Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Veolia s’offre (gloutonnement) un publi-reportage dans « Le Monde »
par Marc Laimé, 14 mai 2010

Le grand « quotidien français de référence » est presque en faillite et va être racheté, au mieux par le propriétaire du Nouvel Observateur, qui a fait fortune dans les poubelles, au pire par Bergé/Pigasse, et encore pire par un « fonds » yankee dégoté par Alain Minc. Du coup les journalistes du susdit anticipent la suite, façon Bolloré, et font dans le publi-reportage éhonté pour Veolia. C’est Suez qui va pas être content, qui était odieusement chouchouté par ledit Monde jusqu’ici !

Le publi-reportage nous en baille des tonnes (de bêtises) sur l’ingéniosité visionnaire de Veolia, qui fait incubateur de startoupes aux Amériques, pour pas un rond, et va donc mettre les mains pour que dalle sur des petits génies qui fabriquent dans leur garage, pas des Google, des enzymes gloutons ky vont bouffer la pollution !

On se demande qui sont les gloutons dans l’histoire...

Comme nous le font remarquer nos excellents zamis des calanques et des lagunes, qui viennent de se goinfrer le pôle, Veolia comme Suez est obligée de pousser à la fuite en avant du "génie écologique", sans traiter les problèmes à la source (des Cent-Fonts ?), pour compenser la baisse des volumes consommés, et donc distribués, et donc vendus.

Comme Veolia est endettée au-delà du raisonnable, et ça va s’aggraver avec le nouveau Sedif, elle ne peut plus banquer pour finaliser, tester et développer ces technologies.

Aux startoupes yankees chouchoutées de se décarcasser pour trouver les financements (et la trésorerie...) qui, elle, est le vrai nerf de la guerre... et que Volia possède, voir nos factures.

Une fois Proteus bien ancrée dans le "système Veolia", ou l’oligopole des majors, et dépendante, après avoir internalisé les risques de la R&D, gloups... avalée !

Ca, on peut toujours le chercher dans le « publi » du Monde…

On attend la suite : Veolia vient en effet de faire très fort de ce côté en obtenant la labellisation de l’Eureka Cluster-ACQUEAU dans le Languedoc Roussillon, avec à la clé des dizaines de millions publics promis pour l’innovation des entreprise privées pour les prochaines années. Visiblement nos factures ne leur suffisent vraiment plus ! L’argent public est alors le bienvenu pour parer aux « market failures », telles que le financement de la recherche et de l’innovation.

« Info day » le 31 mai 2010 à Bruxelles.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!