Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Pourquoi l’Ouest et le Nord américain brûlent-t-ils ? par Dianne Palmaire (*)
par Marc Laimé, 4 juillet 2021

L’un de nos plus fidèle correspondant à reçu d’une amie nord américaine le point de vue ci-après, traduit par ses soins, qui témoigne que la crise actuelle à des racines structurelles, dont l’étendue n’incline pas à l’optimisme…

« Chaque année apporte de nouvelles preuves que le climat des États-Unis a radicalement changé.

Sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, un dôme thermique anticyclonique à peine mobile plane sur la Colombie-Britannique, l’État de Washington, l’Oregon et certaines parties de la Californie. Il touche également les provinces canadiennes de l’Alberta, de grandes parties de la Saskatchewan, les Territoires du Nord-Ouest et une partie du Yukon. La température à Vancouver a atteint 47° C. (115° F.) hier.

Environnement Canada a averti que la vague de chaleur extrême qui s’est installée sur une grande partie de l’Ouest canadien ne se dissipera pas avant plusieurs jours. Le National Weather Service des États-Unis a annoncé que plus de 40 millions de personnes le long de la côte sont sous le coup d’un avis de chaleur.

Ce qui aggrave la vague de chaleur dans toute la moitié ouest des États-Unis et du Canada est le fait qu’il y a eu une sécheresse de 20 ans. Cette combinaison peut ouvrir la voie à des incendies de forêts. L’année dernière, l’Oregon a été particulièrement dévasté par une saison de feux de forêt qui a brûlé un million d’hectares, détruit plus de 4 000 maisons et tué neuf personnes.

Les journalistes canadiens sont plus susceptibles de commenter la façon dont ce phénomène est lié au changement climatique que les journalistes américains.

À Détroit, où je vis, nous subissons les retombées d’une pluie intense survenue il y a trois jours. Après une pluie de 15 cm, le système de drainage, qui combine à la fois les eaux pluviales et les eaux usées, a débordé dans les rues, sur les autoroutes et dans les sous-sols des résidents et des entreprises. Des centaines de personnes surprises par la tempête de pluie ont été contraintes d’abandonner leur voiture. Sur le côté Est de la ville, le plus proche de la rivière Detroit, l’eau a dépassé les digues du canal.

Près de 60 000 résidents et entreprises n’ont pas eu d’électricité pendant deux jours, les feux de circulation étaient éteints dans certaines parties de la ville, de nombreuses rues et entrées d’autoroute étaient submergées d’eau et fermées.

Les services d’incendie et de police ordonnent l’enlèvement des voitures abandonnées - les conducteurs peuvent les récupérer auprès de diverses entreprises en payant des frais de 500 à 650 dollars. La ville a publié une liste de ressources, exhortant les propriétaires à documenter leurs pertes et à déposer une demande d’indemnisation.

Les précipitations dans le Michigan ont augmenté de 5 à 10 % au cours des cinquante dernières années, et de 35 % les quatre jours les plus pluvieux, mais les infrastructures hydrauliques ont continué à se détériorer.

Il y a eu une tempête similaire, avec les dégâts qui en ont résulté, en 2014, mais dans la partie sud-est de la ville (Jefferson-Chalmers), autrefois marécageuse, les digues ont été rompues en 2019 et 2020. À Détroit, les infrastructures d’eau sont un système "combiné", de sorte qu’en cas de débordement, tout refoule.

Selon le Southeastern Michigan Council of Governments, la simple mise à niveau des infrastructures de sept comtés du sud-est du Michigan pour gérer les eaux pluviales coûterait environ 24 milliards de dollars au cours du prochain quart de siècle.

En réalité, le système d’approvisionnement en eau doit être repensé, non seulement pour remplacer les tuyaux en plomb délabrés qui peuvent entraîner un empoisonnement au plomb, mais aussi pour séparer les eaux usées des eaux pluviales et développer des zones humides et des bassins de rétention.

Entre-temps, le plan d’infrastructure initial de Biden prévoyait 111 milliards de dollars pour remplacer les tuyaux en plomb au niveau national ; le plan bipartisan actuellement sur la table a réduit ce montant de moitié. »

(*) Dianne Palmaire réside actuellement à Detroit.

impression

commentaires

1 Pourquoi l’Ouest et le Nord américain brûlent-t-ils ? par Dianne Palmaire (*)

Et Dianne ajoute ce matin (5 Juillet)

L’une des autoroutes près de notre bureau sera fermée pendant quelques semaines à cause des pannes de pompe. Bon sang, c’est une raison de plus pour laquelle nous avons besoin de transports en commun et non de la voiture individuelle, et d’une infrastructure qui fonctionne même lorsqu’il pleut sept inches (pouces, soit 178 mm) en une journée. Les gens sont encore en train de nettoyer leurs sous-sols inondés et de jeter tout ce qui a été détrempé. Le titre des premières pages du Detroit Free Press dit que les gens s’attendent à ce que ces inondations se reproduisent....—dianne

poste par Jacques P. - 2021-07-5@10:32 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!