Retour au format normal


Grève générale au SIAAP

21 mai 2019

par Marc Laimé - eauxglacees.com

A l’initiative du syndicat CGT des personnels du Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (SIAAP), rejoint par FO et l’UNSA, un préavis de grève reproductible jusqu’à la fin du mois de mai provoque depuis hier un blocage de plusieurs usines d’épuration des eaux usées implantées en région parisienne, dont les accès sont interdits par des piquets de grève.



Un trop plein. Le régime indemnitaire des personnels du SIAAP n’a pas été revalorisé... depuis 17 ans !

“Ca suffit ! Il y a toujours du fric pour les entreprises privées, et rien pour nous !”, fulmine Clément, qui pose un énorme cadenas, arrimé à une chaîne, sur le portail d’accès de l’une des gigantesques STEP du SIAAP, dont l’accès est interdit depuis hier aux entreprises extérieures et aux fournisseurs par 80 militants présents sur le site, particulièrement déterminés.

La direction ne veut rien savoir et renvoie toute discussion au prochain RIFSEEP (*).

“On a calculé le manqué à gagner à une moyenne de 400,00 euros par mois et par agent,” précise un grèviste.

Il y a aussi les laborantins qui réclament à corps et à cris un changement de catégorie.

La direction a déjà envoyé des huissiers établir des constats sur les sites bloqués.

En arrière-fond, le spectre d’un nouveau coup de force en juin prochain, puisque les délégués de droite du SIAAP, mano dans la mano avec Veolia, veulent à toute force relancer le projet de SemOp de Valenton, annulé l’an dernier par la justice.

Il s’agit de laisser passer la campagne des Européennes, puisque Belaïde Bedreddine, président (PCF) du plus grand donneur d’ordre européen dans le domaine de l’environnement, avec son budget annuel d’un milliard 400 millions d’euros, figure en 29ème place sur la liste conduite par Ian Brossat.

“Pour l’Europe des gens contre l’Europe de l’argent” proclame la liste Brossat.

Et au SIAAP alors ?

Actualisation mercredi 22 mai

Des AG se sont tenues le mercredi 22 mai à Colombes puis Achères, où une forte délégation venait soutenir les grévistes, tandis que le Président du SIAAP se disait près à recevoir une délégation syndicale dès vendredi à 11 heures, sous réserve d’une levée des blocages.

Un argument immédiatement rejeté par la CGT et FO, qui appellent dans un communiqué commun à une intensification du mouvement et à une AG le jeudi au siège du syndicat dans le 12ème arrondissement.

Le communiqué de la CGT du SIAAP

"Monsieur le président,

Nous avons pris note de votre courrier et vous faisons part des décisions qui ont été prises ce jour dans les assemblées générales organisées sur les piquets de grève de SEC, SAM, SAV, et SEG.

Depuis le début, et avant même le commencement de la grève, nous vous avons demandé l’ouverture de négociations : il aura fallu trois jours de grève pour que vous envoyiez ce premier signal positif et envisagiez d’engager le dialogue avec les organisations syndicales présentes au SIAAP.

Vous exigez la fin du mouvement comme condition préalable à l’ouverture des discussions : les agents ne l’acceptent pas. Les piquets sur SAV et SEC seront fermement maintenus, mais pour vous prouver notre bonne foi, nous sommes prêts à suspendre temporairement les blocages sur les sites de Seine Grésillons et Marne Aval.

Maintenir le blocage n’est pas notre objectif, et si vous souhaitez sortir rapidement de ce conflit nous vous proposons également d’ouvrir ces négociations immédiatement : nous sommes prêts à négocier dès aujourd’hui et sommes disponibles 24h/24 pour vous rencontrer sur le site de Colombes ou à Achères ; nous attendons vos propositions.

Recevez également, monsieur le président, nos salutations syndicales".

A ce stade, évidemment, Montreuil Canal historique tousse déjà très fort.

A suivre.

(*) RIFSEEP : Régime indemnitaire des fonctionnaires de l’Etat.

Lire aussi :

SIAAP Ile-de-France : grève pour les salaires

https://journal.lutte-ouvriere.org/...

Le Journal de Lutte ouvrière, 22 mai 2019.

Marc Laimé - eauxglacees.com