Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
VAGUES
La continuité vue… par les truites
par Marc Laimé, 22 septembre 2020

Ou plutôt par un amoureux fou de la pêche et des truites, Yann Abdallah, originaire de Lyon, qui vit aujourd’hui à Morzine et vient de publier sur son site un long article passionnant, qui alimente un débat plus que jamais d’actualté.

« Depuis plusieurs années, la continuité écologique s’est imposée au centre de nombreux débats d’idées en matière de gestion de nos milieux aquatiques. Le sujet est vaste et complexe, car il demande à être abordé à la fois sur le plan technique, scientifique et idéologique.

De même, la continuité écologique n’implique pas les mêmes enjeux et les mêmes usages, lorsque l’on se trouve en entrée d’un grand bassin hydrographique ou sur un ruisseau de tête de bassin versant.

De ce fait, les prises de position très tranchées que nous pouvons régulièrement lire dans les médias ou les réseaux sociaux, relèvent avant tout de visions idéologiques voire de militantisme liés à une cause bien précise (« il faut sauver nos moulins » VS « il faut tout faire péter pour retrouver nos rivières sauvages »).

Lorsqu’on prend le temps de lire les arguments des défenseurs (on n’est pas loin du lobbying d’ailleurs dans certains cas…) d’une cause ou d’une autre, et qu’on essaie d’avoir un regard objectif, on trouve des idées et questionnements tout à fait pertinents dans les différents « camps ».

Alors pourquoi la continuité écologique est-elle autant controversée, sur quelle(s) base(s) les critiques se sont-elles fondées et continuent d’alimenter, presque quotidiennement, les débats ?"

Lire la suite :

http://www.truites-et-cie.fr/articl...

Yann Abdallah -.

L’auteur :

Yann Abdallah est originaire de Lyon et vit à Morzine aujourd’hui. Il pêche depuis l’âge de 6-7 ans après avoir attrapé le virus grâce à ses stages de pêche estivaux à l’école de pêche de François Piccio dans le Lot, une véritable institution ! Ces stages lui ont à la fois donné le goût d’attraper des poissons et permis de devenir curieux de la vie aquatique. Il a ainsi été comblé à la découverte de la pêche à la mouche. Prendre des truites, savoir lire la rivière, connaître son fonctionnement physique et écologique. C’est devenu un tout pour lui, une passion puis un métier. En grandissant, 2 autres aspects de la pêche sont venus compléter le tableau : le voyage et la photographie. Ses 2 longs voyages en Nouvelle-Zélande y sont sans doute pour quelque chose. La pêche l’a ainsi amené à trouver sa voie professionnelle, à découvrir de nombreux pays (ou régions de la France) et à rencontrer tout un tas de personnes chouettes. Et pour sûr, ce n’est pas prêt de s’arrêter là !

Site Web :

http://www.scimabio-interface.fr/

impression

pas de commentaire. ajoutez le votre!