Retour au format normal


L’Arabie saoudite interdit les importations de goyaves en provenance d’Egypte

5 janvier 2018

par Marc Laimé - eauxglacees.com

L’Arabie saoudite a imposé, depuis la fin du mois de décembre, une interdiction sur les importations de goyaves en provenance d’Egypte, rapporte Egypt Independent. Pesticides ou re-use ?



Cette décision est motivée par des taux de résidus de pesticides dépassant les limites maximales autorisées au niveau international, indiquent des sources officielles du ministère saoudien de l’agriculture, précise une dépêche de l’agence Ecofin.

Plus globalement, l’interdiction commerciale est le dernier acte en date matérialisant les préoccupations sanitaires des autorités saoudiennes concernant les importations de fruits en provenance du pays des pharaons.

Celles-ci ont ainsi fait savoir qu’elles se réservent le droit d’appliquer des sanctions contre les importations de grenades non conformes aux limites maximales de résidus en vigueur, si des mesures correctives n’étaient pas prises par les services égyptiens.

La culture de la goyave se réalise sur près de 17 500 hectares dans la Basse-Egypte, au niveau des gouvernorats d’Alexandrie, Damietta, El-Beheira et Qaliubiya.

Ce n’est pas tout, la semaine prochaine, les fraises...

https://www.agenceecofin.com/fruits...

Cela rappelle furieusement les fameux concombres masqués espagnols, à l’origine de plusieurs dizaines de morts en Allemagne il y a quelques années.

Qui s’avérèrent in fine être des graines germées bio, cultivées grâce au re-use en Egypte, avant d’être exportées dans les circuits « bio » en Allemagne.

Savoir que l’eau du Nil est réutilisée de 4,5 à 7 fois entre Assouan et la mer. (Margat, Plan Bleu, 2000)...

Ce sont les mêmes zones à re-use égyptiennes qui sont mises en cause à nouveau par l’Arabie saoudite...

Ce même re-use que Veolia, Suez, la FNSEA et toute la clique veulent imposer à toute force en France, sous prétexte « d’économiser la ressource pour lutter contre le changement climatique… »

Le 11 décembre dernier, l’Agglomération Hérault Méditerranée, Suez et l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse procédaient ainsi à la pose de la première pierre du réservoir d’eau traitée du golf du cap d’Agde.

À l’été 2020 l’arrosage des pelouses sera assuré aux trois quarts par de l’eau traitée par ultrafiltration. Ce sont 235  000 m3 d’eau potable qui seront ainsi économisés durant la période estivale.

« Il s’agit du premier REUT (réutilisation des eaux traitées) de France à obtenir l’arrêté préfectoral sous le régime de la réglementation de 2014 », assurent les trois partenaires dans un communiqué commun.

L’arrosage devra se faire de nuit et par vent inférieur à 15 km/h. Les trois ans de travaux seront mis à profit pour contruire le réservoir de 1 650 m3, poser 2,3 kilomètres de canalisations entre la station Posidonia, gérée par Suez, et le golf, et aménager le partage des eaux en sortie de l’unité de traitement.

Le montant des travaux devrait s’élever à 5,5 millions d’euros, financés à 80 % par l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, et donc par la facture d’eau des usagers...

Lire aussi :

Eaux usées traitées : à réutiliser… si débouchés !

http://www.courrierdesmaires.fr/726...

Sylvie Luneau, Courrier des maires, 4 janvier 2018.

Actualisation Maroc-Espagne le 10 janvier...

De 2013 à 2016, la demande espagnole en fruits et légumes marocains a plus que doublé, ce qui renforce la position du Royaume comme premier fournisseur de l’Espagne.

L’Espagne est le principal concurrent du Maroc sur le marché de l’exportation vers l’Europe. Mais il s’agit aussi de l’une des principales destinations des produits agricoles marocains. En effet, d’année en année, le Royaume consolide sa place de premier fournisseur hors-Europe de l’Espagne en fruits et légumes si l’on en croit les données de la Fédération espagnole des associations de producteurs exportateurs de fruits, légumes (Fepex).

Au 31 octobre 2017, les exportations de fruits et légumes du Maroc vers ce pays de l’Union Européenne ont atteint 314 000 T pour un chiffre d’affaires de 462,3 millions d’euros soit environ 5,17 milliards de dirhams. Cela représente une augmentation de 36% par rapport à la même période en 2016.

Au total, en 2016, les exportations marocaines vers l’Espagne avaient généré 340,6 millions d’euros (3,81 milliards de Dh) contre 274,7 M€ (3,08 MMDh) en 2015, 199,6 M€ (2,23 MMDh) en 2014 et 153,5 M€ (1,72 MMDh) en 2013. En 4 ans, la demande espagnole a donc connu une progression de 122,2 %.

314000 tonnes + la production espagnole véritable, pour la population espagnole...

Nos voisins espagnols sont de grands mangeurs de légumes !

Vu les règles sur les produits phyto au Maroc... bon appétit !

Comprendre : les légumes marocains deviennent des légumes espagnols et sont vendus en Europe avec une "bonne "étiquette.

Et si vous transitez par l’Espagne, gaffe à la paella !

Source : http://www.agrimaroc.ma/espagnole-f...

Marc Laimé - eauxglacees.com