Retour au format normal


Deux Sèvres : Michel Lesage soutient un nouveau service public de l’eau

7 juin 2014

par Marc Laimé - eauxglacees.com

A l’invitation du Conseil général des Deux-Sèvres, Michel Lesage, député des Côtes d’Armor, a présenté le 5 juin à Niort sa philosophie d’un pilotage rénové des services d’eau et d’assainissement, qu’il avait formulée dans le rapport sur la politique de l’eau qu’il avait remis à Jean-Marc Ayrault en juin 2013. Une rencontre qui ouvre de nouvelles perspectives pour un département qui va engager un projet ambitieux de rationalisation de ses services et de sa politique de l’eau.



A Niort, Michel Lesage a insisté sur « une politique de l’eau confrontée à de multiples enjeux de qualité, de gouvernance et de financement, liés à l’utilisation de la ressource, dans un contexte de réchauffement climatique et d’accentuation des phénomènes d’inondation et de sécheresse ».

Si, globalement, « la question de quantité ne se pose pas », celles des pollutions, notamment d’origine agricole, de la multiplicité des « 30.000 organisateurs de l’eau » imposent « des regroupements pour une gestion intégrale de l’eau, de l’amont à l’aval et par bassin-versant ».

Lors de cet après-midi dédié à la préfiguration d’une structure départementale sur l’eau, Sébastien Dugleux, vice-président du Conseil général, indiquait que les Deux-Sèvres « sont plutôt bien pourvues ». Manque encore cependant l’articulation, un pilotage, « sans phagocyter les gouvernances locales », qui, en offrant coopération et mutualisation (ingénierie, groupement d’achats, veille juridique, logique foncière, prévention), garantira, selon Michel Lesage, « une logique du cycle de l’eau ».

La veille, une soixantaine d’intervenants spécialisés avaient planché sur des exemples de synergies nouvelles, et sur les efforts à conduire pour l’assainissement. Le département a su faire passer à moins de 40 le nombre de syndicats d’eau potable, mais les services d’assainissement, eux restent encore trop éclatés.

La création en mai 2013 de la Société publique locale (SPL) des eaux du Cébron va permettre une mise en œuvre rationnelle de cette politique, en permettant au département de s’appuyer sur un outil innovant, s’adaptant ici, au cas d’espèce, tant à la protection de la ressource qu’à la gestion d’un barrage réservoir et à la production d’eau potable.

Le 26 juin prochain, un premier atelier pratique jettera un pont entre structure départementale - avec un objectif de création fin 2014/début 2015 - et intercommunalités aux compétences élargies, en janvier 2016, à la nouvelle compétence de gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (GEMAPI).

Sur fond de débat polémique sur le rôle futur des départements, la politique conduite depuis une dizaine d’années par les Deux-Sèvres, portée avec obstination par Eric Gautier, président (PS) de son Conseil général, témoigne, si besoin était, que le département peut jouer un rôle irremplaçable pour promouvoir une gestion équitable et soutenable de la ressource en eau.

Clin d’œil : « Tu n’abandonnes jamais, Richard ! »

Le Fugitif, 1993.

À Chicago, le docteur Richard Kimble (Harrison Ford) est condamné pour l’assassinat de son épouse qu’il découvre en rentrant de la clinique où il a participé à une longue et délicate intervention chirurgicale. Kimble dit s’être trouvé nez à nez avec le coupable et s’être battu avec lui, il prétend qu’il s’agit d’un manchot ; cependant les inspecteurs ne le croient pas et l’inculpent pour homicide.

Le docteur, seul héritier de la fortune de sa femme, est rapidement condamné à mort. Lors du transport devant le mener à son lieu d’incarcération, une révolte de prisonniers fait renverser l’autobus qui provoque un déraillement de train et permet à Richard Kimble et un autre détenu de s’évader.

S’ensuit alors une course poursuite entre le marshal Samuel Gerard (Tommy Lee Jones) et Richard Kimble, qui tente par tous les moyens de prouver son innocence et de confondre le véritable coupable : le docteur Charles Nichols, crapule vendue à une multinationale de la pharmacie.

Dans la scène d’anthologie finale, Harrison Ford, qui a échappé à la traque du marshall Gérard après mille et une péripéties, s’introduit dans le palace où l’assassin, son ex-confrère Nichols, s’apprête à connaître son heure de gloire, avec l’annonce du lancement du blockbuster qui doit faire sa fortune.

Notre héros, le Fugitif, dénonce publiquement l’imposteur assassin, qu’il va affronter dans une bagarre épique. C’est à ce moment que Nichols, hors de lui, lance à Richard Kimble (Harrison Ford) : « Tu n’abandonnes jamais, Richard ! »

Marc Laimé - eauxglacees.com