Retour au format normal


Cadmium : bon pour l’eau potable, pas pour les boues d’épuration…

12 décembre 2016

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Un honorable parlementaire a interrogé le ministère de l’environnement (ce qu’il en reste), qui ne lui a d’ailleurs pas répondu, sur l’absence de parallélisme des formes entre les teneurs en cadmium admissibles dans l’eau destinée à la consommation humaine et les boues d’épuration.



- La question écrite n° 17748 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI), publiée dans le JO Sénat du 10/09/2015 - page 2119 :

« M. Jean Louis Masson attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur le cas d’un syndicat intercommunal de distribution d’eau potable qui respecte parfaitement les normes nationales et européennes fixant la teneur de l’eau potable en métaux lourds et notamment, en cadmium.

La commune fait aussi partie d’un syndicat d’assainissement, lequel souhaite vendre les boues de la station d’épuration pour l’épandage agricole.

Or, les normes nationales pour la teneur maximale en cadmium des boues de station d’épuration utilisées pour l’épandage agricole, sont calculées par rapport aux extraits secs et, de ce fait, la teneur limite en cadmium pour l’épandage agricole est dépassée.

Il lui demande s’il n’y a pas là une incohérence entre les normes fixées pour la consommation humaine d’eau potable et celles pour l’épandage à usage agricole.

Par ailleurs, le syndicat d’assainissement subit un préjudice car il ne peut pas valoriser les boues de la station d’épuration auprès des agriculteurs. Il lui demande qui doit alors supporter la charge du préjudice correspondant. »

- La réponse du Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargé des relations internationales sur le climat, publiée dans le JO Sénat du 25/08/2016 :

Le texte de cette réponse n’est pas disponible à ce jour.

Marc Laimé - eauxglacees.com