Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Marseille 2012 : le plan de communication du Conseil mondial de l’eau et du gouvernement français
par Marc Laimé, 17 décembre 2011

La préparation du 6ème Forum mondial de l’eau qui se tiendra à Marseille du 12 au 17 mars 2012, à l’initiative du CME, du gouvernement et de la ville de Marseille, associés dans un GIE constitué à cet effet, rencontre de nombreuses difficultés que ne parviennent pas à surmonter les initiateurs de cet événement à qui de nombreuses organisations issues de la société civile, en France et dans le monde entier, reprochent de faire le lit des « marchands d’eau », que symbolisent les trois multinationales françaises Veolia, Suez et Saur. Pour anticiper d’inévitables remous susceptibles de ternir un événement qui est d’ores et déjà totalement intégré dans l’agenda de l’élection présidentielle par le « pas encore » candidat Nicolas Sarkozy, le gouvernement et les différents acteurs associés au 6ème Forum mondial de l’eau ont élaboré une (très) grossière opération de propagande, dont les lignes directrices sont parfaitement identifiables dans un article publié le 16 décembre 2011 par le site spécialisé Le Journal de l’environnement (JDLE).

Concernant l’organisation de cet événement planétaire il revêt toutes les allures d’une catastrophe annoncée, qu’il convient donc de camoufler sous un flot de propagande éhontée.

Festival (in english), à l’heure d’une crise mondiale qui ne laisse augurer d’aucune fin prévisible, la grande mise en scène du grand récit fomenté par la génération qui a porté depuis trente ans le rêve cauchemardesque de la marchandisation de l’eau sur toute la planète tombe à plat, déjà démonétisé, secondaire, accessoire. Nul n"y croit, surtout pas ceux qui ont imaginé, ainsi, écrire une page d’histoire et s’apprêtent à quitter la scène.

Présenté comme devant être financé à parité par des acteurs publics et privés, la dérobade de ces derniers génère des tensions croissantes. Le budget initial de 38 millions d’euros a du être revu à la baisse, et atteint péniblement les 26 millions d’euros, essentiellement des fonds publics abusivement prélevés, par exemple, dans la trésorerie des 6 Agences de l’eau françaises, qui sont alimentées par les prélèvements opérés sur les factures d’eau qu’acquittent 65 millions de Français !

Le « Forum des solutions », censé apporter des réponses opérationnelles à la « crise mondiale de l’eau », et après avoir engagé, depuis dix-huit mois, nous assurait-on, un travail colossal de recension et d’élaboration d’un véritable « Plan Marshall » sur les cinq continents, recrutait discrètement par voie de petites annonces jusqu’à la date limite du 10 décembre 2012, trois stagiaires qui se verraient confier la tâche, harassante, de collationner les dites « Solutions » à la crise de l’eau…

Veolia et Suez, véritables chevilles ouvrières de cette très bouffonne foire-exposition qui se tiendra, le symbole est admirable, à vol d’oiseau des Baumettes, outre qu’elles sont, pour la première en quasi-faillite et menacée d’OPA hostile, pour la seconde, déjà exfiltrée du CAC 40, ce qui est farce quand on y songe, sont de surcroît désormais en guerre ouverte au point que ce conflit (de forte intensité) menace régulièrement de faire exploser en vol un bastringue dont l’Elysée observe avec inquiétude les turpitudes dont il est porteur.

Localement, dans le chaudron phocéen, on attend avec impatience de voir lequel des différents gangs aux prises pour la conquête de la ville en 2014 fera la différence selon qu’il se sera doté d’AK 47 ou de Mossberg…

Ailleurs, dans la galaxie chatoyante des professionnels de la profession (aquatique), on observe avec inquiétude les soubresauts de la machine infernale dont plus rien ne semble pouvoir freiner la fuite en avant délétère, ce qui n’arrange pas les finances de nos gentils organisateurs qui peinent à faire raquer le populo, peu enclin par les temps qui courent à se faire tondre pour renflouer la cagnotte de Veolia.

Etc., etc.

Un « plan com » façon « psy-ops »

D’où il appert qu’il fallait donc mobiliser les temps de cerveaux disponibles, de l’Elysée et l’avenue de Ségur à la Canebière, aux fins d’élaborer une offensive médiatique sous forme de « carpet-bombing », qui pare ce désastre des atours d’un admirable conte de fées. Nous en prenons donc le chemin, au triple galop.

Intitulé « En ébullition, le monde de l’eau prépare son forum », l’article précité synthétise admirablement les « éléments de langage » qui vont être repris et tourner en boucle de plus en plus intensivement dans tous les medias qui vont être sollicités pour relayer la propagande gouvernementale qui a fait l’objet d’une préparation intensive.

L’opération s’inspire des préceptes de base des actions « psy-ops », dont on apprend qu’elle sont en ce moment même conduites à l’identique par d’anciens militaires des forces spéciales américaines spécialistes de la « guerre psychologique », pour le compte des compagnies pétrolières impliquées dans l’exploitation des gaz de schiste aux USA.

Analyse des « éléments de langage »

- 1. Le titre, admirable :

« En ébullition, le monde de l’eau prépare son forum »

Ici les « Rumsfeld Rules » sont respectées à la lettre. On invente donc un événement, une situation totalement imaginaire, à l’image des armes de destruction massive de feu Saddam Hussein. Mieux on fonde une mythologie. Ce qu’Homère, Saint Augustin, Shakespeare, Karl Marx, Tolkien ou Steve Jobs n’ont pas accompli, la Firme Fauchon-Gaudin-Payen-NKM-Frérot-Mestrallet-Proglio-Sarkozy y sera parvenu, fondant la mythologie du « monde de l’eau » …

Admirable en vérité. Il existe donc un monde, le « monde de l’eau » qui vient tout juste d’entrer en ébullition pour accoucher d’un événement planétaire.

Comment aller contre ? Standard & Poors, le fonds souverain Quatari, Jean-Luc Mélenchon, Alain Minc, Ségolène Royal, Marc Levy, Martin Hirsch (tout juste embauché par Lyonnaise des eaux), Rachida Dati, Dominique Galouzeau de Villepin, Madame Merkel, que voulez-vous diable qu’ils objectent au « Monde de l’eau ? »

Surtout quand ledit « Monde de l’eau » prépare « son » Forum. Ici c’est Bourdieu et Pinçon-Charlot qu’il nous faut solliciter pour cerner la portée du délicieux entre soi, (et plus si affinités) que laisse entrevoir la scansion de « son Forum ».

Traduction en langue des signes pour les sourds et malentendants de la sémiologie politique. Imaginons, je suis élu lambda ou DGS-DGA quelque part, de préférence dans une collectivité de gauche, encline à brandir dans le ciel des Idées (et des idéaux), que « Aka, l’eau c’est un bien commun de l’humanité, et Ke c’est pas une marchandise, Aka faut qu’elle soit gratuite pour tous », et tutti frutti, n’empêche que si j’arrive à aller glander au parc Chanot, aux frais du contribuable, puisque c’est « mon Forum », qui sait s’il n’y aurait pas moyen de moyenner, en tout bien tout honneur, avec le régional de Veolia ?

La Firme 1, le peuple zéro. Vu de l’Elysée, ça commence bien.

- 2. Introduction : le blietzkrieg.

« Le 6e forum mondial de l’eau ouvrira ses portes le 12 mars prochain, à Marseille, pour une semaine de débats. Cet événement qui devrait accueillir plus de 25.000 participants de 180 pays, 140 délégations ministérielles, 800 intervenants, sera l’aboutissement de 18 mois de travaux préparatoires. »

Entendre : les forces de la coalition prévoient de mobiliser plus de 500 B 52, une cinquantaine des tous nouveaux bombardiers furtifs B1 dont ce sera la première sortie opérationnelle depuis que le Pentagone a décidé leur construction dans le plus grand secret sous Ronald Reagan, tandis que le premier échelon des forces aéroportées dont le fer de lance sera la 82ème division aéroportée seront soutenus par une gigantesque force aéronavale, déployée à partir de Gibraltar, la Turquie et les Etats du Golfe… (Pour la suite vous reporter aux communiqués fournis clés en main à tous les bataillons de journalistes « embedded » aux quatre coins du globe).

Soit un énoncé performatif qui, à l’image d’un « blast », prive d’oxygène toute proposition antagonique. L’Empire, écrasant, qui « vaincra puisque nous sommes les plus forts ».

La Firme 2, le peuple zéro, tout va bien.

- 3. Hollywood stories : the Water Awards

« D’ores et déjà, 7 à 8 tables rondes ministérielles sont prévues. Une dizaine de chefs d’Etat seront invités par les ministères de l’écologie et des affaires étrangères, co-organisateurs de cette grande réunion des acteurs de l’eau dans le monde. »

Ici, banale déclinaison des « G8-G20, Merkozy sauve le monde », pour l’instant ça fonctionne à merveille, surtout quand le président du conseil général de Corrèze peine à entrer dans le cercle des VIP interplanétaires. Aucune raison de changer de cap opinent à l’unisson, pour une fois, Frank Louvrier et Henri Guaino.

La Firme 3, le peuple zéro, la notation française remonte à l’OMC.

- 4. Quinte flush : Oui-Oui et les PPP

« Nous voulons dupliquer le protocole de Kyoto », annonce François Lacroix, le directeur général adjoint de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) qui est aussi directeur du programme au secrétariat du 6e forum. « Il s’agit, en choisissant des objectifs-cibles, de mettre en place, pour les 20 plus grandes multinationales de l’eau, un mécanisme d’auto-régulation et une stratégie de réduction de leur empreinte eau. »

« L’Ecole française de l’eau » dans toute sa splendeur. Ce M. Lacroix est DGA de l’Onema, un organisme public, financé par une dotation annuelle de 108 millions d’euros, prélevés sur la trésorerie des 6 Agences de l’eau françaises, qui perçoivent elles-mêmes chaque année près de 2 milliards d’euros de redevances, prélevées sur les factures d’eau qu’acquittent 65 millions de Français. Et voilà donc M. Lacroix, payé par notre bon argent, nanti des pouvoirs qui lui sont conférés par la puissance publique, qui s’aventure, lors même que personne ne lui a rien demandé, et nonobstant que les statuts de l’Onema ne prévoient rien de tel, qui s’aventure, tout seul avec ses petits bras, à « mettre en place un mécanisme d’auto-régulation pour les 20 plus grandes multinationales de l’eau » ! On imagine déjà le dossier de presse, la présentation Powerpoint, l’engagement solennel en présence du Secrétaire général de l’ONU, etc, etc. Bon, au moins n’avons nous pas d’inquiétude pour l’avenir de M. Lacroix qui, sous ces auspices, s’annonce désormais résolument radieux.

Pour ce qui concerne la « stratégie de réduction de l’Empreinte Eau (des mêmes 20 plus grands multinationales) », saluons l’inventivité, et les créations d’emploi : va falloir définir l’empreinte, la normaliser, la présenter devant les différents cartels de bonnes sœurs qui gèrent des fonds communs de placement éthiques, recevoir le prix RSE au prochain Forum de Davos, implémenter les batteries d’indicateurs idoines dans la chaîne du « reporting » dématérialisé développée par Deloitte, avant que de s’en aller pourrir les secrétaires de mairie au fond du Cantal et les convaincre, sans peine du coup, de signer une DSP puisque « l’empreinte Eau » (de leur régie pourrie) ressemble, toutes proportions gardées, au foie d’un ancien mineur du Pas-de-Calais, qui se console depuis 40 ans au genièvre de l’effondrement de la « culture c’hti »

La Firme 4, le peuple zéro. Le cours de Veolia remonte de 10%

- 5. Excel et Powerpoint : la « Nouvelle gouvernance mondiale »

« 15 thèmes majeurs et 160 objectifs-cibles ont ainsi été fixés il y a un an par le comité d’organisation. Ces objectifs répondront à 3 directions stratégiques différentes, c’est-à-dire assurer le bien-être de tous, contribuer au développement stratégique et maintenir la planète bleue. 12 priorités d’action ont été listées. Les organisateurs espèrent pouvoir mettre en place un mécanisme de suivi des engagements pris, ce qui serait une nouveauté par rapport au 5e forum mondial d’Istanbul. »

Incise qui ira droit au cœur du bureaucrate qui sommeille en tout en chacun (e). Puisque nous avons « 15 thèmes majeurs et 160 objectifs-cibles (…) qui répondent à 3 directions stratégiques et 12 priorités d’action (…) , les malheureux qui crèvent dans tous les bidonvilles de la planète peuvent s’endormir en paix. Demain, démultipliés dans des millions de tableurs Excel et autant de Powerpoint, les directions stratégiques des objectifs-cibles majeurs creuseront des puits et édifieront des latrines sur les cinq continents. La Water governance 3.0 est en marche, mieux que la multiplication des pains, Hosanna !

La Firme 5, le peuple zéro. Le savoir-faire français va conquérir la planète.

- 6. Les Nations Unies saluent le génie français

« Le 13 mars 2012, un texte faisant consensus sera officiellement présenté. Le comité de négociation espère à cette occasion pouvoir annoncer une plus large ratification de la convention des Nations unies, adoptée en 1997, sur le droit relatif aux utilisations des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation. La France est devenue en janvier 2011 le 22e Etat signataire de cette convention. C’était un engagement de la France au Forum mondial de l’eau d’Istanbul en 2009. La France espère ainsi convaincre d’autres Etats d’y adhérer, au sein et en dehors de l’Union européenne. Il faut en effet totaliser 35 parties pour qu’il entre en vigueur. »

On retiendra de ce galimatias qu’avant et après l’affaire Clearstream les « spin doctors » de l’Elysée ont retenu au moins une leçon de la période : quand le flamboyant génie français s’affiche à l’ONU, le porteur de bonnes nouvelles devient immortel. Voyez Galouzeau, qui a du coup échappé au croc de boucher qui lui était promis…

La Firme 6, le peuple zéro. Prix Nobel en vue.

- 7. Projet de Loi de finances rectificative

« Quant au budget du forum, il est estimé à près de 30 millions d’euros, financés à part égale par les secteurs privés et publics. La ville de Marseille, le conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et les conseils généraux, les collectivités locales, les ministères de l’écologie et des affaires étrangères devraient apporter environ 7 M€, et 7 autres millions de la part du public seront financés par les 6 agences de l’eau du territoire ainsi que l’Onema ».

L’année 2011 aura vu fleurir au détour d’amendements scandaleux un impressionnant catalogues d’ignominies budgétaires, hardiment portées par les grands spécialistes en la matière de l’actuel gouvernement. Ici, à l’identique, on entretient un savant cafouillage quand il s’agit de lister les contributions respectives des secteurs public et privé à la grande foire marseillaise. En réalité le « privé » ayant obstinément, arguant de la « crise », refusé de cracher au bassinet, la quasi-totalité du financement de la foire provient de fonds publics extorqués à diverses institutions (publiques)qui n’en demandaient pas tant.

On espérera donc, confiants dans l’indépendance de la presse, voir les grands quotidiens et hebdomadaires nationaux, tout comme les incorruptibles de la radiotélévision nationale, engager des enquêtes approfondies qui permettraient notamment d’apporter une réponse sans équivoque à cette importante question, qui touche à l’esprit civique, à la démocratie et à toutes ces sortes de choses :

- considérant que l’Elysée à piloté l’affaire de bout en bout ;

- considérant que plus de 20 millions d’euros d’argent public ont été investis dans l’opération ;

- considérant que le « pas encore » candidat Sarkozy, se déclarera officiellement candidat à l’élection présidentielle, en toute hypothèse, avant le 12 mars prochain, qui verra s’ouvrir, en grande pompe, le 6ème Forum mondial de l’eau ;

- considérant qu’aux dires mêmes du Commissaire du Forum, désigné par l’actuel gouvernement, M. André Flajolet, député UMP du Pas-de-Calais, l’inauguration du Forum par M. Sarkozy sera pour ce dernier « le dernier signe fort de son action à l’international » (avant l’élection présidentielle) ;

… nous ne doutons pas une seconde que l’action résolue de Mme Eva Joly, M. Jean-Luc Mélenchon et M. René Dosière, vigilant scrutateur des dépenses du Château, va conduire la commission de contrôle idoine a décider, en toute indépendance, rigueur et lucidité, à décompter les 20 millions d’euros d’argent public mobilisés par l’Elysée pour financer Marseille 2012, sous la houlette de M. Christian Frémont, directeur de cabinet du Président de la République, dans les frais de campagne du candidat à la présidence Nicolas Sarkozy.

La Firme 7, le peuple zéro. Les medias ne mordent pas la main qui les nourrit.

- 8. 1984 : « La vérité c’est le mensonge »

« La région Paca a annoncé vouloir attribuer la moitié de son financement au forum officiel, l’autre moitié à l’alter forum qui devrait se dérouler la semaine précédant l’événement officiel. »

Nous nous interrogions il y a quelques mois sur le fait de savoir qui de Gramsci ou d’Orwell l’emporterait chez les « Ghost Writers » membres de la Propagandastaffel qui oeuvrent à construire LE récit du 6ème Forum mondial.

Orwell l’emporte donc, ce qui est profondément logique au vu de ce qui précède. Ne pas s’y tromper, ces trois lignes sont fondamentales. « La région PACA a annoncé vouloir attribuer… ». Le conditionnel conditionne tout naturellement le haut degré d’incertitude qui pèse dès lors sur la réalité, le fondement, l’existence même, sans parler du contenu, de ce fantomatique « alter-forum », dès lors renvoyé au rang d’épiphénomène un peu ridicule, déplacé, et bien évidemment sans intérêt aucun puisqu’il n’apparaît qu’au rang d’incise anecdotique du grand récit dont nous venons de voir se’ déployer l’un après l’autre les héroïques épisodes.

Alors tant qu’à faire on y va d’un mensonge grossier : "L’alterforum qui devrait se dérouler la semaine précédent l’événement officiel". Là c’est tellement raccord avec l’inconscient journalistique qu’il n’est point besoin de forcer la dose. Il y a l’agenda officiel, le seul qui compte, et le "off", la réserve des indigènes comme au bon vieux temps... Ca promet.

La Firme 8, le peuple zéro. « Ces mystères nous échappent, feignons d’en être les organisateurs ».

- 9. « Dazed and confused »

« Enfin, le forum devrait accueillir 10 à 15% d’ONG et d’associations scientifiques et techniques spécialisées dans l’eau. Certaines de ces ONG ne participeront qu’à l’alter forum, d’autres assisteront aux deux événements. »

Bien sur il ne suffit pas de minorer un problème pour espérer s’en débarrasser. Encore faut-il œuvrer à introduire le maximum de confusion, et dans l’esprit des protagonistes d’un événement non souhaité, et dans la grille de lecture opportunément construite pour ajouter de la confusion à la confusion. Objectif atteint. Comme nul ne sait qui sont ces ONG et associations spécialisées, ni ce qui les meut, l’affaire est entendue. Qu’elles assistent ou non à l’un ou l’autre de ces événements, dont nous savons désormais pour le second d’entre eux combien il est aussi incertain qu’indéfinissable, ne résonne donc d’aucune façon comme écho critique ou contestation du grand récit dont nous avons vu que, même sous sa forme journalistique dégradée, il définit déjà ce qui doit, et devra, et sera, dit, écrit et filmé en mars 2012 à Marseille.

La Firme 9, le peuple zéro.

Pour anticiper sur les réactions que pourrait susciter cette encourageante contribution à la tenue d’un « Forum alternatif » à Marseille 2012, nous avisons d’ores et déjà nos lecteurs (et lectrices), pas encore totalement épouvanté(e)s que nous travaillons par ailleurs d’arrache-pied à éclairer les coulisses dans lesquelles se trament d’abominables accommodements de nature à porter atteinte aux intérêts du camp du progrès dans lequel nous nous situons tous, ce qui vaut beaucoup mieux au demeurant que d’être retenu contre notre gré dans les différents centres de rétention dont les autorités qui en auront la charge terminent en ce moment l’inventaire dans les Bouches-du-Rhône.

Et vous offrons donc, à titre de zakouskis, et à l’approche de Noël, un passionnant compte-rendu d’une toute récente réunion conspirative entre des représentants gouvernementaux et des ONG, réunion dont on comprendra, sans même avoir bénéficié d’un séminaire sur les opérations « psy-ops » à l’Ecole de guerre, qu’elle vise exactement ce à quoi elle prétend : enrégimenter la so-call « société civile » dans la défense des multinationales françaises de l’eau, pourtant déjà très fortement soutenues par tout l’appareil gouvernemental….

Word - 46 ko
CE Réunion de préparation dialogue ONG-Pouvoirs publics

impression

commentaires

1 Marseille 2012 : le plan de communication du Conseil mondial de l’eau et du gouvernement français

Excellent décodage ! Très juste.

Marseille 1996-Marseille 2012 : fin du cycle des Fora Mondiaux de l’Eau. 16 ans, 7 forums, des dizaines de millions d’Euros ! (surtout de fonds publics) Pour quel bilan ?

En tout cas, Marseille 2012, avec un WWC/CME en pleine crise débandade : démissions successives de ses directeurs (Ger Bergkamp, JP Nicol,...) et Fauchon, seul aux manettes ! On craint le pire !... malheureusement si bien décodé dans cet article. Et dire que tant de gogos ont avalé la "success story" !

poste par Luigi34 - 2011-12-17@17:44 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!