Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
Plus... »
REMOUS
SIAAP : la direction communiste ne "lâche rien" aux grévistes
par Marc Laimé, 25 mai 2019

Après 9 jours de grève pour les laborantins, 5 jours pour les personnels des stations d’épuration qui bloquent l’accès des sites, les président et directeur général (PCF) du Syndicat pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (SIAAP), alternant provocations et menaces, ont entonné le refrain du patronat de combat face aux syndicats lors d’une réunion qui s’est tenue le vendredi 24 mai dans la matinée au siège du syndicat dans le 12ème arrondissement à Paris. Résultat, dans l’après-midi des AG ont reconduit le mouvement face à une direction qui joue le pourrissement, au risque de provoquer des rejets polluants d’eaux usées non traitées dans la Seine, dont la responsabilité serait évidemment imputée aux grévistes.

Ambiance tendue lors des deux AG qui se sont tenues vendredi après midi successivement aux Grésillons puis à Achères, dont les personnels, informés par leurs représentants syndicaux venus sur place consulter la base, organisée en Comité de grève, ont condamné les propos tenus le matin même par Belaïde Bedredinne et Jacques Olivier, président et directeur du SIAAP, hiérarques du PCF qui recevaient une délégation syndicale à Jules César.

D’emblée les choses avaient mal tourné.

Alors que les syndicats avaient demandé deux jours plus tôt que les négociations s’engagent sur les sites occupés devant leur base, ils avaient accepté dans un geste de conciliation la rencontre proposée par la direction à Jules César.

Sauf que la direction leur annonce qu’il ne s’agit pas d’une négociation mais d’une discussion assortie de « propositions »…

L’affaire est donc mal engagée et le ton monte. Candidat en 29ème place sur la liste Brossat aux Européennes, Belaïde Bedredinne en a gros sur la patate.

« Je pourrais vous attaquer en diffamation. Vous dites que le Président c’est le MEDEF. Vous dites que je suis Macroniste. Vous mélangez tout, vous jetez de l’huile sur le feu. La CGT n’est pas responsable, dès lundi on va écrire au Préfet… »

Et ça va durer comme çà jusqu’à la fin.

Quant au fond, loin des demandes des grévistes (une revalorisation du régime indemnitaire inchangé depuis 17 ans !), la direction ne consent qu’à évoquer des mesurettes, débattues façon la maman épicière de Margaret Thatcher.

Au surplus, pas de négociation digne de ce nom en vue, mais la mise en place de « groupes de travail », sans chiffrage, ni calendrier…

Une prime de pénibilité de 69 euros, peut-être bien, une prime de site pour les personnels qui doivent venir travailler en voiture dans les gigantesques STEP qui, comme Achères, ne sont pas desservies par les transports en commun, mais çà, ça va être noyé dans le RIFSEEP, et donc ce sera en brut et non en net, etc, etc.

Mais c’est au moment où la représentation syndicale aborde la question du paiement des jours de grève que ça part en live.

« Pas question, c’est inadmissible, quand on fait grève on assume. »

Le positionnement des hiérarques du Parti des travailleurs a singulièrement évolué, une vraie révolution culturelle…

Et d’insinuer qu’il n’y a qu’à se débrouiller avec Montreuil pour créer une caisse de grève !

Bref, au final des miettes, demain, peut-être, on verra…

Ah si, le tout assorti de menaces pas voilées du tout.

Ordre a été donné de décommander les camions des fournisseurs qui devaient livrer lundi à Achères des réactifs pour le traitement des eaux usées.

Du coup le risque de devoir « by-passer » des quantités considérables d’eaux usées non traitées dans la Seine est réel, ce dont la direction va aviser le Préfet dès lundi.

Le bras de fer continue. L’intersyndicale après consultation de la base, a déposé vendredi après-midi un nouveau préavis de grève… jusqu’à fin juin.

PDF - 305.1 ko
Communiqué CGT-FO, 24 mai 2019 -.

Et pendant ce temps-là, en même temps, Jean-Didier Berthault, conseiller (LR) de Paris, Vice-président du SIAAP, promoteur farouche de la SEMOp à Valenton… se baguenaude en Chine :

« (…) Selon l’Ambassade de France, il s’agit de la plus importante coopération franco-chinoise dans le domaine de l’environnement. Elle a été initiée par un accord entre les Premiers Ministres Chinois et Français en 2009, puis renouvelée pour 3 ans en novembre 2018 par les ministres de l’environnement des deux pays. Elle met donc le SIAAP au cœur de la diplomatie internationale avec la deuxième puissance économique mondiale. »

https://www.siaap.fr/presse-publica...

Ca nous change de Cuba.

A suivre.

Lire aussi :

- Grève générale au SIAAP

http://www.eauxglacees.com/Greve-ge...

Les eaux glacées du calcul égoîste, 21 mai 2019.

- Eaux usées d’Ile-de-France, un scandale exemplaire

https://blog.mondediplo.net/2018-03... scandale-exemplaire

Carnets d’eau, Le Monde diplomatique, 13 mars 2018.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!