Retour au format normal


Siaap : l’usine de Valenton revient en régie

31 mars 2018

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Lors de son conseil d’administration du 28 mars, le syndicat francilien des eaux usées a acté le retour en gestion publique de l’usine de Valenton, qui avait fait l’objet d’un affrontement sans précédent entre Suez et Veolia. L’intervention décisive du Préfet d’Ile-de-France a sifflé la fin de partie pour les deux géants français des services à l’environnement.



En saluant Emmanuel Lévy, de Marianne, qui a eu la primeur de la nouvelle, nous avouons qu’il nous aura aussi précédé en soulignant… qu’il ne s’agit pas d’un poisson d’avril !

L’issue ne faisait guère plus de doute depuis la suspension par la Cour administrative d’appel d’un contrat contesté qui prévoyait l’intervention à Valenton le 1er avril d’une SemOp, fomentée par Suez, que Veolia lui avait raflé dans des conditions qui font l’objet de plusieurs procédures judiciaires.

Le revers est sans précédent puisque c’était déjà Suez qui exploitait Valenton depuis 12 ans.

L’hubris des deux groupes leur aura été fatal, dans un contexte miné par les soupçons d’entente autour de marchés colossaux, dont les medias se sont fait l’écho, et qui auraient pourtant du les inciter à la prudence.

A cet égard le communiqué diffusé en interne par l’actuel directeur général du syndicat fera sourire maints observateurs…

« Cher(e)s Collègues,

Comme vous le savez, le Conseil d’Administration du SIAAP a approuvé mercredi 28 mars une délibération visant la reprise en régie de l’usine de Valenton. Cette décision avait reçu un avis favorable de la part des représentants du personnel réunis en Comité Technique extraordinaire la veille. Elle sera effective à compter de ce dimanche, le 1er avril 2018, et permettra ainsi au SIAAP d’assurer la continuité du service public, le marché d’exploitation précédent arrivant à échéance au 31 mars.

L’esprit de responsabilité prévaut au moment de reprendre l’exploitation de la deuxième usine du SIAAP, essentielle au système d’assainissement francilien. Je remercie et je salue l’engagement des équipes du SIAAP, de SAM, de la DRH, de la DAM, de la DAC, de la DT qui se mobilisent sans compter depuis 15 jours pour rendre opérationnel le transfert d’exploitation.

Je salue avec enthousiasme l’arrivée dans notre maison des 155 agents de l’usine de Valenton.

Ils ont toute notre confiance pour accomplir leur mission et en faire un nouveau levier de fierté pour le SIAAP tout entier.

Jacques OLIVIER Directeur Général »

(40 des 155 postes sont aujourd’hui vacants... On se souviendra avec intérêt que le même Jacques Olivier, comme Belaïde Bedredinne, reprenant un argumentaire d’Artelia, prétendaient en 2016 et en 2017, pour justifier la création d’une SemOp, qu’il faudrait embaucher "110 fonctionnaires supplémentaires" pour gérer Valenton en régie...)

Lors du Comité Technique qui s’est tenu le 27 mars, la CGT du Siaap accompagné d’un représentant CGT du personnel de Sequaris, la filiale du Suez qui exploitait l’usine de Valenton jusqu’au 31 mars, est intervenue pour avoir des précisions concernant cette reprise en régie. Le président du Siaap et le directeur général leur a précisé que cette reprise en régie directe serait définitive.

Un Conseil d’administration homérique

La décision a été emportée le lendemain à une toute petite voix de majorité, par 17 oui pour 33 administrateurs. Un bloc de six voix LR n’a pas pris part au vote. Mao Peninou, 1er adjoint d’Anne Hidalgo à la propreté et à l’assainissement, fervent zélateur des SemOp, s’est abstenu avec trois autres délégués parisiens ! Peut-être pour ménager ses collègues du SYCTOM, le puissant syndicat francilien de traitement des déchets, dont il est aussi le 1er vice-président, avant Karina Kellner, 2ème vice-présidente, et… André Santini, 3ème vice-président !

Evènement sans précédent, les délégués syndicaux assistaient au vote, et c’est peut-être pour cette raison que Belaïde Bedredinne s’est écrié, en substance, moment surréaliste : « que Veolia et Suez se battent entre eux, ce n’est pas notre problème, nous on fait une régie… »

Il nous revient ici le gimmick favori de nos amis de la FP2E, au hasard Tristan et Igor, qu’ils nous assènent bien évidemment à chaque fois qu’ils veulent se foutre de nous : « Nous on ne fait rien, ce sont les élus qui décident… »

Dont acte. Les élus ont décidé (évidemment un peu à l’insu de leur plein gré, ce qui fait tout le charme de la situation), et qui se retrouve Gros Jean comme devant ?

Suez a immédiatement lancé l’offensive habituelle, promettant mille morts aux personnels qui opteraient pour la régie, sans grand succès apparent.

Jeudi, en région parisienne, à l’occasion d’un raout dédié aux funestes « baignades en Seine » et autres cauchemars olympiques, une salve d’applaudissements a salué la nouvelle du retour en régie.

L’onde de choc va s’étendre bien au delà de l’Ile-de-France.

Que toutes celles et ceux qui ont porté ce combat soient ici remerciés.

L’engagement et la détermination sans faille d’un Préfet républicain auront été décisifs.

Hommage au Préfet Michel Cadot.

Marc Laimé - eauxglacees.com