Retour au format normal


(3) Présidentielle 2017 : cent personnalités scientifiques pour un développement durable

4 mars 2017

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Une centaine de personnalités qui "ont consacré leur vie professionnelle à la recherche scientifique", ont interpellé à la mi-janvier 2017 les candidats à la présidentielle en leur soumettant un questionnaire en ligne sur plusieurs thématiques dont celles de l’environnement, de l’énergie et du climat, questions "posées hors de tout esprit partisan". "Le choix d’un candidat résulte d’un ensemble de considérations multiples qui vont bien au-delà des questions que nous soulevons. Néanmoins nous sommes convaincus que cette démarche ne pourra qu’éclairer les choix de nos concitoyens", précisaient-ils.



Santé et environnement

Santé publique : les pathologies du cerveau, les maladies dégénératives et les pathologies mentales, le tabac et autres addictions, l’obésité, les infections par des bactéries multi-résistantes aux antibiotiques, les émissions de particules, les maladies infectieuses émergentes ou ré-émergentes… menacent la santé de nos concitoyens. Quelles mesures comptez-vous prendre en termes de recherche et de prévention pour protéger la santé publique ?

Biodiversité : quelle sera votre stratégie vis-à-vis des 17 objectifs du développement durable des Nations unies, et en particulier vis-à-vis de la préservation de la biodiversité terrestre et aquatique ?

OGM : les règlements de l’UE et la législation de notre pays autorisent l’importation en vue de la consommation humaine et animale de productions OGM. Certaines cultures OGM sont autorisées par l’UE mais elles restent interdites par la France. Quelle est votre position sur cette question ?

Énergies et climat

Énergies renouvelables : la loi française sur la transition énergétique du 17 août 2015 prévoit une réduction de 50 % en 2050 de la consommation totale d’énergie en France, ainsi qu’une réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique au profit d’un important développement d‘énergies renouvelables. Comment pensez-vous suppléer à l’intermittence de l’éolien et du solaire photovoltaïque sans augmenter la consommation de combustibles fossiles ?

Nucléaire : pensez-vous développer la recherche sur le nucléaire de quatrième génération, en particulier avec le réacteur expérimental Astrid ?

Taxe carbone : face au changement climatique en cours, la France s’est engagée lors de la conférence de Paris (la COP 21) à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 75 % en 2050 par rapport à 1990. Pour atteindre cet objectif, la loi sur la transition énergétique du 17 août 2015 prévoit une augmentation de la taxe carbone de 22€/tonne CO2 en 2016 à 56€ en 2020 puis 100 euros en 2030. Avez-vous l’intention de confirmer cette décision ou de la modifier ?

COP 21 : l’accord de Paris sur le climat est marqué par une tension entre un objectif ambitieux, limiter le réchauffement global à moins de 2 °C par rapport au climat pré-industriel, et la trajectoire sur laquelle nous placent les engagements volontaires des différents pays, conduisant à la poursuite de l’augmentation des rejets de gaz à effet de serre jusqu’en 2030. Quelle est votre vision des actions à mener au cours des cinq prochaines années pour atteindre les objectifs annoncés ?

Pays en développement : les pays développés, dont la France, se sont engagés depuis 2009 à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour aider les pays en développement à faire face au dérèglement climatique. Cet engagement a été confirmé à plusieurs reprises, en particulier lors de la COP21 en 2015. Envisagez-vous de maintenir cet engagement de la France, d’accélérer sa mise en œuvre et éventuellement d’en augmenter le montant pendant votre mandat présidentiel ?

Recherche et innovation

Principe de précaution : Le principe de précaution est inscrit dans la constitution et de nombreux jugements récents de tribunaux administratifs y font référence. Quelle est votre appréciation générale de l’application de ce principe ?

Parmi les signataires :

• Valérie Masson-Delmotte, directeur de recherche CEA au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, coprésidente du groupe I du Giec ; • Hervé Le Treut, professeur à l’UPMC, École Polytechnique, membre de l’Académie des sciences ;

• Yvon Le Maho, membre de l’Académie des sciences directeur de recherche émérite au CNRS ;

• Gaël Giraud, économiste en chef de l’Agence française de développement, directeur de recherche au CNRS, directeur de la chaire énergie et prospérité à l’ENS ;

• Catherine Cesarsky, haut conseiller scientifique, CEA, membre de l’Académie des sciences ;

• Gilles Bœuf, professeur à l’UPMC, conseiller scientifique de la ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer ;

• Thomas Piketty, directeur d’études à l’EHESS, professeur à l’École d’économie de Paris ;

Voir le questionnaire et les réponses publiées au fur et à mesure de leur arrivée :

http://science-et-technologie.ens.f...

Marc Laimé - eauxglacees.com