Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Nouvelle guerre de l’eau à Paris
par Marc Laimé, 16 décembre 2016

Stalingrad ou Omaha Beach ? La reconquista va ensanglanter 2017. Mais après Téhéran pointe déjà Yalta.

- Tarif. Le 1er janvier 2017 le SEDIF appliquera une baisse de 10 centimes par m3 de la part eau potable de la facture d’eau sur son territoire, qui passera de 1,47 à 1,37 euros, baisse “obtenue après de difficiles négociations avec Veolia”. Tu parles, elle compense tout juste, même pas, les révisions annuelles depuis 2010. Mais c’est de la com qui tue.

- Baignades. Surréaliste aéropage au Pavillon de l’eau le mercredi 14 décembre en soirée. Brice Lalonde, 4D, La Fondation France Libertés, Jean-Luc Redaud, on en passe et des pires (quoique pour faire pire, faudrait se lever de bonne heure...), pour blablater sur “l’eau dans la Ville”. Le nouveau dircab adjoint de Celia Blauel dépêché au front, s’aventure à soutenir que “les baignades en Seine sont au coeur de la lutte contre le changement climatique à Paris”. Belaïde “SemOp” Bedreddine, président-oligarque du SIAAP (adjoint PCF à la petite enfance à Montreuil), y va au lance-flammes. La qualité biologique oui. La qualité baignades ? “No pasaran” (par nous). Démentiel ! Genre le Red Star (soutenu par Hollande) qui vitrifie le PSG à domicile. En coulisses sur le champ de bataille des TIMA 3 et 4, affrontement au corps à corps. La DRIEE ensablée. Avec TIMA on comprend pourquoi puisqu’ils sont inutilisables 7 mois sur 12, le temps de les dessabler. Pas de trève humanitaire en vue. Les entérocoques à l’assaut du CIO.

- Courrier. La semaine dernière Jean-Didier Berthault (conseiller LR de Paris, président de la CAO du Siaap), Belaïde “SemOp” Bedreddine, Marie Pastre, les juges Le Loire et Daieff, le Canard Enchaïné, la Lettre A, Le Monde, Mediapart, le Conseil de l’Ordre des avocats et le Batonnier de Paris ont reçu un feuillet de nitroglycérine, dénonçant les “ententes” entre majors qui devaient être (à nouveau) entérinées le 16 décembre (ce matin, et de fait ce fût, nous y étions, tout à côté), par le SIAAP. 250 millions d’euros qui s’ajoutent à la note. Lavo Jato en open bar et personne ne moufte. Ca va mal finir.

- Eva Joly. Redevenue avocate, elle tiendra le mardi 20 décembre à 9h30 au Pavillon de l’eau une conférence de presse détaillant la plainte au vitriol déposée dans l’affaire “Payboost-Olkipay”, dévoilée par le roman fleuve de Martine Orange dans Mediapart. Les oreilles de Serge Michel vont siffler. La chute de la maison Franchi va-t-elle noyer les “capsules”, juste au moment où Jean-Michel Herrewyn lance son spin-off ? Les épreuves du deuxième polar de Mme la Juge, écrit à quatre mains avec Judith Perrignon, qui sort aux Arènes le 10 janvier, frémissent de joie.

- En marche. On blague, là. Faut pas réveiller le (Hervé) Marseille qui dort. C’est le SEDIF, le SEPG et la SEVESC qui boostent leurs partenariats stratégiques, à fond la caisse. La griffe Requis. La chevauchée des Walkyries sur le Ring.

- GTi pluvial. Tensions et blocage persistant au sein du groupe de travail interministériel. Il faudrait en finir une fois pour toutes avec les bricolages aux bornes de la légalité assis sur l’Instruction de 1975. Arrêter de ponctionner abusivement l’usager de l’assainissement. Asseoir des financements publics pérennes sur des surtaxes auxquelles rechignent les collectivités. Taxer les aménageurs beaucoup plus sérieusement. Politiquement impossible soutient-on.

- Dans l’entonnoir de la GEMAPI.

Ca ne coule toujours pas de source...

http://www.localtis.info/cs/Content...

- Mondanités aquatiques yaka faucon.

"En partenariat avec Veolia", le 14 janvier à Libération, une occasion en or d’entartrer le trafiquant d’influence Orsenna qui ne devrait pas être loin :

http://www.liberation.fr/evenements...

En rapport avec cette journée, Libération a publié :

- Une tribune d’Antoine Frérot, P-DG de Veolia :

« L’eau, un bien commun comme les autres ? »

http://www.liberation.fr/evenements...

- Des interviews de plusieurs "experts" qui interviendront dans les débats :

Laurent Labeyrie « Le niveau de la mer risque de monter d’un mètre au moins d’ici la fin du siècle » :

http://www.liberation.fr/evenements...

Vincent Callebaut : « Les européens ont perdu la valeur de l’eau »

http://www.liberation.fr/evenements...

Stéphanie Pincetl : « Notre gestion de l’eau [en Californie] est complètement archaïque »

http://www.liberation.fr/evenements...

Frérot se la joue en parlant de "l’eau bien commun" : référence grandguignolesque à la "tragédie des communs", diagnostic pontifiant sur la crise de l’eau, publicité sur les actions forcément exemplaires de Veolia, et pour finir la promotion de la réutilisation des eaux traitées. Au final, rien de nouveau si ce n’est une novlangue, à défaut des pratiques, qui s’adapte au monde qui change...

Les interviews des experts sont quant à eux révèlateurs du fétichisme techniciste très répandu dans la communauté scientifique : "smart city", techniques innovantes en irrigation, production et consommation d’énergie renouvelable, recyclage... Jamais il n’est question d’évaluer ces techniques présentes ou futures ni de déterminer qui va financer tout ça... pas Veolia soyez-en sûrs... Nous sommes toujours dans la fuite en avant de "l’économie verte et bleue."

- 404 noires. Le 27 janvier à l’Assemblée nationale, présentation du Manifeste de l’eau à l’attention des candidats à la présidentielle. Ils vont venir, ils seront tous là. Sainte SOCLE, priez pour nous. RIP MGP…

A suivre.

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!