Retour au format normal


Urbanisme mortifère : l’exemple de Montpellier, parThierry Uso (*)

15 juillet 2020

par Marc Laimé - eauxglacees.com

A travers les récentes modifications du PLU décidées par la ville de Montpellier, on peut désormais visualiser clairement, grâce à la mise en lignes de données en open data, la poursuite et l’aggravation d’un urbanisme mortifère, à rebours des déclarations lénifiantes de responsables publics littéralement drogués à la construction à outrance, « quoi qu’il en coûte… »



« Le 31 janvier 2020, la 13ème modification du Plan local d’urbanisme (PLU) de la ville de Montpellier a été adoptée par le conseil métropolitain.

C’est en effet le conseil métropolitain, et non pas le conseil municipal, qui a adopté cette modification du PLU, puisque l’urbanisme est devenue une compétence de la métropole

La modification du PLU a été adoptée à l’unanimité, montrant que lorsqu’il s’agit d’urbanisme les chamailleries et les clivages politiques habituels disparaissent : « je ne t’emmerde pas quand tu urbanises dans ta commune et tu ne m’emmerdes pas quand j’urbanise dans la mienne... »

Lors de la consultation publique sur ce PLU, la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), a émis des réserves sur l’augmentation de la hauteur des constructions dans plusieurs quartiers, et demandé que soient réalisées des études démontrant l’absence d’impact sur le paysage. Et bien entendu la métropole s’est engagée à faire réaliser ces études... par des bureaux d’études aux ordres... avec la bénédiction du commissaire enquêteur.

Le PLU modifié est accessible sur le site opendata de la métropole :

http://data.montpellier3m.fr/datase...

Mais si vous n’avez pas un SIG (système d’information géographique) pour intégrer les données, ce n’est pas vraiment exploitable. Pour cela, il vaut mieux consulter le géoportail gouvernemental concernant l’urbanisme :

https://www.geoportail-urbanisme.go...

Vous tapez le nom de la ville qui vous intéresse (par exemple Montpellier), puis vous précisez éventuellement une parcelle.

Vous obtenez alors toutes les informations sur l’occupation du sol, la hauteur maximale des constructions, etc., dans la parcelle considérée.

Concernant le PLU de Montpellier, la 13ème modification vise notamment à :

- intégrer au document des dispositions réglementaires et conservatoires relatives à l’aménagement des quartiers existants de la Ville de Montpellier et d’opérations d’urbanisme nouvelles ou en cours de réalisation (ZAC, création de nouveaux secteurs de zone, création, modification ou suppression d’emplacements réservés pour équipements publics d’infrastructure et de superstructure…) ;

- compléter et adapter le règlement du PLU aux projets de construction en cours ou envisagés à court et moyen terme ;

- effectuer des corrections de forme relatives notamment à des erreurs ou omissions matérielles constatées depuis la dernière modification du PLU, et concernant les divers documents qui le composent.

Seuls les quartiers Centre, Prés d’Arènes, Mosson, Port-Marianne, Hôpitaux-Facultés sont impactés par la 13ème modification : augmentation de la surface urbanisable et de la hauteur des constructions...

A priori, les projets immobiliers auxquels s’est intéressé Eau Secours 34 (Acconiers Sud et ceux n’ayant pas d’autorisation/déclaration loi sur l’eau), ne sont pas concernés.

Ce sont donc les règles introduites par la 12ème modification du PLU qui s’appliquent sur les parcelles concernées.

En plus de Montpellier, seules 4 communes de la métropole ont leur PLU validé à ce jour :

http://data.montpellier3m.fr/datase...

Pour les (petites) communes soumises au RNU (Règlement National d’Urbanisme) n’ayant donc pas encore de PLU (Plan Local d’Urbanisme) depuis la fin des POS (Plan Occ° Sols) mais renvoyant néanmoins au SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale), le géoportail n’est pas du tout à jour.

Grosso modo, il a 4 à 5 ans de retard sur le seul parcellaire.

C’est le cas sur le Grand Pic Saint Loup.

Inutile de vous dire que cette situation de "vide" organisé autorise tous les abus comme on le constate sur certaines parcelles. »

Thierry Uso (*) est membre d’Eau Secoues 34, d’ATTAC et de l’European Water Movement.

Lire aussi :

- Ville sans horizon

A l’échelle d’une rue, à Montpellier, recherche de traces de l’inversion du processus de civilisation (Norbert Elias) ou lorsque la ville n’a pour seul horizon que la propriété privée, faisant éclater les communs au fondement de la cité.

https://blogs.mediapart.fr/574724/b...

Dimitri Fasfalis, blog Mediapart « Sur le seuil du temps », 11 juillet 2020.

- Canicule et urbanisme, arrêtons de densifier nos villes

https://theconversation.com/canicul...

Laurence Eymard, TH Conversation.fr, 13 juillet 2020.

Marc Laimé - eauxglacees.com