Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Le Conseil économique et social stigmatise le Cartel de l’eau
par Marc Laimé, 20 décembre 2008

Le Conseil économique, social et environnemental a adopté en Assemblée plénière le 17 décembre 2008 un rapport qui fera date. Toutes les problématiques de la gestion de l’eau y sont abordées sans tabou. Un rapport réalisé sous la houlette de Mme Marie-José Kotlicki de l’Ugicgt, à lire et relire pour mesurer l’ampleur des enjeux liés à la gestion de l’eau.

Mettant en évidence « l’originalité » de la gestion de l’eau en France, le CESE considère « qu’un
nouvel équilibre est nécessaire entre les acteurs des services de l’eau. »

Le rapport souligne que plus de 90% de la gestion de l’eau est publique dans le monde. Les collectivités sont propriétaires des réseaux et des installations, fixent les cahiers des charges et décident de leur mode de gestion. À l’heure actuelle, plus de 80% des services d’eau sont ainsi exploités en régie. Ce dispositif laisse aux collectivités territoriales la responsabilité de l’adduction et de la gestion du service de l’eau. Dans ce cas, la collectivité assure elle-même la gestion du service avec ses propres moyens. À l’inverse, le service peut être totalement privatisé comme en Grande-Bretagne et au Chili.

Entre ces deux extrêmes, c’est la délégation de service public (DSP), qui est privilégiée en France par les élus. Elle consiste pour les communes à confier toute ou partie de la gestion des services à des entreprises du secteur privé, tout en conservant (en principe...) la maîtrise du service ainsi que la définition de ses caractéristiques essentielles. Elle représente 7 à 8 % des services d’eau dans le monde dont 50 % sont assurés par des groupes français.

À l’échelle nationale, les DSP représentent 72 % de la distribution d’eau et 55 % de l’assainissement, contre respectivement 28 et 45 % pour les régies.

Elles sont gérées par les deux grands groupes mondiaux que sont Veolia et Suez environnement et dans une moindre mesure la SAUR.

Absence de concurrence

Le CESE dénonce toutefois plusieurs anomalies du modèle français. De nombreux élus qu’il a auditionné estiment ne plus avoir de choix véritable pour leur service de l’eau et s’interrogent sur la réelle concurrence au moment du renouvellement des contrats.

« Dans la pratique, il existe une inégalité dans la concurrence, résultant de la taille respective des opérateurs qui percute le choix des élus », explique le Conseil.

Ainsi, en moyenne, à chaque renouvellement de contrat, seulement 10 % des collectivités changent de délégataires et 1 % passe en régie.

Un choix qui n’est pas anodin puisque les contrats sont établis en moyenne pour une durée de 12 ans.

Par conséquent, le CESE estime nécessaire de rétablir l’équilibre entre les collectivités territoriales et les grands groupes et a présenté plusieurs propositions dans ce sens.

« Il faut que les décideurs aient les bonnes cartes en main pour choisir, » explique Marie-José Kotlicki, rapporteur du rapport.

Le Conseil propose donc de renforcer la collaboration des collectivités avec les PME-PMI du secteur de l’eau (il en existe aujourd’hui une douzaine en France) qui déclarent pâtir de la puissance des grands groupes omniprésents et efficaces, mais dont les pratiques leur interdisent de répondre aux appels d’offres.

Jusqu’à une date récente, le délégataire en place possédait seul la connaissance du réseau et était donc bien placé pour répondre. Aujourd’hui, le « sortant » a l’obligation de fournir le fichier des abonnés et le plan du réseau.

Le CESE veut aller plus loin et compte notamment sur la loi de mise en œuvre du Grenelle de l’environnement qui entend favoriser le développement de la collaboration entre PME et collectivités territoriales en ce qui concerne la restauration des zones humides, et encourage la création d’établissements publics territoriaux de bassin appuyés par les agences de l’eau.

Pour une régulation nationale forte

Le Conseil propose également de créer un organe régulateur à l’échelle nationale associant des représentants de tous les acteurs intéressés : usagers et collectivités territoriales, syndicats de salariés, industriels, scientifiques, juristes...

« Ce dispositif aurait un rôle modérateur dans les conflits opposant des collectivités territoriales, les usagers et les industriels ou délégataires et pourrait aussi, à la demande d’une des parties, examiner de nouveau les clauses des contrats, sans interférer sur le rôle décisionnaire des collectivités territoriales », précise le CESE.

Par ailleurs, le Conseil demande plus de transparence dans les procédures et envers les usagers. Il remarque que les pouvoirs publics ont pris du retard dans la mise en place des Commissions de consultation des services publics locaux (CCSPL). Le rôle de ces outils de démocratie locale a été appauvri récemment alors que les usagers sont en demande d’informations. Les polémiques récurrentes sur le prix de l’eau en sont un reflet.

Le CESE préconise par conséquent de renforcer ce dispositif et de mettre en place en parallèle une base de données nationale en accès libre alimentée par l’ensemble des municipalités et syndicats intercommunaux. Il propose en complément l’élaboration d’indicateurs globaux de satisfaction des usagers en prenant en compte l’ensemble des services liés à l’eau, leur gestion et leurs caractéristiques techniques et économiques.

PDF - 1.5 Mo
Les activités économiques dans le monde liées à l’eau

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!