Retour au format normal


Eau et agriculture : troisième offensive réactionnaire au Sénat

15 septembre 2016

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Après les rapports Tandonnet-Lozach, puis Pointereau, nouvelle offensive réactionnaire au Sénat dans la perspective de l’après 2017. Feu sur les normes qui "empoisonnent" la vie des exploitants. Dans pas longtemps ils vont prôner la suppression de la DCE. Encore un effort, on y est presque. Beulin président !



Cette fois c’est un groupe de travail ad hoc de la Commission économique du palais du Luxembourg (°) qui a établi une liste de 16 propositions pour alléger les contraintes administratives et environnementales qui « empoisonnent » la vie des exploitants et leur rentabilité économique.

Rien de nouveau sous le soleil dans la liste des 16 propositions présentées le mercredi 14 septembre 2016 au Sénat pour alléger la vie des exploitations agricoles et les rendre plus compétitives.

Le groupe de travail, composé de neuf élus de toutes tendances politiques, dresse un inventaire à la Prévert de solutions (hélas) encore trop théoriques, déplore Le Figaro.

La plupart sont déjà connues puisqu’elles ont été publiées en d’autres temps et d’autres lieux, comme par exemple au sein des Républicains ou par des organismes professionnels agricoles, comme le premier syndicat du secteur, la Fnsea (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles).

Ainsi la proposition numéro 6, « développer l’expérimentation des normes avant leur généralisation », avait déjà été proposée par Nicolas Sarkozy, alors Président de la République, en visite au Salon de l’Agriculture en 2010.

Un vœu pieux qui était resté dans les placards pour ne pas froisser une partie de son électorat favorable au Grenelle de l’environnement, morigène le Fig.

Rassurons l’organe de M. Dassault (et Christian Jacob), c’était il y a un siècle, avant qu’il ne tourne carrément climato-sceptique...

"T’as pas de Round Up ! Mais Allo, quoi..."

Quant à la proposition numéro 7 « faire évoluer les contrôles en agriculture », un leitmotiv défendu tant par l’ancien ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire, que par son successeur, Stéphane Le Foll, il serait lui aussi demeuré lettre morte.

Ici grosse menterie puisque depuis des années la FNSEA s’oppose par la force, en les séquestrant, voire en les molestant, aux contrôles des agents de l’Onema, des DDTM, ou de l’ASP... Au grand dam desdits agents, qui n’ont cessé d’interpeller leurs tutelles, qui ferment pudiquement les yeux, quand elles n’abondent pas, au travers de rapports scandaleusement orientés, l’enterrement pur et simple de tout contrôle...

Constat plus alambiqué pour la proposition numéro 14 sur la gestion de l’eau et « la facilitation des retenues collinaires ».

Cela fait certes des années que les exploitants demandent aux pouvoirs publics quels qu’ils soient de simplifier la législation concernant la création d’étangs ou bassins de rétention.

Et de continuer à crier misère par ces temps de sécheresse car ils ne "peuvent pas irriguer leurs champs". Sans oublier qu’ils doivent aussi, dans de nombreux cas, abreuver leurs animaux sur le réseau d’eau potable, les cours d’eau ou les puits étant à leur plus bas niveau.

Un surcoût pour les fermiers et une aberration écologique (selon la FNSEA), alors que les agriculteurs n’utilisent que 3% des eaux issues des précipitations, faute de pouvoir les stocker, prétendent-ils sans rire.

Là nos amis se moquent littéralement du monde, si l’on se souvient, et du moratoire Batho sur les retenues, et de la levée hypocrite du moratoire par Philippe Martin, et de l’assomption des "projets de territoire" sous Ségolène Royal, aux fins de dissimuler ses turpitudes, et celles de quelques ONG et pseudo-rebelles bien pensants à Sivens...

N’oublions surtout pas le curage des fossés d’écoulement des eaux dans les champs. Il est interdit d’y toucher sous peine d’une amende administrative de la Police de l’eau, voire d’un emprisonnement, brâment nos victimes des commissaires politiques à l’étoile rouge de l’Onema.

Laissés à l’abandon ces cours d’eau finissent par se boucher. Ils ont ainsi participé à l’inondation des terres agricoles au printemps dernier, lorsque les précipitations étaient trop importantes. La FNSEA pilier de la GEMAPI, là fallait oser, mais c’est bien évidemment à cela qu’on les reconnaît, ils osent tout !

Et que dire de la nouvelle PAC (politique agricole commune) décidée par le gouvernement actuel, qui s’est révélée être une véritable usine à gaz à mettre en œuvre !

Le contrôle des parcelles par photos satellites a ainsi pris dans de nombreux cas l’ombre d’un arbre pour une forêt, requalifiant ces terres agricoles en bois et les empêchant d’être éligibles aux aides agricoles.

Le CNES au goulag !

Pour éviter que ce type d’erreurs ne se reproduise, les exploitants ont préféré dans de nombreux cas couper les arbres en cause. Une aberration à l’heure du verdissement de la PAC, voulu par Bruxelles.

(Donc, pour pas se faire piquer on coupe les arbres, des fois que les fonctionnaires en satellite confondent les arbres avec la forêt ! Là même Cyril Hanouna il oserait pas...)

Bon, nos amis ont bien sur été encensés par le Figaro de ce jour qui conclut : "Pour être plus efficaces et pédagogues vis-à-vis des décideurs politiques et aussi du grand public, les sénateurs auraient dû dresser une liste noire d’une vingtaine de normes agricoles les plus aberrantes à supprimer en priorité. Il y a urgence car sur le terrain les agriculteurs s’impatientent !"

Ne nous impatientons pas, ça va venir...

On voit déjà l’installation du futur ministre de l’Agriculture retransmise en Breaking News sur BFM-TV : "Entre ici Edgar Pisani, John Deere, Limagrain, Monsanto-Bayer..."

Voici venu le temps de l’écologie des catacombes...

(*) Le président de la Commission est Gérard Bailly, sénateur LR du Jura et producteur de comté à la retraite. Son rapporteur est le sénateur UDI-DC de la Somme, Daniel Dubois.

Le rapport d’information :

http://www.senat.fr/rap/r15-733/r15...

Lire aussi :

- Présidentielle 2017 : le programme de “Les Républicains” pour l’’nvironnement

http://www.eauxglacees.com/Presiden...

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 mai 2016

- 2017 : vers un bond de 15 ans en arrière des politiques de l’eau

http://www.eauxglacees.com/2017-ver...

Les eaux glacées du calcul égoïste, 11 juillet 2016

- Rapport Pointereau : seconde “feuille de route” réactionnaire pour la politique de l’eau après 2017

http://www.eauxglacees.com/Rapport-...

Les eaux glacées du calcul égoïste, 12 août 2016

- Eau et agriculture : troisième offensive réactionnaire au Sénat

http://www.eauxglacees.com/Eau-et-a...

Les eaux glacées du calcul égoïste, 15 septembre 2016

Marc Laimé - eauxglacees.com