Vous voyez ce message parce que votre navigateur ne peut afficher correctement la mise en page de ce site. Effectuez une mise à jour vers un butineur qui supporte les standards du web. C'est gratuit et sans douleur.

NE PAS CLIQUER
LES EAUX GLACÉES DU CALCUL ÉGOÏSTE
REMOUS
La COM 21 vue de Sivens
par Marc Laimé, 24 octobre 2015

Un an après, l’onde du choc du drame de Sivens continue à éclairer d’un jour cru l’effarante mystification qui va culminer avec la pantalonnade planétaire de la « COM 21 », qui va cloturer en désastre bouffon un quinquennat tout entier dédié à une dévastation sans précédent de l’environnement.

Depuis plusieurs mois de nombreux collectifs et associations préparaient une cérémonie d’hommages à Rémi Fraisse, sur les lieux mêmes où il trouva la mort, appelant à une manifestation pacifique, dénonçant la violence de l’Etat et l’impunité des milices qui avaient imposé leur loi à Sivens.

Plusieurs « manifestations » sont opportunément annoncées le 16 octobre par la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) du Tarn et les Jeunes agriculteurs (JA), appelant à « faire du foin » et probablement plutôt à « chasser les peluts », ainsi que par de prétendus « cueilleurs de champignons » déclarant vouloir musarder à Sivens le 25 octobre...

Le 22 octobre, en préfecture d’Albi, en présence du préfet Gentilhomme, du président du Conseil départemental Thierry Carcenac et de la maire de L’Isle-sur-Tarn, Maryline Lherm, plusieurs individus menacent publiquement des membres de la coordination des opposant-e-s au barrage de Sivens en ces termes : « Dimanche, nous gardons notre liberté d’action en dehors de toute base légale ».

La mairesse de L’Isle-sur-Tarn avait déjà décidé la veille, 21 octobre, quelques heures avant ce triste anniversaire, d’interdire tout rassemblement sur le site de Sivens, autorisant simplement la famille à s’y rendre sous l’escorte de gendarmes. Ce que celle-ci a bien évidemment refusé.

Une famille qui publie dans le quotidien Le Monde daté du 22 octobre 2015 un terrible Appel à témoin…

Et témoigne de l’indignité qui l’a poursuivi.

Rassemblements

Du coup la famille, plusieurs organisations politiques et certains membres de la coordination des opposants au barrage, s’accordant pour dénoncer les provocations, menaces, intimidations et harcèlements devenus ordinaires, ont appelé à un rassemblement commémoratif le dimanche 25 octobre à Plaisance du Touch, commune où résidait Rémi Fraisse.

Rendez-vous y est donné à 12h00 sur les pelouses au bord du lac Soula pour un pique-nique. A 13h30, un moment de recueillement sera suivi d’une courte prise de paroles. Ce rassemblement commémoratif est autorisé par la mairie de Plaisance du Touch.

D’autres opposant-e-s au projet de barrage, avec le collectif Tant Qu’il Y aura des Bouilles et le NPA appellent toutefois pour leur part à une marche vers le Testet le 25 octobre :

Démarche vite entâchée par un activisme policier démesuré...

« Voilà pourquoi resterons-nous dans le Tarn le 25 octobre 2015. Notre appel initial à nous rendre à Sivens n’avait pas pour unique but de commémorer la mort de Rémi Fraisse. Ce jour ainsi que le nom de ce jeune homme sont indissolublement associés à l’opposition contre un projet de barrage (toujours dans les limbes),, ainsi qu’aux tentatives du pouvoir pour en masquer l’incohérence.

D’où la stratégie de la violence utilisée pour décourager les opposants, allant jusqu’à tuer l’un d’eux et apeurer la population, ainsi que le démontre le rapport de la Ligue des droits de l’homme sur ce sujet.

Il y a maintenant une autre raison de commémorer ce jour : trois contre-manifestations ont été déclarées pour ce même 25 octobre 2015 par des organisations hostiles à l’idée que des opposants reviennent sur ce site, offrant le prétexte à la mairesse de Lisle d’interdire notre appel à une marche, sans que la préfecture ne trouve rien à redire. Parmi eux, certains de ceux qui ont manié la barre de fer en mars 2015 (…).

Demeurer dans le Tarn et se rendre à midi à Pique Rouge, c’est dire aussi à tous que ce territoire n’appartient pas à ceux qui détruisent la vie et font régner la terreur sous l’œil complaisant du représentant de l’état et de certains élus. Soyons nombreux à être présents afin de ne pas marginaliser ceux qui seront là pour un droit fondamental.

Tant qu’il y aura des Bouilles. »

Procès

Par ailleurs, le 23 octobre, les associations FNE et FNE Midi-Pyrénées annonçaient avoir attaqué la veille devant le tribunal administratif de Toulouse un "protocole d’accord signé en catimini" entre l’Etat et la profession agricole, relatif à la gestion quantitative de l’eau dans le bassin Adour-Garonne.

Pour Thierry de Noblens, président de FNE Midi-Pyrénées : « Des chambres d’agriculture négocient en catimini avec un préfet sans informer quiconque et surtout pas les citoyens. La gestion de l’eau en Adour Garonne ne peut plus se concevoir dans cet entre-soi de l’administration et de la profession agricole au détriment de la vie de nos cours d’eau. »

Théâtre d’ombres

Rien n’aurait donc changé ?

Rien n’a changé.

Grand homme blanc continuer à vendre éléphants (blancs) aux pauvres (attardés...) qui ne sont jamais "entrés dans l’histoire"...

Toutefois, concernant la plainte de FNE, fort opportunément annoncée par le communiqué de presse ci-dessus, en date du 23 octobre, on s’interroge.

Pourquoi ?

Pourquoi si tard ?

Pourquoi maintenant, tout le monde aura compris…

Pourquoi ? Aujourd’hui le protocole attaqué, qui date un peu tout de même, a été remplacé par une réglementation flambant neuve, les « projets de territoire », magnifique enfumage administratif, ourdi dès 2012 par l’un des hauts fonctionnaires qui avait légitimé dès 2010… le barrage de Sivens, avant que de tenir la plume du « Rapport Martin » publié en juin 2013, qui appelait à réouvrir en grand les vannes de l’irrigation, ce qui n’aura pas peu contribué à ce que ledit Martin remplace ensuite Delphine Batho au ministère de l’Ecologie, la même Delphine Batho qui avait auparavant décidé a l’automne 2012 d’un moratoire sur l’irrigation… que le même Martin lèvera à l’automne 2013, avant que de porter sur les fonts baptismaux, via les onoravoles du Comité national de l’eau nos fameux « Projets de territoire »

Nous avons narré tout ceci par le menu, d’abord dans le Lobby de l’eau, puis dans notre livre sur Sivens, et FNE n’en ignore évidemment rien.

Pourquoi si tard ? On s’interroge.

D’autres, après s’être interrogés, nous racontent une toute autre histoire…

Noter que dans le même temps, en Aquitaine, une coalition Agrobio organise deux journées d’information les 16 et 18 novembre.

Les somnanbules

Au final, un an plus tard, un terrible instantané de l’époque qui éclaire cruellement la séquence à venir.

La COM 21, oxymore climato-centré comme nul ne devrait l’ignorer, s’annonce bien évidemment comme un désastre sans précédent, apothéose d’un quinquennat tout entier dédié à une dévastation sans précédent de l’environnement.

Aucune avancée d’aucune sorte à attendre de qui que ce soit, sur quoi que ce soit.

Reste la COM.

Comme il va falloir maquiller tout cela, l’option d’ores et déjà retenue est celle de Sivens : « Black-Blockiser » les terrifiants voleurs de chaise en espérant des dérapages en tout genre.

Neuneus vs Robocops...

On y est déjà.

Et ça se confirme...

A ce stade là,, habituelle discussion de marchands de tapis entre appareils, et vrai-faux compromis ("Réveille le Zadiste qui est en toi !"), immédiatement tweeté à la terre entière par lesdits appareils, même en herbe...

Bon, pour finir, on rétablit le contrôle aux frontières avant, et durant le barnum et l’affaire est réglée...

Bon, des fois que ça ne suffise pas, une opportune

annonce de la relance des marchés publics pour des travaux à Notre Dame des Landes,, faut ce qu’il faut...

Et pour la mise en conditions on peut compter sur France Info et le Point, qui s’y collent illico....

Evidemment le bon peuple ne va pas manquer d’être exaspéré par le blitzkrieg de la caravane publicitaire qui va lui pourrir la vie 24 heures sur 24 pendant trois semaines, d’abord en l’abreuvant de slogans débiles, genre « Fermer le robinet avec les dents pour préserver la ressource pour arroser le jardin partagé avant que d’aller réparer la binette à la recyclerie », et autres niaiseries du même tonneau.

On peut en effet faire toute confiance aux start-upeurs de la démocratie participative pour achever de nous ensevelir sur un ramassis de conneries absolument sans précédent...

Ensuite et surtout, ça va inévitablement se gâter quand des escadrons de forces de l’ordre nous barreront la route pour laisser passer les limousines.

Résultat abstention record aux Régionales, sur fond d’embolie des gauches (dites) "radicales"...

La droite et l’extrême droite en force partout.

Une apothéose.

Business as usual

Nonobstant ce sont de toutes autres préoccupations qui agitent la Cour.

Jean-Vincent Placé, nouveau boss de l’UDE, vient de se voir accorder par Claude Bartolone la 5ème place (éligible ?) dans l’Essonne, au détriment d’Hicham Affane, président du CA de l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France (EPFIF), relégué en 7ème place sur la liste PS des régionales en IdF.

Comme Abdelhak Karouchi, actuel Vice-président de la même Région Ile-de-France chargé de la sécurité a, lui, claqué la porte après avoir connu le même sort au bénéfice de Stéphane Gatignon, le frugivore de Sevran, lui aussi désormais en 5ème position dans l’Essonne, le suspense est à son comble.

M. Laurent Fabius va remplacer Jean-Louis Debré à la présidence du Conseil constitutionnel en avril prochain.

La pérennité de M. Le Drian à l’hôtel de Brienne suscite d’intenses réflexions.

Ne reste plus dès lors qu’une seule interrogation : la crèche de la rue de Roquelaure va-t-elle être envahie de nounous sri-lankaises ?

Sur Radio Corbeau les pronostics sont encore à 50/50…

L’hymne de la COM 21

impression

commentaires

1 La COM 21 vue de Sivens

Il s’agit de la COP21, "Conférences des (Of) Parties" de la Convention Climat. Une partie = un pays.

poste par JacquesP - 2015-10-26@22:32 - Répondre à ce message
2 La COM 21 vue de Sivens

Nous étions tout de même là, assez nombreux à Sivens dimanche

poste par Elisa - 2015-10-29@16:15 - Répondre à ce message
3 La COM 21 vue de Sivens

Bonjour,

Aujourd’hui 25 novembre, je viens déposer ici quelques mots en commentaire d’un billet écrit un mois plus tôt. C’est un article du journal Le Monde qui m’y pousse. Dans son supplément Planète ( dimanche 8-lundi 9 novembre 2015) un article -double page-, signé Rémi Barroux et intitulé "coup de chaud sur les vignes" aborde quelques questions posées à la viticulture par le réchauffement climatique. J’y relève que parmi les quelques solutions présentées il y a l’ahurissante irrigation des vignes. Et c’est là le lien avec Sivens, puisque je sais pour avoir parlé avec une vigneronne proche de Sivens que cette solution technique y est envisagée !
L’article de Barroux évoque ainsi une expérimentation effectuée à Gruissan depuis trois ans avec le concours de ...Véolia. Il s’agit de réutiliser les eaux usées provenant de stations d’épuration.
(Interrompant la rédaction de ce commentaire j’ai constaté que votre attention, Marc Laimé, s’était déjà porté en 2007 sur certaines initiatives de Véolia à Gruissan : http://blog.mondediplo.net/2009-03-... )
Où il faut encore rappeler les déboires de David Lewis avec l’EPA ?

poste par totolehéros - 2015-11-25@09:33 - Répondre à ce message
vous aussi, reagissez!