Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
VEOLIA : vers une solidarité usagers-salariés ?
par Marc Laimé, 18 novembre 2010

La Coordination Eau Île-de-France, qui regroupe les associations de la région parisienne qui luttent pour le retour de l’eau en régie publique, apporte son soutien aux salariés de Veolia qui, à l’appel de leurs syndicats CGT et FO, sont en grève depuis le 8 novembre 2010, et occupent depuis le 17 novembre les locaux des trois usines qui alimentent en eau les 140 communes du SEDIF, soit près de 4 millions de Franciliens.

"La Coordination condamne les méthodes de la multinationale Veolia qui - contrainte de baisser ses prix pour obtenir le « marché » de l’eau dans la banlieue parisienne – se retourne maintenant contre ses salariés en diminuant les effectifs ou en supprimant des primes, plutôt que de baisser les profits versés à ses actionnaires !

Coordination

La Coordination réaffirme que - seule – la gestion publique permettra d’unir les intérêts des citoyens et ceux des salariés, en garantissant à la fois le "juste prix" de l’eau pour les consommateurs et les acquis sociaux pour les personnels."

Coordination Eau Ile-de-France

Le 18 novembre 2010

Contact presse :

Maurice Martin : 06 87 30 49 62

Lire aussi :

L’eau bouillante en ligne, le blog de la CGT Veolia Eau de la banlieue de Paris.

Déblocage partiel...

Zont pas mis longtemps à comprendre chez Veolia...

Déblocage partiel annonçait l’AFP à 17h20...

"Les salariés qui bloquaient partiellement les trois usines de production d’eau exploitées par Veolia et couvrant les besoins de 4 millions de Franciliens ont cessé leur action à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) jeudi après l’ouverture de négociations, a-t-on appris de sources syndicales.

Les grévistes continuent en revanche d’empêcher l’entrée de produits chimiques permettant de purifier l’eau sur les sites de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) et Méry-sur-Oise (Val d’Oise), comme ils le font depuis mercredi.

"On a lâché du lest à partir du moment où des négociations se sont enfin ouvertes avec la direction", a indiqué à l’AFP Alain Bonnet (FO). "Ils ont entrouvert une porte", a souligné de son côté Sylvain Chiche (CGT), ajoutant qu’un éventuel accord devrait être soumis en assemblée générale avant que les autres blocages ne soient levés.

Selon la CGT, le blocage des trois sites pendant 48 heures perturberait la distribution d’eau potable en Ile-de-France, une affirmation récusée par la direction de Veolia.

En juin, le groupe a obtenu l’exploitation jusqu’en 2022 des trois usines appartenant au Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) qui regroupe 140 communes et qui a, à cette occasion, promis de faire baisser le prix de l’eau, jugé trop élevé par certaines associations.

Les grévistes craignent que cette réduction ne se fasse à leur détriment, à travers le non-remplacement des départs à la retraite et la remise en cause du système d’avancements et de primes. Chez Veolia, on assure que l’emploi et la rémunération seront maintenus et garantis pendant toute la durée de la concession et que les accords inter-entreprise, notamment sur la rémunération, seront appliqués dans la structure dédiée qui verra le jour au 1er janvier 2011."

Communiqué des syndicats CGT-FO à 19h07

"Les syndicats CGT et Force Ouvrière prennent acte de la volonté de la direction d’ouvrir des négociations avec les représentants des salariés. Néanmoins, au bout de 10 jours de grève, force est de constater que l’ouverture de dialogue ne rime pas avec négociation de la part de cette direction.

Pour le moment, ces « discussions » ne visent qu’à écouter les Organisations Syndicales et leurs argumentaires en leur opposant des « non » fermes et définitifs. A ce jour, la direction de Veolia Eau Banlieue de Paris compte mettre à terre l’ensemble des acquis sociaux relatifs à la carrière professionnelle en refusant de les adapter dans l’application de l’accord inter entreprise élaboré par la direction nationale de Veolia Eau France.

D’autre part, il est de notre devoir de rappeler que Veolia Eau a toujours géré la production, la distribution, la facturation et l’ensemble des taches relatives à l’exploitation du plus grand service public d’eau potable d’Europe. La Générale des Eaux devenue Vivendi puis Veolia est le régisseur historique. Pour les salariés, le SEDIF et l’ex Générale des Eaux sont leurs patrons.

Le SEDIF a donc, jusqu’à aujourd’hui, pris ses responsabilités vis à vis des travailleurs en leur garantissant une part de la rémunération du régisseur et une assimilation à la Ville de Paris pour éviter que les salariés deviennent la marge d’ajustement financière de ce service public ô combien important pour la population et générateur de bénéfices pour le régisseur.

Largement méconnus, les salariés de la régie du SEDIF ont par tous les temps, tous les jours, assuré un service irréprochable aux usagers. Sans une seule fois être dans l’obligation de faire peser la peur de problèmes de distribution.

Il s’agissait d’un contrat moral entre le SEDIF, Veolia et les salariés. Nous devons, devant la convergence des faits, noter que ce contrat moral a été rompu.

En effet, le SEDIF s’est totalement désengagé vis à vis des travailleurs en ne prenant pas ses responsabilités politiques et sociales.

Le nouveau contrat du SEDIF stipule que « Le délégataire fera son affaire des salariés » en jetant au rebut les articles protecteurs de la précédente convention de régie.

Nous estimons donc que le SEDIF doit reprendre sa position de médiateur social et participer à la vie sociale de sa délégation de service public. Il serait trop simple de le dégager de toutes responsabilités dans le conflit."

Nanterre, le 18 novembre 2010.

Lire aussi :

Sedif : les salariés de Veolia, variable d’ajustement du nouveau contrat ?

Les eaux glacées du calcul égoïste, 7 novembre 2010.

impression

commentaires

1 VEOLIA : vers une solidarité usagers-salariés ?

La "Générale" a longtemps fait croire à ses fontainiers qu’ils avaient un statut de fonctionnaires ... droit de grève mais respect de la continuité du service public ! donc jamais de coupure d’eau ... amusant si on compare avec l’EDF-GDF. Tellement tordue la Générale c’est vrai ... mais leurs syndicats l’étaient tout autant ... lire Touly sur les rémunérations des syndicalistes ... il était je crois le second au syndicat de la Générale ... today conseil aux prud’hommes de Evry !

Que ce soit d’un côté ou de l’autre ça déborde !

Mais je soutiens ces grévistes durement exploités par Veolia dont l’action ne cesse de monter ... monter ... monter ...

poste par andreabriend - 2010-11-20@00:13 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!