Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
Le Grenelle au kärcher (Trade mark*)
par Marc Laimé, 30 octobre 2007

A peine les flons flons du bal se sont-ils tus qu’un revigorant tir de barrage, salutaire mise au point, démonte la « révolution verte » annoncée urbi et orbi par ses thuriféraires énamourés. Florilège.

Que s’est-il vraiment passé dans ce bastringue ?

L’ami Gérard Borvon nous invite à consulter le résultat de l’activisme de Veolia tout au long du Grenelle.

Edifiant.

« Quand on voit la suite des propositions, on voit à quel point Véolia était aux manettes dans ce Grenelle, et même avec des propositions "révolutionnaires !"

Des normes contraignantes, des lois, de la police de l’environnement, des taxes... tout cela ils le réclament.

La rupture est peut-être là : les lobbies des services (voir la future loi sur le PPP) qui prennent le pas sur les lobbies de la production (chimie, agriculture...), avec le soutien de certains écolos et de l’opinion publique… »

Sachons raison garder Gérard ! Voyons donc par exemple la synthèse des propositions "Eau" élaborée cette fois par l’OIEau, après l’exercice rocambolesque auquel s’est livré le Medad, relaté ici il y a peu...

Word - 251 ko
La synthèse des propositions "Eau" du Grenelle par l’OIEau

Reste qu’à voir Challenges applaudir « le passage de l’écologie à la phase industrielle » on a il est vrai toutes les raisons de s’inquiéter…

Avec « Trois Grenelle en un seul » Yves Cochet, mathématicien, ancien ministre de l’Environnement et député de Paris s’interroge :

« (…) Il est une dernière lecture du Grenelle de l’environnement, plus idéologique et plus spéculative. Le coup de tonnerre sarkosyste, à la suite de ceux de Al Gore et de Nicholas Stern, n’est-il pas le dernier avatar du productivisme libéral (du capitalisme, si vous voulez) pour tenter de concilier la mondialisation, le marché et la technologie avec l’impératif écologique décrit par exemple dans le récent rapport GEO4 du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). »

Figure de la décroissance et rédacteur en chef de la revue « éponyme », comme le soulignerait le quotidien de révérence, Paul Ariès tacle « Le Munich de l’Ecologie »

(By courtesy of « Citron vert » dont la vigilance nous enchante.)

Pour lui « ce Grenelle de l’environnement est une défaite de l’écologie que nous paierons très cher. Il retarde le moment où il faudra bien apprendre à vivre mieux avec beaucoup moins ce qui suppose d’abord un autre partage des ressources entre les riches et les pauvres. »

Et d’énumérer les mesures annoncées, convaincu qu’elles se révéleront être autant de "marchés de dupes".

Il appelle à la mobilisation, « face à une droite naturellement sarko-compatible et à une gauche toujours plus sarko-compatible », contre les objectifs de croissance des Attali, Parisot et Lagarde.

Pour Stéphane L’homme, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, « Le Grenelle de l’environnement est une défaite majeure pour l’écologie »…

Fabrice Nicolino, pourfendeur survolté des pesticides et des nécro-carburants, quoique s’engageant le 27 octobre 2007 à défendre l’immense Nicolas (oui, lui, pas l’autre), contre les mesquines critiques dont il est victime, ne lui en adresse pas moins un envoi titré :

« La vacance de Monsieur Hulot »

Et récidive dès le lendemain (on est jaloux !), dimanche 28 octobre 2007, avec un désopilant « Baden Powell is alive » qui devrait désagréablement tinter aux oreilles des boy-scouts de la « révolution verte »…

Ce n’est qu’un début, continuons l’outrage.

Là, on sent que Claude-Marie Vadrot en a gros sur la patate (bio), d’où une rafale de billets postés sur l’Horreur écologique, son blog dont le seul défaut est de nous contraindre à en parcourir le menu déroulant. Mais ça en vaut la peine !

Voir ainsi (en déroulant aux dates ci-après) :

- « Grenelle de l’environnement : seul l’avis du chef compte… »

Mercredi 24 octobre 2007

- « Grenelle, le double langage fleurit »

Jeudi 25 octobre 2007, 16 heures

- « Grenelle, avancées et flou artistique »

Jeudi 25 octobre 2007, 20 heures

- « Grenelle de l’environnement ou syndrôme de Stockholm ? »

Lundi 29 octobre 2007

Quant à Michel Tarrier, Eco-entomologiste, spécialiste de la Méditerranée occidentale (bienvenue au club !) il nous assénait le mardi 30 octobre un « Joli Grenelle, sacré Grenelle ! » qui vaut son pesant de moutarde (bio).

Comme tout doit finir par une chanson, oyez braves gens (après l’avoir lu on peut chantonner, si, si…) le billet qu’adressa le mardi 30 octobre 2007 à Didier Pillet, directeur de la rédaction d’Ouest France, qui a fermement pris parti il y a quelques mois dans ses colonnes pour une agriculture (enfin) respectueuse de l’environnement, l’immense Jean Kergrist, "clown atomique" ou "clown agricole" suivant les moments.

Dernièrement, nous rappelle judicieusement l’ami Gérard Borvon, il sévissait encore dans les rassemblements militants en tant que "sous-secrétaire d’étable aux colloques agricoles".

Dans le civil, il est aussi militant d’Eau et Rivières de Bretagne.

Et le Grenelle de l’Environnement l’a lui aussi inspiré…

Note Eaux glacées  : le Trade mark sur l’instrument de nettoyage du titre c’est pour éviter l’assignation de l’entreprise éponyme, même si nous ne manquerions pas de faire valoir sur les bancs de justice qu’à notre connaissance not’ bon maître le petit Nicolas n’a pas été assigné par les mêmes après son escapade à Argenteuil.

Envoi :

"Effet de serrre, pesticides, lisiers... A problème "tech", solution "nique"...

Jean Kergrist.

impression

commentaires

1 Le Grenelle au kärcher (Trade mark*)

quelle tristesse,c’est franchement sinistre, de voir ces pseudos ecolosinstitutionels , sans conscience,
Que deblaterer via la presse sur ce grenelle,ca fait longtemps que cette mascarade avait été mis a jour par les alternatifs de tout bord,il fallait en parler avant ,a la formation de la pseudo Alliance,a l’hotel des voyageurs, dont aucuns des representants n’a été choisis par les assoces de terrain ,et dont l’absence de democratie ,systeme de cooptation,montre que ce raout etait donc entre les mains du bisseness vert,point,un contre pouvoir efficace aurait fait des propositions en dehors du grenelle et en force et unis avec des representants des associations de terrains elus par leurs adherants,une Alliance au service du Vivant, ,alors la,on aurait eu a faire autre chose,a une force independante de ces cretins ,le grenelle pour se mettre vaguement aux normes Europeennes,une par une ,copie conforme,voir les decisions europe,idem,celle
du grenelle,afin de faire financer les entreprises pas ecolos du tout par un impot que la commission europeenne a institualisée,en Mai, juste avant le grenelle,voila,le bissness s’empare de l’ecologie pour la couler,Hulot le croissant imbecile se fait manipuler comme un crepe,grace a lui et son bisseness polluant, l’ecologie politique et democratique est tres mal barrée,reduite a rien,les radicaux,les seuls qui sont dan s le vrai vont donc être stigmatisés en terroristes,avec la ploutocratie ambiante,on va faire sans eux,on va pas attendre ces tueurs du vivant pour faire notre devoir d’être humain,conscience et amour pour tout le Vivant.
Un autre monde est en marche,une autre dimension,les aveugles et les firmes tueuses qui descendent les paysans via les paramilitaires en amerique du sud,(Singenta)ca devient vraiment totalement immonde,ne collaborons plus avec ces charognards,la barbarie est la,la poesie aussi.

poste par terramorsi - 2007-10-30@18:03 - Répondre à ce message
2 greuh

C’est le grelette de l’environnement !!
xas

poste par X - 2007-10-31@13:58 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!