Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Sivens : les arroseurs arrosés…
par Marc Laimé, 11 septembre 2019

Les medias ont largement relayé le mardi 10 septembre des éléments de langage selon lesquels un « consensus » aurait été trouvé entre les autorités locales, la profession agricole et les associations de défense de l’environnement autour d’un « nouveau projet » d’approvisionnement en eau pour l’irrigation dans la vallée du Tescou. Indignation de FNE Midi Pyrénées, du collectif Testet, de la Confédération paysanne…, s’estimant « trahis ». Opposées aux néo-zadistes, revendiquant leur « réformisme », ces associations « responsables » récoltent les fruits de leur collaboration assumée à l’élaboration d’un « projet de territoire », la pseudo concertation mise en place par le gouvernement pour faire taire toute opposition, en la divisant, comme cela a déjà été le cas en Poitou Charentes.

Nos associations réformistes, grandes expertes en jésuitisme, achèvent de se ridiculiser en diffusant à leur tour un argumentaire qui exprime à la perfection le double langage permanent qui est leur marque de fabrique.

Sauf qu’il est trop tard maintenant que le piège s’est refermé, comme c’était prévisible depuis le début de leur participation au « projet de territoire ».

Les finasseries sémantiques qu’elles brandissent en gage de leur honnêteté « militante » traduisent en réalité, au-delà même d’un besoin de « reconnaissance » qui les précipite dans l’abîme, l’insondable crétinerie politique qui est leur caractéristique première…

« Nous voyons fleurir dans les médias des fake news et des Trumperies sur un prétendu consensus sur la construction d’un barrage à Sivens.

Tout d’abord, il n’y a pas eu consensus (qui signifie approbation), mais consentement (qui signifie "pas d’opposition").

Ni ceux qui sont pour un barrage à Sivens, ni ceux qui pensent que lorsqu’on aura évalué et localisé les besoins en on trouvera une solution consensuelle n’ont approuvé ce texte, chacun y a émis des réticences. Mais personne ne s’y est opposé et il a donc été adopté sans vote au consentement.

Rétablissons la réalité. Que dit le texte qui a été adopté ?

"Dans l’attente de la prise de décision quant aux volumes répondant aux besoins sur le bassin versant du Tescou et aux enjeux d’avenir soulevés dans la charte devant donner lieu au lancement d’une étude spécifique (dans un délai d’un à deux mois), qui s’appuiera sur les contributions existantes des différents acteurs du projet de territoire (Agence de l’eau, chambre d’Agriculture, propositions des APNE et services de l’État).

Demandant que cette étude soit menée par l’Agence de l’eau et puisse bénéficier d’une participation financière des Départements du Tarn et de Tarn-et-Garonne et la Région Occitanie, l’Instance de Co-Construction du projet de territoire du bassin versant du Tescou décide :

D’approuver un schéma de principe d’organisation de la ressource en eau s’appuyant sur les trois axes suivants :

Axe 1 : Une optimisation de la retenue du Thérondel associée à l’utilisation du réseau du Syndicat d’Irrigation de Reynies,

Axe 2 : la valorisation et la mutualisation des retenues collinaires individuelles pour le soutien des écoulements naturels du Tescou et l’alimentation des coteaux,

Axe 3 : La création d’un ouvrage sur le haut bassin du Tescou limité à une faisabilité technique et constructible allant jusqu’à 1.000.000 m3 disponible »"

Si on sait lire, il est écrit à l’axe 3 : "la création d’un ouvrage sur le haut bassin du Tescou". Un ouvrage n’est pas forcément un barrage même s’il peut l’être.

Tout dépendra donc des résultats de l’étude sur les besoins supplémentaires pour l’irrigation. Au jour où nous parlons les seuls besoins sont de 420.000 m3 (200.000 pour le milieu aquatique et 220.000 pour les substitutions des prélèvements existants), et tous sont situés à 13 kilomètres en aval de Sivens !

Les besoins nouveaux sont des besoins privés qui ne relèvent pas de l’intérêt général. Ceux qui veulent développer des cultures irriguées devront participer à l’investissement et au fonctionnement. Pour nous le coût de l’eau est clairement trop cher pour assurer une rentabilité des cultures irriguées. C’est d’ailleurs pour cela que l’irrigation a fortement diminué ces 15 dernières années, depuis que les subventions européennes à l’irrigation ont été supprimées. »

Lire aussi :

- le communiqué de presse des acteurs pour une solution consensuelle préservant la zone humide du Testet :

https://www.collectif-testet.org/up...

et également :

- le communiqué de presse de FNE Midi-Pyrénées que nous approuvons :

https://fne-midipyrenees.fr/2019/09...

impression

commentaires

1 Sivens : les arroseurs arrosés…

C’est tellement plus simple de critiquer de son fauteuil, en se couvrant de sa cape de censeur, plutôt que de se taper la réalité des combats locaux, tout comme leur complexité...
Nous vivons dans un monde Mr Laimé où les pires pensées de l’agriculture industrielle existent et sont à l’œuvre sur le terrain, et où l’action de l’Etat est désastreuse. Venez sur le terrain Mr Laimé, prendre des coups avec ces militants associatifs dans l’action, et vous pourrez nous juger légitimement. Nous avons perdu un des nôtres dans ce combat associatif, qui n’était pas zadiste mais naturaliste de ces mouvements associatifs militants que vous critiquez tellement sans même les connaitre.
La "crétinerie politique" supposée de ceux là constitue l’unique carburant de votre crétinerie de censeur, au final bien plus "bien pensant" que vous ne l’imaginez. Qu’attendez vous de vos articles ? Qu’on vous idolâtre pour votre esprit clairvoyant, qu’on reconnaisse le "il nous l’avait bien dit" ? Sachez Mr Laimé que l’utilité de votre prose se tarie depuis de nombreuses années.
Qui est au final l’arroseur arrosé ? pas toujours celui qu’on croit avec ce genre d’articles dans lequel vous vous ridiculisez seul, petit censeur de canapé.

poste par X - 2019-09-12@17:24 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!