Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
VAGUES
Le dessalement : solution d’avenir ?
par Marc Laimé, 7 novembre 2006

On a longtemps pu croire que ce procédé « futuriste » ne se déploierait qu’à la marge dans les riches pétro-monarchies du Golfe. Erreur ! Aujourd’hui le dessalement de l’eau de mer fait figure d’alternative crédible aux technologies traditionnelles d’AEP, et compte au rang des innovations qui dessinent les « nouvelles frontières » de la gestion de l’eau.

Deux types de technologies de dessalement de l’eau de mer ont successivement été mises au point.

La distillation consiste à faire évaporer l’eau, puis à la distiller. Généralement couplées à des centrales électriques, les unités qui ont été construites sont des usines énormes, conçues pour d’importantes capacités. Aussi ne sont-elles rentables qu’avec une énergie très bon marché. Ce qui explique qu’elles aient d’abord été implantées dans les pétro-monarchies du Golfe arabo-persique.

Un second procédé a été développé depuis une vingtaine d’années. Il repose sur l’utilisation de membranes, filtres très fins qui retiennent toutes les impuretés et le sel, d’où la dénomination des procédés par nano-filtration ou osmose inverse. Ces procédés sont onéreux, et posent encore des problèmes de reminéralisation.

Mais le dessalement est loin d’être une panacée. L’eau potable obtenue à partir de l’eau de mer, sous réserve qu’elle ne soit pas polluée par les hydrocarbures, demeure chère et grosse consommatrice d’énergie, fournie par des centrales électriques qui rejettent des gaz à effet de serre. Ceux-ci contribuent aux changements climatiques et agissent sur le cycle biologique naturel. Sans compter que la production d’un litre de fuel consomme elle-même une vingtaine de litres d’eau. Par ailleurs chaque litre d’eau produit par dessalement d’eau de mer produit un litre de saumure, solution concentrée de sels minéraux divers et de matières organiques. Si cette saumure n’est pas fortement diluée avant rejet en mer, elle y provoque la croissance de dangereuses colonies d’algues.

Au total nombre d’experts considèrent que cette technologie ne deviendra bon marché que quand elle adoptera l’énergie nucléaire, qui fournira à la fois les kilowattheures nécessaires à la production de l’eau et de l’électricité. C’est déjà le cas avec le réacteur d’Aktau, au Kazakhstan, qui fonctionne ainsi depuis 1973.

Mais ces procédés se développent néanmoins très rapidement, puisque près de 35 millions de m3 d’eau douce sont produits chaque jour par 12 000 installations, à partir des mers et des océans, soit 0,3% de l’eau consommée sur la planète. Au rythme actuel, qui enregistre un doublement de la production tous les 10 ans, les spécialistes estiment que cette production grimpera à 60 millions de m3 par jour en 2010. Et pourrait à nouveau doubler d’ici à 2025. Le dessalement ne concerne plus seulement les riches et désertiques Etats du Golfe, où fonctionnent les plus importantes installations. L’usine de l’émirat de Fajairah fournit ainsi chaque jour 450 000 m3, de quoi approvisionner, par exemple, les 3/4 des Parisiens.

On apprenait ainsi le 26 décembre 2005 que Veolia Eau démarrait l’exploitation de la plus grande usine au monde de dessalement d’eau de mer par osmose inverse, à Ashkelon, en Israël. Avec une capacité de production de 320.000 m3 d’eau potable par jour (soit 108 millions de m3 par an), il s’agit de la plus grande usine de dessalement au monde utilisant la technologie membranaire d’osmose inverse. L’usine, réalisée par Veolia Eau Solutions & Technologies et ses partenaires israéliens, est composée de deux unités parallèles pouvant produire chacune 54 millions de m3 par an (à titre indicatif, 108 millions de m3 représentent la consommation de 1,4 million habitants pendant un an). La première tranche produit de l’eau potable depuis fin septembre 2005, la seconde a commencé à fonctionner début 2006. Le contrat, d’une durée de 25 ans, avait été attribué en septembre 2001 à Veolia Eau et ses partenaires israéliens à la suite d’un appel d’offres international lancé par le gouvernement israélien. Il porte sur le financement, la construction et l’exploitation de l’usine de dessalement et représente, pour le consortium, un chiffre d’affaires total cumulé d’environ 1,5 milliard d’euros sur la période (dont environ 400 millions d’euros revenant à la société d’exploitation contrôlée par Veolia Eau).

Les solutions de dessalement essaiment donc désormais très rapidement, en dépit de leur coût et de leurs inconvénients pour l’environnement, tout autour de la Méditerranée.

L’Algérie et l’Espagne ont clairement opté pour cette réponse pour résoudre leur problème de pénurie. En Algérie General Electric construit une unité qui produira 1,8 million de m3 par jour, et d’ici quelques années l’alimentation d’Alger proviendra presque exclusivement de la mer.

En Espagne les premières unités ont été installées dès les années 80 aux Canaries. Palma de Majorque s’est dotée de 3 usines, dont la plus importante fournit 68 000 m3 d’eau par jour. De quoi alimenter une dizaine de millions de touristes et une vingtaine de golfs. Et 2 autres usines vont être construites à Palma et à Ibiza. Sur la côte espagnole, l’usine de Carboneras, près d’Almeria, la plus grande d’Europe, avec 120 000 m3 par jour, alimente à la fois l’agriculture et le tourisme. Au total, d’ici 5 ans, l’Espagne pourrait produire au moins 1,7 million de m3 par jour, sur une quinzaine d’installations. Sans compter une usine gigantesque à Barcelone, qui devrait fournir à elle seule 200 000 m3 par jour pour satisfaire aux besoins de l’agglomération.

L’Espagne est déjà au 5ème rang mondial pour le recours au dessalement, avec plus de 900 unités en fonctionnement (dont l’essentiel de petite capacité), derrière les Etats-Unis et le Koweit. La tendance est la même en Italie (11ème rang mondial) et en Grèce.

Dans le nord de l’Europe, la Belgique étudie l’implantation de plusieurs unités. En Angleterre, la Thames Water Authority, qui gère l’alimentation du Grand Londres, projette la construction d’une usine qui traiterait l’eau saumâtre de la Tamise, avec pour objectif une production journalière de 150 000 m3, permettant d’alimenter 900 000 personnes.

L’Allemagne et les Pays-Bas ont déjà eux aussi construit quelques installations.

En France enfin quelques régions songent à s’équiper, notamment sur la façade Atlantique, victime de sécheresses chroniques et confrontée, tant à un afflux massif de touristes l’été, qu’à une augmentation très rapide de sa population, par le biais de l’implantation massive de retraités originaires de toute la France sur les côtes.

Reste que si les nouveaux systêmes de filtration de l’eau de mer par des membranes ont permis d’en abaisser le coût, la technologie de dessalement reste chère, aux alentours de 0,50 centimes d’euros par m3. Elle restera donc hors d’atteinte de nombreux pays du Sud, ceux-là mêmes qui en auraient le plus besoin…

Au-delà on doit aussi s’interroger sur le « mirage technologique » et des prouesses, certes étonnantes, qui permettent de ne remettre aucunement en cause des usages de l’eau excessivement dispendieux (agriculture, tourisme…) qui sont à l’origine des difficultés d’approvisionnement qui légitiment le recours au dessalement.

impression

commentaires

1 Le dessalement : solution d’avenir ?

C’est très bien le dessalement, mais l’article parle très peu des inconvénients pour l’environnement, rejet des saumures de sel ou évacuation...il existe d’autres solutions, moins chères et moins polluantes, mais les détenteurs du marché de l’eau gagneraient sans doute un peu moins d’argent !

poste par domi42410 - 2008-10-27@12:34 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!