Retour au format normal


Comment Veolia explique aux analystes financiers internationaux qu’elle va conserver le contrat du Sedif...

23 mai 2008

par Marc Laimé - eauxglacees.com

M. Jérôme Contamine est directeur général exécutif de Veolia Environnement. Dans le cadre d’une conférence téléphonique organisée il y a peu par Thomson Financial, lors de laquelle il présentait les résultats et perspectives de son entreprise à l’issue du premier trimestre 2008, notre DG, polytechnicien et énarque, expliquait longuement à la fine fleur des analystes des plus grands groupes financiers internationaux comment Veolia affrontait la période économique incertaine que nous traversons. Qu’on se rassure, « tout va mieux que bien », les bénéfices de Veolia explosent. Mieux, à lire attentivement, on se convaincra aisément que les tensions générées par la fin prochaine du contrat du Sedif, le plus important syndicat des eaux européens, ne sont qu’écume négligeable. La situation est sous contrôle. Business as usual. L’avenir nous appartient...



Cette conférence (en anglais, sorry) est une véritable pièce d’anthologie.

Bien sur la conjoncture mondiale n’est pas fameuse. L’appréciation du dollar et de la livre sterling pèse sur les résultats du groupe. Le climat, qui entraîne des baisses de consommation, et donc des volumes d’eau facturés, est source d’inquiétude.

Mais qu’on se rassure, la filiale ingénierie du groupe enregistre une croissance fulgurante.

Veolia engrange à tour de bras des contrats de construction d’usines de dessalement et de traitements des eaux usées aux quatre coins du monde. Veolia Water Solution and Technologies enregistre ainsi une croissance de 26%...

En France, si les métiers de l’eau n’enregistrent qu’une croissance d’à peine 9%, les efforts engagés afin d’améliorer la productivité du groupe laissent heureusement présager de gains pharaoniques :

« JEROME CONTAMINE : Well, on your first question, yes, we have — our business is — first of all, it’s always good to run some cost reduction plan. And you remember that we had this cost reduction plan, which we — which delivered EUR400m of savings from 2003 to 2005. And, that we said that after that we have continued to have an internal process to make our operations as efficient as possible. And that we are not aiming to report on this process, but that we could consider on a — year after year we are saving between EUR70m up to EUR200m, let’s say, EUR70m net impact on operating income.

What we have decided is that in order to accelerate, let’s say, the margin recovery and to compensate somewhat from the [shake-up] effect, we are going to have further cost reductions. The objective is to save EUR200m by end of 2010. It will be mainly focused on TNAI organization, maybe not only. We are working in [optimizing] precisely on the content of this accelerated plan, let’s say. I can tell you already that what we have as an objective is to save an extra EUR200m full year impact 2011, or let’s say, end of 2010. »

Résumons, Veolia a déjà engrangé 400 millions d’euros de 2003 à 2005 en réduisant ses coûts. Et se propose d’engranger à nouveau 200 millions d’euros d’ici à 2010, toujours en travaillant à améliorer son organisation et ses process.

On ose espérer que ces informations capitales seront transmises au comité syndical du Sedif, qui droit choisir un nouveau mode de gestion avant la fin de l’année 2008...

Et pour ce qui concerne la délicate question de la « renégociation des contrats », dormez tranquilles, camarades analystes de toute la planète :

« J.C. : So, during the first quarter we have experienced very — a much more unstable economic environment, more uncertainty on the economic trends in many areas, in particular in the U.S. and in Europe. For the time being as you’ve seen we have not been hit in our figures, in our accounts, by this economic downturn. In other terms we have compensated by the development of other businesses, but also by the increase in prices. And we have clearly a high demand on a worldwide basis for our activities. »

« Festival », comme ils disent, « We have compensated (...) by the increase in prices. »

(Quand ça va mal, on augmente les tarifs...)

« J.C. : Also, I mentioned this question of a social cost where we’re benefiting from synergies, from advantages, which have been terminated end of last year for the sector in France. We have a plan to renegotiate contracts so that we can get some compensation for this (inaudible), of course. But this renegotiation will come over all the whole year, or probably more impact next year than this year. »

« Second point : nous avons un plan pour renégocier les contrats, ce qui nous garantit bien sur certaines compensations. »

Ce qu’il y a de bien avec les maîtres du monde, c’est qu’ils parlent « cash ».

A suivre...

Lire aussi :

Veolia en difficulté à Paris et en banlieue parisienne : la bourse s’inquiète

Les eaux glacées du calcul égoïste, 21 mai 2008

Comment Veolia explique aux analystes financiers internationaux qu’elle va conserver le contrat du Sedif

Les eaux glacées du calcul égoïste, 23 mai 2008

Crise économique et factures d’eau

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 juin 2008

L’action de Veolia environnement boit la tasse

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 juin 2008

Marc Laimé - eauxglacees.com