Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Pollution et mise en danger de la vie d’autrui : un jugement historique
par Marc Laimé, 16 septembre 2009

Dans un arrêt qui fera date, rendu le mardi 15 septembre 2009, la Cour d’Appel de Paris a condamné la société Métal-Blanc, entreprise ardennaise spécialisée notamment dans le retraitement de batteries usagées, à une forte peine d’amende, pour « mise en danger de la vie d’autrui ».

Ce jugement survient à l’issue d’un interminable chemin de croix.

La société devra indemniser plusieurs familles de victimes, dont les enfants sont atteints de saturnisme. Cependant, par le jeu de la confusion des peines, Métal-Blanc n’aura pas à payer d’amendes. Et seules les plaintes de six familles ont été déclarées recevables.

Ces familles toucheront 2000 euros par adulte, et 8000 euros par enfant.

Quant aux treize parties civiles - familles et associations -, déclarées irrecevables, pas un mot d’explication n’apparaît pour elles dans le jugement, quelle que soit la gravité des préjudices qu’elles ont subis, y compris un cancer rénal infantile fulgurant.

L’ Association Protection-Défense de l’Environnement de Bourg-Fidèle regrette donc dans un communiqué du 15 septembre 2009, « que la Cour n’ait pas étendu l’indemnisation précitée à l’ensemble des riverains, qui ont pourtant été exposés aux métaux-lourds durant de nombreuses années et ont de ce fait subi un grave préjudice. »

Elle tient pourtant comme une victoire cette reconnaissance du délit de mise en danger de la vie d’autrui, une décision importante en matière de pollution industrielle.

Car cela signifie que, comme les victimes le clament depuis plus d’une décennie, une usine peut fonctionner en mettant des vies en danger, avec la bénédiction de l’administration, des politiques, et de tout un monde désorienté et désinformé. C’est la première fois, en France, qu’un tel délit est reconnu.

L’association insiste sur le fait que seule l’intoxication au plomb a été retenue, sans tenir compte du cadmium, du nickel, de l’arsenic, du mercure, du manganèse…, ni des dégâts causés dans l’organisme par leur synergie.

« Notre lutte contre les ravages et les fléaux générés par de tels toxiques va donc continuer. Quant au chancre environnemental de nôtre site, il est comparable au chancre d’autres sites, parfois encore méconnus. L’extrême gravité de notre pollution ardennaise reste méconnue. »

L’association remercie toutes les personnes, associations, politiques, et scientifiques qui l’ont soutenue : « Certains avocats parisiens nous assistent depuis douze ans. »

Et se déclare « solidaire des personnes qui luttent afin que la vérité apparaisse, s’agissant du déclin dramatique de la qualité de l’environnement, et s’agissant de nombreuses vies menacées par d’ultimes toxiques : cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques, infiniment persistants, et cumulatifs, comme les métaux-lourds.

Contact :

Association Protection-Défense de l’Environnement de Bourg-Fidèle.

Tél. : 0(0.32).67.87.01.17

(à partir du 1er octobre 2009) : 0(0.32.) 82.69.98.36.

Mel : denise.schneider@skynet.be

Avocats :

Tél. : 01.44.32.08.20 ou 01.47.07.37.36.

Voir aussi :

Le site Contaminations chimiques infos

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!