Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
SIAAP : le bras de fer continue
par Marc Laimé, 29 mai 2019

Expression d’un mouvement sans précédent, la journée de mardi a été émaillée, d’une part par une nouvelle rencontre entre la direction du SIAAP et les représentants syndicaux à dix heures du matin, puis par de nouveaux échanges et votes l’après-midi sur les sites mobilisés, dont la base a reconduit le mouvement, jugeant les nouvelles propositions de la direction encore largement insuffisantes. Le soir à 19h00, faute d’avoir obtenu le retrait des piquets de grève, la direction retirait l’ensemble de ses propositions, choisissant l’affrontement.

Dans la nuit de mardi à mercredi, les 3/8 à Achères n’étaient plus assurés…

Hier mardi à 10 heures à Jules César, le climat était en apparence moins tendu que lors des échanges précédents.

En début d’après-midi, pas de deux sans issue conclusive, la rumeur avait couru d’une nouvelle rencontre surprise dès 14h00 après celle du matin.

Une rumeur vite démentie puisque une importante délégation CGT-FO, avec les délégués du CALS (Comité des agents des laboratoires du SIAAP) était déjà en route pour Seine Aval (Achères), où le comité de grève, après avoir été informé des échanges du matin à Jules César avec la direction reconduisaient le mouvement dans le courant de l’après-midi…

A cette occasion, FO-SIAAP réaffirmait le besoin pour les personnels du SIAAP du maintien du Comité de grève de Seine Aval (Achères), et des revendications intersyndicales au niveau SIAAP (FO et CGT) telles que définies à l’issu de la première rencontre des syndicats avec la DG le vendredi précédent.

Pour FO : « Dans les propositions de la DG, il est seulement question de propositions clivantes (qui divisent) largement insuffisantes, ou de promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, comme nous l’a d’ailleurs confirmé le DG.

Nous avons demandé le chiffrage de ces mesures. La DG ne répond pas. Nous avons demandé un protocole de fin de grève, la DG a refusé. Nous ne voulons pas tomber dans la faute de 2011 (où s’était tenu une précédente grève, Note Eaux glacées), où il n’y a pas eu de protocole de fin de grève.

La DG nous a confirmé que dans 2 jours l’arrêté de rejet ne serait pas respecté. La grève porte ses fruits. Il ne faut pas céder si près du but. »

Dans la soirée, à 19h30, la direction du SIAAP adressera à l’ensemble des syndicats un relevé de conclusions, assorti de l’indication qu’elle sont annulées faute d’avoir obtenu la levée des piquets de grève…

Les propositions (annulées) de la direction du SIAAP

Un communiqué était adressé mardi soir à 19h30 aux organisations syndicales :

« Alors même que ce matin, lors d’une nouvelle rencontre avec les 4 organisations syndicales, une série de nouvelles propositions était proposée par la Direction Générale, en vue de trouver une issue au conflit, les Assemblées Générales convoquées par certaines de ces organisations et réunissant moins de 15% du personnel, ont décidé de poursuivre le mouvement de grève initié le 20 mai dernier.

Cette décision va à l’encontre de l’esprit de dialogue et du sens des responsabilités attendus du service public de l’assainissement que nous représentons. Elle tourne le dos à une résolution collective, responsable et positive du conflit pour une majorité de salariés du SIAAP.

Outre la poursuite du mouvement, ces Assemblées Générales ont choisi de maintenir le blocage des sites de SAV, Colombes et Clichy, empêchant ainsi l’approvisionnement de nos équipements et donc le fonctionnement de notre système d’assainissement.

D’ores et déjà, il est probable que les eaux usées transitant à Clichy seront directement rejetées en Seine dès ce jeudi.

Nous regrettons cette décision, inexplicable et irresponsable, dont les conséquences entament sévèrement le dialogue social mais plus encore nuisent à l’intérêt général qui vise l’équilibre et la protection des milieux naturels.

La poursuite des blocages place donc la Direction Générale du SIAAP dans la contrainte de saisir les autorités préfectorales du risque qui pèse dorénavant sur l’ensemble du système d’assainissement.

Ce risque a été rappelé explicitement ce matin aux organisations syndicales.

Le vote de rejet de ces propositions en Assemblées Générales nous conduit à les retirer.

Ces propositions étaient les suivantes :

- la prime dite de site, d’un montant de 67,08 € brut par mois, attribuée actuellement aux agents de SAV et SEG est attribuée à tous les agents du SIAAP, par souci d’équité :

- elle sera versée à compter du 1er juillet 2019 à tous les agents (hors SAV et SEG qui la perçoivent) de catégorie C technique et administratif et de catégorie A et B administratif, les textes instituant la RIFSEEP étant mis en place pour ces catégories.

- elle sera versée aux agents des catégories A et B technique dès que les textes instituant le RIFSEEP pour ces catégories seront publiés.

- une prime de pénibilité de 50 € net par mois est instituée pour les techniciens de laboratoire qui ne la perçoivent pas aujourd’hui, à savoir SAV, SEG et la DIE. Elle sera versée sur la paie de juillet 2019 avec effet rétroactif du 1er janvier 2019. Les autres points soulevés par le personnel des laboratoires seront examinés dans le cadre de la commission « pénibilité » qui sera mise en place en juin 2019.

- une prime de 50 € net par mois sera versée à tout agent ayant une rémunération nette (salaire net + régime indemnitaire) inférieure à 2000 € net par mois, à compter du 1er juillet 2019.

- la commission Régime indemnitaire est réunie dès début juin 2019 :

pour examiner et réviser en priorité le Régime Indemnitaire des catégories C dans le cadre du RIFSEEP ; pour établir un état des lieux du Régime Indemnitaire existant en vue d’accélérer la mise en œuvre du RIFSEEP en vue de sa révision et pour les catégories A et B technique d’ici la publication des textes prévus le 01/01/2020,

pour examiner les modalités de compensation en vue de réduire les écarts entre l’emploi occupé et le grade détenu,

pour inclure la notion d’expertise et qualification (ex-prime informatique)

pour examiner la NBI des agents travaillant dans les laboratoires.

les demandes de modification relatives à la classification de certains postes seront traitées dans un délai d’un an avec le souci d’homogénéité à l’échelle du SIAAP.

l’étalement des retenues sur salaires des agents grévistes sur la journée et demie-journée des 20, 21, 22, 23, et 24 mai, et la requalification en congés des agents grévistes sur la journée et demie-journée ayant poursuivi la grève les 27 et 28 mai.

Ces propositions représentent la somme d’1 million d’euros.

Elles s’ajoutent à une politique salariale déjà volontariste, comparativement à d’autres collectivités.

Face aux conséquences de ce refus, la Direction Générale espère un retour dans les plus brefs délais de l’esprit de responsabilité, dans l’intérêt de l’environnement, des personnels et du SIAAP lui-même.

Mardi 28 mai 2019, »

PDF - 26.8 ko
Propositions direction SIAAP du 29 mai 2019 -.

La réaction de l’UNSA

Alors que la direction tente de faire jouer les différentes sensibiltés syndicales pour diviser le mouvement et y mettre en terme, l’UNSA réagissait dans la soirée à 22h30, stigmatisant à son tour les manœuvres de la direction :

« La réunion de ce matin s’est déroulée dans un esprit beaucoup plus serein et constructif. L’UNSA-SIAAP ne peut qu’en féliciter toutes les parties.

Les propositions de la Direction Générale n’en étaient néanmoins pas satisfaisantes :

« Une prime de site d’un montant de 67,08€ brut par mois, attribuée actuellement aux agents de SAV et SEG est attribuée à tous les agents du SIAAP ».

Cette proposition ne ferait qu’ajouter de la division et de la tension entre les agents du SIAAP.

L’UNSA-SIAAP souhaite que soit conservée la prime de site de 67,08 € brut par mois pour les agents du SIAAP qui en bénéficient aujourd’hui, celle-ci permettant de compenser les difficultés d’accès des agents à leurs lieux de travail.

Par équité nous sommes pour une prime supplémentaire de 67,08 € brut par mois pour l’ensemble des agents du SIAAP afin qu’ils gagnent TOUS en pouvoir d’achat.

« Une prime de pénibilité de 50€ net par mois est instituée pour les techniciens de laboratoire qui ne la perçoivent pas aujourd’hui à savoir SAV, SEG et la DIE ».

Cette proposition ne ferait qu’ajouter de la division et de la tension entre les agents des laboratoires du SIAAP.

L’UNSA-SIAAP ne peut se positionner au vu de l’ambiguïté du terme « techniciens de laboratoire » utilisé dans la proposition, de qui s’agit-il ?

Les laborantins ? Les laborantin-préleveurs ? Les préleveurs-instrumentistes ?

Au-delà de cette ambigüité, la réflexion devra être étendue aux autres populations des laboratoires avec prise en compte de la rétroactivité à minima à l’identique de ce qui est prévu pour les « techniciens de laboratoire ».

« Une prime de 50 € net par mois sera versée à tout agent ayant une rémunération nette inférieure à 2000 € net par mois ».

A l’UNSA-SIAAP, nous sommes favorables à un coup de pouce pour les plus bas salaires du SIAAP, néanmoins nous souhaitons que le seuil soit relevé au montant du salaire moyen soit 2587€ net par mois et que les effets de bords soient intégrés.

Sur le reste des propositions l’UNSA-SIAAP attend des engagements en termes de délais et d’échéances des différentes commissions.

A l’UNSA-SIAAP nous continuons à œuvrer afin que nos propositions restent conformes à l’esprit de dialogue et de responsabilité attendus des agents du SIAAP que nous représentons. »

Fin de règne ?

Le dos au mur, Jacques Olivier avait de surcroît affirmé le matin à Jules César que le statut d’Etablissement public administratif (EPA), du SIAAP était inadapté à ses métiers, et que la nouvelle mandature remettrait en cause le statut du syndicat.

Info, intox ?

Faites vos jeux, déjà rien ne va plus.

A suivre.

Lire aussi :

- Grève générale au SIAAP

http://www.eauxglacees.com/Greve-ge...

Les eaux glacées du calcul égoîste, 21 mai 2019.

- SIAAP, la direction communiste "ne lâche rien aux grévistes.

http://www.eauxglacees.com/SIAAP-la...

Les eaux glacées du calcul égoïste, 25 mai 2019.

- Eaux usées d’Ile-de-France, un scandale exemplaire

https://blog.mondediplo.net/2018-03... scandale-exemplaire

Carnets d’eau, Le Monde diplomatique, 13 mars 2018.

impression

commentaires

1 SIAAP : le bras de fer continue

Des durs moments sont a prévoir au sein du SIAAP. Les syndicats du travail ont raison de défendre le service public et les agents. Malheureusement les syndicats n’ont pas pris en compte les projets qui trames depuis quelques années, ils n’ont pas anticipé l’avenir surtout avec le Président des français actuellement en place avec sa politique de réforme et diminutions des coûts...

Une première blessure est faite a la maison SIAAP, est-ce quelle va cicatriser… ? Est ce que les agents du SIAAP vont prévoir a une autre grève dans l’avenir et de reblesser à nouveau sans que la précédente soit cicatrisé.
Les politiques peuvent reformer la maison SIAAP après le départ du DG en place.

Une volonté est sûr, le SIAAP veut s’industrialiser donc cela passera indéniablement par un autre modèle de fonctionnement. Ce message est passé a maintes reprises. Le Grand Paris est en marche pour naître, grandir et remettre en cause le fonctionnement des institutions comme par exemple le SIAAP même après le Président des français élu pour l’instant.
Le SIAAP a repris en régie l’usine de Valenton avec du personnel issue de l’ancien exploitant du privé. La Semop était un modèle de transition nous verrons s’il y a un retour ou pas, peut importe. Ces salariés issue du privé, ont gardés le statut privé pour l’instant pour exploiter cette unité. Pour l’instant les politiques ont a ce jour une comparaison de deux modèles exploités dans son giron. Valenton 600.000 m3/j pour 140 personnes, malgré un différence entre les deux unités, Achères 1.700.000 m3/j en rapport équivalent serait que de 392 agents pour l’exploiter.Acheres a beaucoup plus d’agens en place sur cette unité. Serte un peu simple mais les élus sont autour de cet axe ainsi sur l’approche et la méthode d’exploiter. Recherche d’optimisation ! Le temps est venu pour les syndicats du SIAAP de prévoir le future et notamment quel sera le modèle et l’existence du SIAAP. De se préoccuper comment s’insérer dans un modèle industriel et d’accompagner les agents.Le SIAAP va changer peu ou prou il faut s’en occuper maintenant

poste par incognito - 2019-05-31@00:22 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!