Retour au format normal


Irrigation : mobilisation dans la Vienne

9 avril 2018

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Au lendemain de la validation à la mi-mars par la préfecture de la Vienne de la construction de 43 réserves de substitution pour l’irrigation agricole dans le département, plusieurs associations locales ont choisi d’unir leur force pour exprimer leur opposition au projet. Sous la bannière « Non aux bassines », ils dénoncent notamment des conséquences désastreuses pour la qualité de l’eau, la santé et les finances publiques



Le bras de fer est bel et bien engagé contre le projet de construction de 43 réserves de substitution dans le département, qui vient d’être validé par la préfecture de la Vienne.

« Il est primordial d’informer le grand public sur le contenu de ce projet, souligne Jean-Louis Jolivet, vice-président de Vienne Nature. La construction de ces bassines va coûter 72M€, dont 70% seront financés par les fonds publics. Au-delà de cet aspect, nous dénonçons avant tout le fonctionnement des réserves. Elles seront remplies en hiver par un système de pompage dans les nappes souterraines. Les conséquences sur l’environnement et les zones humides peuvent être catastrophiques. Les bassines sont aussi un danger pour l’approvisionnement en eau potable, pour le débit et l’eutrophisation des rivières. »

Le système de pompage sera par ailleurs très énergivore puisqu’il fonctionnera de manière continue, la nuit.

Porte-parole de la Confédération paysanne de la Vienne, Nicolas Fortin dénonce pour sa part « le modèle de financement de l’agriculture » tout entier. « L’argent qui va servir à la construction de ces bassines pourrait profiter à des projets plus respectueux de l’environnement et permettre de s’éloigner de l’agriculture productiviste ».

Les 43 bassines devraient bénéficier à moins de deux cents céréaliers irrigants de la Vienne. « Dans les faits, l’eau des réserves servira à de nouvelles cultures, comme le tabac. Mais elle permettra surtout aux cultivateurs de maïs de contourner les restrictions d’arrosage en été. »

Pour Anne Maury, présidente de l’association de défense de l’environnement de Migné-Auxances (Adema), où la construction d’une bassine de 6,77 ha (douze terrains de foot) est prévue, « il est aussi urgent d’agir pour la préservation des paysages ». « Les cultures céréalières qui s’étendent sur plusieurs hectares rendent nos campagnes vides. Les haies et les arbustes sont rasés. Alors, imaginez l’impact visuel d’un bassin long de 500m et large de 200m. »

Treize associations poitevines ont d’ores et déjà rejoint le mouvement Anti-bassines 86. Elles sont soutenues par plusieurs partis politiques, dont Europe Ecologie les Verts, qui vient d’entamer les discussions avec le président de Nouvelle-Aquitaine pour qu’il renonce au financement du projet.

« La Région est censée investir 8 à 10% du montant total, précise Mad Joubert, conseillère municipale de Poitiers. Nos élus régionaux font du lobbying auprès d’Alain Rousset. Nous demanderons en outre aux militants qui rejoindront le mouvement de lui envoyer des cartes postales portant le logo « Bassines, non merci ! ». »

Le collectif vient de lancer un appel à une manifestation citoyenne, le dimanche 18 mars, à Migné-Auxances, où une randonnée sera organisée vers le futur site de construction de la réserve de substitution. « Chacun est invité à amener une bassine, en métal de préférence, pour un concert. »

Une pétition a également été ouverte sur le site de Vienne Nature.

Rappelons que l’Agence régionale de santé (ARS) et le syndicat Eaux de Vienne ont donné un avis défavorable à la construction de ces bassines. Le collectif Anti-bassines 86 a quant à lui déposé plusieurs recours auprès du tribunal administratif de Poitiers pour obtenir gain de cause. Ou au moins retarder l’échéance. »

Sources : La Nouvelle République, Centre Presse, Alouette.

Marc Laimé - eauxglacees.com