dans ce combat, l’association espère compter sur l’appui de la préfecture très sensibilisée à la qualité de l’eau. Le président du conseil général s’est lui aussi, dit prêt à agir. Les membres d’Eau Secours 28 espèrent qu’ils seront associés à ces efforts.

Marc Laimé - eauxglacees.com