Retour au format normal


Quand la préfecture d’Ile-de-France annonçait une Seine à sec pour l’été 2016…

2 juin 2016

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Le 4 janvier 2016 la préfecture de Paris et de l’Ile-de-France diffusait un communiqué alarmiste, reproduit ci-après. En raison « d’un état de remplissage inférieur aux niveaux théoriques » au 28 décembre 2015, et « si cette situation devait se prolonger, les lacs-réservoirs ne seraient pas en mesure de restituer suffisamment d’eau dans les cours d’eau à l’été 2016, entraînant des risques d’étiage sévère. » Autrement dit le 4 janvier dernier la Préfecture et l’EPTB Grands Lacs prévoyaient que la Seine serait à sec à l’été 2016… Le meilleur reste donc à venir quand la nouvelle Métropole du Grand Paris exercera (avec les Grands Lacs), la fameuse compétence GEMAPI le 1er janvier 2018…



« Les quatre lacs réservoirs (Lacs Marne, Aube, Seine et de Pannecière) exploités par l’Établissement public territorial de bassin (EPTB) Seine Grands Lacs assurent la double fonction de prévention des crues en hiver et de soutien à l’étiage en été pour la Seine.

Un état de remplissage inférieur aux niveaux théoriques

En raison du fort déficit de précipitations au mois de décembre, ces ouvrages présentent actuellement, au niveau du bassin amont de la Seine, des états de remplissage bien inférieurs aux niveaux théoriques. Au 28 décembre 2015, l’EPTB faisait ainsi état d’un déficit global de remplissage de 107 millions de mètres cubes, celui-ci pouvant atteindre près de 50 % pour certains ouvrages.

Si cette situation devait se prolonger, les lacs-réservoirs ne seraient pas en mesure de restituer suffisamment d’eau dans les cours d’eau à l’été 2016, entraînant des risques d’étiage sévère.

Le PM à Nemours 2 juin 2016

Le PM à Nemours, 2 juin 2016

Des mesures mise en œuvre par le préfet de région

Face à ce risque, Jean-François Carenco, préfet coordonnateur du bassin Seine Normandie, a donné formellement son accord à la préfète de l’Aube pour que des mesures particulières de gestion, proposées par l’EPTB Seine Grands Lacs sur le lac Seine, soient mises en œuvre.

Les prises en Seine pour accélérer le remplissage de ce lac seront ainsi progressivement augmentées, sans que le débit à la station de Pont-sur-Seine ne descende en-dessous du seuil d’alerte étiage. La direction de la centrale EDF de Nogent-sur-Seine, qui prélève en Seine pour refroidir ses installations, a fait part d’un avis favorable à cette mesure.

Tour Eiffel

Une analyse globale et des mesures complémentaires

De manière complémentaire, le préfet coordonnateur de bassin a demandé à l’EPTB Seine Grands Lacs de produire une analyse globale à l’échelle du bassin de la Seine et de proposer des mesures complémentaires pour les trois autres ouvrages (Lacs Marne, Aube et Pannecière) qu’il exploite. Elles devront permettre de résorber progressivement le retard de remplissage, et donc le risque d’étiage sévère lors de l’été 2016.

L’ensemble des autorités et des services de l’Etat maintiennent, en lien étroit avec l’EPTB Seine Grands Lacs, une vigilance forte sur l’évolution de la situation hydrologique.

Au regard de cette situation, le préfet de région appelle l’attention de tous pour préserver la ressource. »

Communiqué du 4 janvier 2016

Préfecture de Paris et d’Île-de-France

01 82 52 40 25 / pref-communication@paris.gouv.fr

Twitter : https://twitter.com/prefet75_IDF

Google + : https://plus.google.com/+Iledefranc...

Lire aussi :

- "Il n’y a aucune solution technique pour stopper une crue majeure à Paris" :

http://www.lemonde.fr/planete/artic...

Le Monde, 3 juin 2016

Marc Laimé - eauxglacees.com