Retour au format normal


Charente : 100 000 personnes se mobilisent contre l’irrigation débridée

16 août 2013

par Marc Laimé - eauxglacees.com

Après les irrigants qui se structurent pour obtenir leurs réserves, les opposants à l’irrigation intensive en font autant en Poitou-Charentes.



Pour pouvoir continuer à arroser leurs champs, les irrigants militent pour la création en Deux-Sèvres de quelque deux cents réserves de 
substitution. Dans ce combat pas gagné d’avance, ils se sont dotés de 
structures comme Aquanide ou Irrigo destinées à organiser leurs actions de lobbying vers l’opinion publique.

La riposte des opposants ne s’est pas fait attendre. Prédisant « une 
année 2013 décisive pour la gestion de l’eau », le « Collectif 
associatif régional pour la gestion de l’eau », (Carg’eau), en lutte contre l’irrigation intensive - et donc contre les réserves-, vient d’annoncer qu’avec le récent renfort d’alliés de poids, « des actions 
sont en cours d’élaboration ».

« Pêcheurs, consommateurs, environnementalistes, conchyliculteurs et agriculteurs du réseau Inpact (*), écrit le collectif dans un 
communiqué, plus de 100 000 personnes se mobilisent en Poitou-Charentes pour la défense du bien le plus précieux au monde  : l’eau. »

Pourquoi cette levée de boucliers  ?

« Les politiques de l’eau annoncées par le candidat Hollande lors de sa campagne en 2012 auront permis de rêver quelque temps, soupire le collectif. Les promesses ont été vite oubliées et le rapport Martin ouvrirait une voie royale à une surenchère à l’irrigation en contradiction avec le bon fonctionnement des milieux 
[…]. L’inertie a été le seul choix politique effectué, quels que soient 
les gouvernements qui se sont succédé depuis plusieurs décennies.
Du point de vue de l’irrigation intensive, pourvu que rien ne change et 
que les privilèges acquis perdurent.

Après avoir espéré des mesures qui n’arrivent pas, le collectif Carg’eau a décidé de passer à la vitesse supérieure, grâce à l’appui d’autres organismes, qui subissent eux aussi cette gestion anarchique et partiale de l’eau qui, rappelons-le, est un bien public et commun. »

(*) Le réseau Inpact milite pour la promotion et le développement d’une agriculture durable en Poitou-Charentes.et combat l’irrigation intensive. « Depuis plus de trente ans, explique le collectif dans son communiqué, notre pays - et notre région - s’est engouffré dans l’irrigation intensive avec le cortège des désagréments engendrés  : rivières 
asséchées, iniquité du traitement fait aux agriculteurs devant l’accès à 
la ressource en eau, mise en difficulté de filières économiques fortes comme la conchyliculture fleuron de notre région, atteinte aux activités touristiques liées à l’eau, à l’équilibre de nos milieux humides, à la 
biodiversité, qualité d’eau inquiétante… »

Contact :

Collectif Associatif Régional pour la Gestion de l’eau, Fédération des 
Deux-Sèvres pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique,

33, rue du Galuchet à Niort

Tél. : 05.49.09.23.33.

Courriel  : peche79@club-internet.fr

Marc Laimé - eauxglacees.com