Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Trente associations dénoncent la forte dégradation de la qualité des eaux dans le Sud-Ouest
par Marc Laimé, 9 juin 2009

Le Collectif CAP’EAU qui regroupe une trentaine d’associations de protection de la nature, d’agriculteurs et de consommateurs du bassin Adour-Garonne, a dénoncé au début du mois d’avril 2009, à l’occasion de la consultation engagée pour la révision du SDAGE, la situation alarmante qui prévaut à l’échelle du bassin en matière de préservation et de reconquête de la qualité des eaux. Créé en 2008, le collectif pointe notamment des écosystèmes montagnards très perturbés, des milieux naturels aquatiques fortement menacés, une dégradation des zones humides et une pollution des eaux souterraines par les pesticides et les nitrates extrêmement préoccupante.

Par ailleurs les consommations d’eau ne seraient pas maîtrisées en période d’étiage. Plus de la moitié du bassin est en effet classé en zone déficitaire (zone de répartition des eaux), tandis que la consommation agricole a été multipliée par 10 dans le courant des 30 dernières années…

Dénonçant un manque d’ambition de l’action publique dans le domaine de l’eau, car « à l’heure actuelle on pollue, puis on traite pour répondre à des normes sanitaires », le Collectif souhaite sortir de cette situation, et promouvoir une démarche de prévention ambitieuse.

Il a rendue publique une remarquable analyse de la situation des ressources en eau à l’échelle du basin Adour-Garonne, sous forme de 13 « fiches-outils », qui dressent un état des lieux non exhaustif, proposent des solutions pour améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques du bassin Adour-Garonne, et présentent un exemple de « bonnes pratiques » reproductibles.

A ce « kit », s’ajoute un document de quatre pages grand public, promouvant une nouvelle politique de l’eau afin d’atteindre les objectifs de la DCE, à savoir le bon état écologique des eaux du bassin Adour-Garonne.

- Consulter l’intégralité de ces documents sur le blog du Collectif Adour Eau Transparente, membre de CAP’EAU.

- Voir aussi une liste des conférences de presse organisées par CAP’EAU dans le bassin Adour-Garonne.

- Le Collectif Adour Eau Transparente et Attac 65 se mobilisent par ailleurs contre le nouveau projet de barrage de l’Ousse, dans la banlieue de Tarbes, relancé dix ans après un premier rejet de Déclaration d’utilité publique…

On verra aussi comment l’agence de l’eau Adour-Garonne se positionne sur ces délicates questions, notamment par le biais d’un "petit-déjeuner-débat" qui s’est tenu à la Maison de l’environnement le 12 juin 2009..., dont on peut visionner la video-transcription, titrée "Economies d’eau : de la distribution à l’usage"...

Convergence inter-bassins

Magie de la synchronicité...

Le Conseil économique et social régional Rhône-Alpes tâcle lui aussi sévèrement le SDAGE d’Eau RMC : absence de bilan, objectifs trop ambitieux, lacune sur les PCB, sur l’économie de l’eau...

Bien sur, c’était avant que "les Français" ne votent massivement pour les listes Europe Ecologie :-)

impression

commentaires

1 Trente associations dénoncent la forte dégradation de la qualité des eaux dans le Sud-Ouest

La pollution par les nitrates et autres produits chimiques d’origine agricole n’est pas condamnée par la loi. La pollution devient générale. En Auxois, notre futur ministre de l’agriculture - rumeur locale - M. Sauvadet actuellement député et président du Conseil Général de la Côte d’Or conseille et indemnise les communes qui accepteront un contrat avec un fermier ( la Lyonnaise en particulier ) pour avoir une eau officiellement moins polluée en nitrates. Est-ce bien la seule et vraie motivation ? Si je prends mon constat personnel, un fermier voisin ( SAUR ) m’a fait boire de l’eau à plus de 50 µgr/l de nitrates sans m’en avertir et me facturant le m3 à plus de 25 € ( voir http://igepac.free.fr ) !

Une nouvelle orientation de la politique agricole est indispensable si l’on veut éviter une véritable catastrophe sanitaire. Mais les intérêts financiers et personnels écraseront inexorablement cet impératif !

poste par Pierre PETIT - 2009-06-10@10:58 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!