Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
VAGUES
Lettre ouverte à Delphine Batho et Najat Vallaud-Belkacem
par Marc Laimé, 10 mai 2013

Appel au respect de la parité pour les élections aux Comités de bassin

Mesdames les ministres,

L’engagement du gouvernement de M. Jean-Marc Ayrault en faveur du respect de la parité s’est déjà traduit par la décision prise en juin 2012 par M. Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de promouvoir cette parité à l’occasion des récentes élections des Chambres d’Agriculture.

Après l’annulation des dispositions arrêtées en ce sens par le Conseil d’état, le ministre de l’Agriculture vient de réaffirmer le 10 mai cet engagement, par le biais de dispositions qui seront insérées dans la future loi « Parité » qui sera prochainement débattue au Parlement.

PDF - 40.3 ko
Le communiqué du ministère de l’Agriculture du 10 mai 2013

Mesdames les ministres,

Dans ce contexte vous avez la chance de pouvoir engager une mutation historique de la gestion de l’eau en France, en promouvant des dispositions analogues pour ce qui concerne les élections des « Comités de bassin ».

Le contexte s’y prête puisque le gouvernement a engagé le 18 décembre dernier une réforme de la politique de l’eau française lors du CIMAP tenu à Matignon.

Les différents travaux engagés depuis lors témoignent de crispations et de blocages qui présagent que des obstacles « insurmontables » vont être opposés par tous les lobbies qui y ont intérêt à une véritable réforme qui permettrait enfin de promouvoir cette réforme ambitieuse que tous les Français appellent de leurs vœux.

Le dernier sondage « Eurobaromètre » de la Commission européenne témoigne pourtant que la question de l’eau est la PREMIERE préoccupation environnementale des Français(e)s.

Or, à ce jour, pas un seul des différents groupes de travail mis en place depuis le début de l’année 2013 sous l’égide du ministère de l’Ecologie : mission Levrault, groupe d’analyse des SDAGE, Comité National de l’Eau, missions Lesage et Martin..., pas un seul de ces groupes de travail ne s’est posé la question de la parité au sein des instances de la gouvernance de l’eau en France !

Mais les rapports publiés en 2010 par le Conseil d’état et la Cour des Comptes, comme le récent scandale de l’Onema, attestent que la politique de l’eau exige une réforme de grande ampleur.

La question de l’eau, enjeu de pouvoir aussi considérable que méconnu, est depuis des décennies sous l’emprise des « barons de l’eau », une caste qui veille à défendre, par tous les moyens, y compris les moins avouables, ses intérêts totalement antagoniques du bien commun.

L’oligarchie de l’eau française ? Une caste de "vieux mâles blancs" entrés dans la carrière à 30 ans, et qui ne l’abandonnent qu’à 75, au terme de saccages perpétrés, en toute confraternité, et dans l’impunité absolue.

"Entre ici André Bettencourt, Yves Guéna, Robert Galley, André Santini..."

L’idée ne nous en était pas encore venue, mais nous allons de ce pas quérir quelque universitaire experte en "gender studies", qui ne manquera pas de dresser un tableau effarant de ce véritable cimetière des éléphants, d’autant plus vindicatifs qu’ils gagnent en âge...

A feminist approach

(Affiche de Kate Fletcher (ex-Œil électrique :

http://singessavants.blogspot.fr/20...)

Mesdames les Ministres,

Vous devez impérativement promouvoir une représentation de 50% de femmes parmi les délégué(e)s élu(e)s dans les différents collèges des « Comités de bassin » des Agences de l’eau.

Pourquoi ces néo « Parlements locaux de l’eau », qui demeurent encore aujourd’hui, hélas, inféodés à tous les lobbies, et comptent moins de 5% de femmes parmi les représentants de l’Etat, des collectivités locales et des instances socio-professionnelles (qui y défendent, abusivement, les intérêts des industriels et des agriculteurs), ne pourraient-ils pas, à l’avenir, respecter strictement le principe de parité qui va être mis en œuvre au sein des Chambres d’Agriculture ?

Vous avez le pouvoir, ce faisant, de révolutionner la gestion de l’eau en France en promouvant la parité au sein des Comités de bassin.

En cette date anniversaire d’un autre 10 mai, nous ne doutons pas que vous aurez à cœur de promouvoir cette réforme historique.

Lire aussi :

La composition des Comités de bassin ajustée pour représenter le milieu littoral et marin

Localtis, 3 mai 2013

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!