Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Perturbateurs endocriniens partout, santé environnementale nulle part
par Marc Laimé, 14 mai 2019

Générations futures a présenté le 16 avril dernier une enquête originale sur la présence de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés dans les eaux de surface en France.

« D’après les données 2015 de la base Naïades* sur les eaux de surface en France métropolitaine, Martinique et Réunion,nous avons retrouvé :

- Un total de 232 substances actives de pesticides ou de métabolites perturbateurs endocriniens suspectés recherchés au moins une fois dans un département, la moyenne par département est de 183 environ.

- La moyenne par département de substances actives de pesticides ou de métabolites supposées perturbateurs endocriniens quantifiés est de plus de 41, soit 22,8% environ des pesticides PE suspectés recherchés.

- Le nombre de substances actives de pesticides ou métabolites supposées perturbateurs endocriniens quantifiés est très variable selon les départements : de 4 pour la Corse du sud à 90 pour le Calvados.

- Les substances actives de pesticides ou les métabolites supposées perturbateurs endocriniens les plus fréquemment quantifiées par rapport au nombre d’analyses réalisées varient également selon les départements. Les 3 substances qui arrivent le plus fréquemment en tête sont : glyphosate (37 départements), Atrazine-Déséthyl (30 départements), Méto-lachlor (15 départements). »

Word - 19 ko
Rapport PE eaux de surface Générations futures 16-04-19 -.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!