Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
FIGURES
Qualité de l’eau : le veilleur de Villefranche-sur-Saône
par Marc Laimé, 22 juillet 2008

Seul, résolu, obstiné, Bruno Ducluzaux, qui se présente lui-même comme un « usager de l’eau polluée, professionnel reconnu dans le domaine des captages d’eau potable et de la qualité de l’eau, formation d’ingénieur civil des mines, avec une formation complémentaire sur la santé et l’environnement, expert judicaire près la Cour d’Appel de Lyon », analyse et dénonce avec force arguments depuis des années la pollution de l’eau à Villefranche-sur-Saône et plus largement dans le Rhône.

La lecture du blog qu’il a ouvert en janvier 2007 laisse songeur.

Comment les autorités et collectivités font-elles face aux dysfonctionnements qu’il dénonce ?

En leur opposant, soit un silence obstiné, soit un déni hautain...

Pourtant ses trois derniers billets sont pour le moins accablants. Il y dénonce :

- une nouvelle augmentation de la pollution aux solvants chlorés dans l’eau potable de Villefranche-sur-Saône ;

- le fait que 1 500 000 habitants dans le Rhône boivent une eau contaminée par du tétrachloréthylène ;

- le scandale de l’aluminium dans l’eau de la CAVIL.

Et d’ajouter que depuis des années, constatant la situation environnementale catastrophique à Villefranche, des usagers demandent une information des habitants sur les dangers pour la santé de l’eau dite « potable » et des autres risques.

Et de demander que les problèmes soient résolus de manière démocratique avec les 60 000 habitants concernés, sur 15 communes du Rhône et de l’Ain.

« Les usagers paient l’eau, ils ont bien le droit de participer aux choix sur la qualité de l’eau.

« Je demande à Monsieur Perrut, député et maire de Villefranche, d’organiser des réunions avec tous les usagers volontaires, pour faire avancer le problème de l’eau potable dans le bon sens.

« Je rappelle qu’il s’agit d‘une promesse publique de Monsieur Perrut lors du Grenelle de l’Environnement : le comité des usagers, qui actuellement ne fonctionne pas dans l’intérêt des usagers, devait être ouvert à tous les volontaires. »

Il se tient à la disposition des élus et des journalistes pour leur donner des informations sur la qualité de l’eau et sur les dangers pour la santé.

Il suffit de lui téléphoner pour prendre RDV.

Dont acte, et bon courage !

Contact :

Bruno Ducluzaux

Le Morgon

69640 Lacenas

Tel pro : 04 74 67 47 40

Tel soir : 04 74 67 45 71

Mel : info@hydrogeologie.com

Lire aussi :

Villefranche-sur-Saône (1) : trente ans de pollution du Nizerand

Les eaux glacées du calcul égoïste, 9 août 2007.

Villefranche-sur-Saône (2) : eau « potable » et risques sanitaires

Les eaux glacées du calcul égoïste, 12 septembre 2007.

Villefranche-sur-Saône (3) : quelle gestion durable de l’eau ?

Les eaux glacées du calcul égoïste, 21 janvier 2008.

Qualité de l’eau : le veilleur de Villefranche-sur-Saône (4)

Les eaux glacées du calcul égoïste, 22 juillet 2008.

impression

commentaires

1 Qualité de l’eau : le veilleur de Villefranche-sur-Saône

Le rapport de l’enquête publique sur ces questions et autour de Mai-Juin 2008 nous apprend de la plume même du commissaire enquêteur, annexe 5, page 2 :"sur un dossier qui fait appel à des connaissances scientifiques portant sur l’eau et l’hydrogéologie, je n’ai , comme la quasi totalité des commissaires enquêteurs, dans le département du Rhône en tout cas,aucune compétence technique." !! CQFD.
Je n’ai personnellement reçu aucune réponse dans le rapport de Madame la commissaire à mes questions sur l’impact des déchets ultimes de l’Avé Maria déposés illégalement entre 1984 et 1992.On me conseille et c’est le comble, de voir avec la DRIRE ! Pour le manganèse, M.Ducluzeaux ne peut pas dire que "celà est bon pour la santé" ; il est mis en cause pour la maladie de Parkinson. Les valeurs trouvées à l’Avé Maria par l’ESR de 2001 pour les piézo 2, 4, 7, vont jusqu’à 200 fois la VCI usage sensible.Les dernières info issues de la Préfecture des Ardennes mentionnent une source de manganèse possible à Bourg-Fidèle par incinération des piles . Or, les cendres et mâchefers en décharge sauvage de l’Avé Maria viennent de l’usine d’incinération de Béligny.
En ce qui concerne l’alerte sur les grands problèmes d’environnement : pollution de l’air, de l’eau, des sols et des végétaux, d’autres dont je suis depuis 10 ans de combat vous ont précédé. L’influence des décharges de l’Avé Maria, des industries classées à risques a déjà été dénoncée avec force d’arguments par différents moyens de communication.
La grande question , vu le constat dramatique que vous faites et dont je partage la crédibilité des éléments : qu’est-ce qu’on fait ? Comment sanctionner les auteurs de ce désastre. Ne parle-t’on pas de maladies graves et mortelles ?

Un seul exemple : qui négocie avec les industriels pollueurs les conventions de rejets toxiques ? Qui contrôle le, la ,les négociateurs ? Pourquoi le Comité des usagers de l’eau n’a t’il rien fait, rien vu, surtout préoccupé par le prix de l’eau alors que la santé n’a pas de prix !

poste par ANDRY - 2008-11-2@14:52 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!