Retour au format normal


Perturbateurs endocriniens partout, santé environnementale nulle part

14 mai 2019

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Générations futures a présenté le 16 avril dernier une enquête originale sur la présence de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés dans les eaux de surface en France.



« D’après les données 2015 de la base Naïades* sur les eaux de surface en France métropolitaine, Martinique et Réunion,nous avons retrouvé :

- Un total de 232 substances actives de pesticides ou de métabolites perturbateurs endocriniens suspectés recherchés au moins une fois dans un département, la moyenne par département est de 183 environ.

- La moyenne par département de substances actives de pesticides ou de métabolites supposées perturbateurs endocriniens quantifiés est de plus de 41, soit 22,8% environ des pesticides PE suspectés recherchés.

- Le nombre de substances actives de pesticides ou métabolites supposées perturbateurs endocriniens quantifiés est très variable selon les départements : de 4 pour la Corse du sud à 90 pour le Calvados.

- Les substances actives de pesticides ou les métabolites supposées perturbateurs endocriniens les plus fréquemment quantifiées par rapport au nombre d’analyses réalisées varient également selon les départements. Les 3 substances qui arrivent le plus fréquemment en tête sont : glyphosate (37 départements), Atrazine-Déséthyl (30 départements), Méto-lachlor (15 départements). »

Word - 19 ko
Rapport PE eaux de surface Générations futures 16-04-19 -.

Marc Laimé - eauxglacees.com